Voiture électrique : les gros modèles bientôt surtaxés ? - L'EnerGeek

Voiture électrique : les gros modèles bientôt surtaxés ?

malus poids, voiture électrique, amendement, sénat, 2025, transition énergétique, perte, état, milliards d'euros

Mauvaise nouvelle pour les propriétaires de voitures électriques. Plusieurs sénateurs ont déposé un amendement visant à introduire, dès 2025, une taxe pour tous les véhicules dont le poids dépasse un certain seuil.

Voitures électriques : un malus poids dès 2025 ?

Les sénateurs envisagent de taxer les plus gros modèles de voitures électriques. Un amendement a été déposé dans le cadre de la loi de finances 2024 pour intégrer, dès 2025, une nouvelle taxe sur les véhicules électriques : le « malus masse ». Cette taxe est jusqu’à présent réservée aux véhicules thermiques et hybrides. Si l’amendement est voté, seules les voitures à hydrogène seraient exemptées de ce malus au poids. Concrètement, cela signifie que tous les propriétaires d’un modèle de voiture électrique ayant un poids supérieur à 1 900 kg devront payer dix euros supplémentaires par kilo au-dessus de ce seuil.

Voilà comment le gouvernement souhaite remercier les personnes qui ont fait le choix de la transition énergétique. L’impact de cette taxe serait particulièrement ressenti par les propriétaires de modèles électriques plus grands et plus lourds, souvent associés à un coût plus élevé et donc à une clientèle plus aisée. Cela concerne tous les propriétaires d’un Model Y de Tesla, des modèles ID de Volkswagen, et probablement ceux des futurs Peugeot e-3008 et e-5008, mais pas seulement. Avec la popularité grandissante des modèles SUV (+14 % de vente en l’espace d’un an) et ce seuil relativement bas, cette mesure affecterait en réalité un très grand nombre de voitures électriques.

 

Financer la transition énergétique

Le gouvernement français se trouve face à un dilemme financier : comment financer la transition énergétique sans les revenus traditionnellement générés par les taxes sur les carburants fossiles, qui s’élèvent à plus de 41 milliards d’euros annuels ? Cette question est d’autant plus pressante que la loi de finances pour 2024 est en cours de finalisation, avec des décisions cruciales sur le budget alloué à cette transition. Les subventions pour les bornes de recharge, le rétrofit et d’autres mesures liées à l’électrification des transports nécessitent des fonds conséquents.

D’après le Trésor public, l’État – et donc le contribuable – devra investir plus de 110 milliards d’euros dans la transition énergétique pour atteindre ses objectifs de décarbonation. L’application du malus au poids aux véhicules électriques pourrait être une source de revenus pour l’État, mais elle pose également des risques. Le plus important, elle pourrait freiner l’adoption des véhicules électriques, en augmentant leur coût pour les consommateurs.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 26 Fév 2024
D'après le dernier rapport de BloombergNEF, les efforts de l'administration Biden envers la transition énergétique portent leurs fruits : près d'un quart de la production d'électricité aux États-Unis provient désormais des énergies renouvelables. Les énergies renouvelables représentent 23% de la…
mer 13 Déc 2023
On connaît (enfin) le département qui fera l'objet de l'expérimentation sur les compteurs Linky. Le Conseil supérieur de l'énergie doit encore valider le choix du gouvernement le 19 décembre 2023.   Le gouvernement a porté son choix sur le département…
ven 10 Fév 2023
La consommation de gaz a donc baissé en 2022. D’après GRTgaz, le gestionnaire du réseau de transport de gaz, (qui travaille également avec l’opérateur privé Térega sur une partie du territoire), la baisse atteint 6,2 % sur l’ensemble de l’année.…
mar 9 Jan 2024
L’électricité est un poste de dépense important pour de nombreux foyers. Mais il existe des alternatives pour la réduire grâce aux énergies renouvelables. Ces énergies, comme le solaire, l’éolien ou l’hydraulique, sont issues de la nature et se renouvellent sans…

COMMENTAIRES

  • L’électrique c’est juste un concept marketing mais ça ne réduit pas la pollution. C’est toutes les voitures électriques qu’il faut taxer car ils sont fabriqués en Chine, ça tue notre industrie française et ça plombe notre balance commerciale déjà largement déficitaire. La pollution au CO2 est planétaire, pas uniquement française, or, la Chine est le 1er pollueur mondial et le 1er émeteur de C02. Les chinois ouvrent 2 nouvelles centrales électriques au charbon chaque semaine et la pollution chinoise va continuer à croitre jusqu’en 2035. Donc acheter chinois c’est notre perte et ça tue la planète.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.