Hongrie : Rosatom va démarrer la construction de deux réacteurs nucléaires - L'EnerGeek

Hongrie : Rosatom va démarrer la construction de deux réacteurs nucléaires

hongrie rosatom va demarrer construction deux reacteurs nucleaires - L'Energeeek

Une fois de plus à contre-courant de l’Union européenne, qui vise à rompre économiquement avec la Russie, le gouvernement hongrois a confirmé, ce 26 juin 2022, que le conglomérat russe Rosatom allait commencer, dans les prochaines semaines, la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires d’une puissance de 1,2 GW chacun.

La Hongrie valide le début de chantier de deux réacteurs nucléaires construits par Rosatom

Quelques jours après avoir annoncé son intention d’augmenter ses livraisons de gaz russe, via une hausse de son contrat avec Gazprom (en décalage complet avec le reste de l’Union européenne, qui se bat pour se libérer de sa dépendance au gaz russe, et peine (doux euphémisme…) à faire respecter ses contrats en cours avec Gazprom), la Hongrie confirme sa volonté de garder Moscou comme principal partenaire énergétique, cette fois sur le volet du nucléaire.

Ce 26 juin 2022, le gouvernement hongrois a ainsi annoncé le démarrage “dans les prochaines semaines” de la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires sur le site de la centrale Parks, en collaboration avec le conglomérat russe Rosatom.

La veille, l’autorité de régulation nationale avait accordé le permis permettant de lancer les travaux de Parks II, après de très nombreux retards. “C’est un grand pas, un jalon important. Nous pouvons maintenant passer de la phase initiale à la phase de construction. Vous le verrez dans les prochaines semaines sur le site de Paks”, s’est félicité le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto, dans une vidéo publiée sur son compte Facebook.

Un projet financé à 80 % par la Russie

Il estime ainsi qu’une mise en service à horizon 2030 est réaliste. Un accord signé en 2014 attribue à Rosatom la construction de ces deux réacteurs de 1,2 GW, sur le site de l’unique centrale nucléaire hongroise, à une heure de route de Budapest. Les quatre réacteurs de la centrale de Parks assurent actuellement près de la moitié de l’approvisionnement électrique de la Hongrie.

Sur les 12,5 milliards d’euros de budget de Parks II, 80 %, soit 10 milliards d’euros, est financé par un prêt de la Russie à la Hongrie, qui prend en charge les 2,5 milliards d’euros restants. “De cette manière, nous pouvons assurer la sécurité de l’approvisionnement énergétique de la Hongrie à long terme et protéger le peuple hongrois des fluctuations extrêmes des prix de l’énergie”, a affirmé M. Szijjarto.

Début avril 2022, en réaction à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Finlande avait annulé un contrat en cours avec Rosatom pour la construction d’un réacteur nucléaire à Pyhajöki.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 21 Juil 2016
Avec un premier réacteur connecté au réseau électrique dès 1956, le Royaume-Uni fait partie des États précurseurs en matière d'exploitation civile de l'énergie nucléaire. Le parc britannique est aujourd'hui devenu le deuxième plus important de l'Union européenne et les ambitions…
En remplacement de Nicolas Hulot, démissionnaire, le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, a été nommé mardi 4 septembre 2018 par l’Elysée, ministre de la Transition écologique et solidaire. Un choix de raison de la part du gouvernement qui…
ven 8 Avr 2022
Ce jeudi 7 avril 2022, le Royaume-Uni a présenté sa nouvelle stratégie énergétique. Elle passe notamment par une profonde relance de la filière nucléaire, avec l’ambition de construire jusqu’à 8 nouvelles centrales d’ici 2050. La stratégie s’appuie aussi largement sur…
mer 25 Mai 2016
Le 24 mai, le directeur général d’EDF Energy, Vincent de Rivaz, était interrogé par les membres de la Commission parlementaire sur l'Énergie et le Changement climatique du Royaume-Uni. Au cours de ces échanges, il a notamment apporté des précisions sur…

COMMENTAIRES

  • “Quelques jours après avoir annoncé son intention d’augmenter ses livraisons de gaz russe, via une hausse de son contrat avec Gazprom (en décalage complet avec le reste de l’Union européenne, qui se bat pour se libérer de sa dépendance au gaz russe, et peine (doux euphémisme…) à faire respecter ses contrats en cours avec Gazprom”

    C’est l’UE qui est en décalage entre ce qu’elle dit et ce qu’elle fait.
    Elle annonce vouloir se passer de l’énergie russe tout en suppliant GAZPROM de ne pas baisser les livraisons de gaz de NS1.

    Stop à l’hypocrisie de clown vassalisés à l’Amérique !!!

    Répondre
  • C’est simple : la Hongrie n’a plus sa place dans l’UE.
    En s’opposant frontalement non seulement à des décisions européennes, mais tout simplement à l’éthique, ce pays s’est disqualifié.
    Aucune sanction autre que l’expulsion de l’UE n’est envisageable.

    Répondre
  • Les Grünen vassaux de Wladimir

    Qui a permis la dépendance de l’Allemagne vis à vis du gaz russe sinon les écolos arrêtant les centrales nucléaires et voulant remplacer les centrales au charbon par de turbines à gaz ? Car les éoliennes et les panneaux PV ne peuvent à eux seuls garantir que MM Audi et Mercedès puissent sortir les grosses berlines. Vive le modèle Allemand copié par les verts français: on voit le résultat de la bien-pensance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.