Nucléaire : Lionel Jospin se justifie sur ses choix politiques dans "Le Point" - L'EnerGeek

Nucléaire : Lionel Jospin se justifie sur ses choix politiques dans “Le Point”

C’est suffisamment rare pour être signalé. Mis en cause dans le magazine en tant que chef du gouvernement français de 1997 à 2002 pour ses choix en matière de politique nucléaire. L’ancien Premier ministre Lionel Jospin a écrit au « Point ».

 

« Enquête sur une débâclé française ». Le titre du Point du 27 octobre 2022 était sans équivoque quand au contenu du dossier. Le magazine liste par le menu les décisions prises au cours des vingt cinq dernières années. Décisions qui ont conduit le système de production électrique français dans l’état de précarité et de fragilité que l’on connait.

Jospin : Superphénix ne fonctionnait pas, la preuve par la fermeture d’Astrid

 

Point de départ identifié par « Le Point » : la décision de fermer Superphénix, le surgénérateur français, destiné à réutiliser le combustible nucléaire déjà passé dans les réacteurs classiques.  Lionel Jospin se défend d’avoir décidé son arrêt pour de seuls motifs politiques. À savoir, l’accord de gouvernement avec les Verts.

« Mon gouvernement a fondé sa décision sur des éléments objectifs, tant fonctionnels que financiers. Le Point admet lui-même que le prototype du réacteur à neutrons rapides avait « connu depuis 1985 une exploitation chaotique ». De fait, la mise en œuvre de ce projet rencontrait depuis des années des problèmes techniques incessants. Qui provoquaient des arrêts dont chacun durait plusieurs mois. Á l’époque, la réussite technique du projet était fortement compromise et sa rentabilité économique nullement assurée «  écrit l’ancien Premier ministre dans une lettre ouverte publiée par le Point.

L’Autorité de Sureté Nucléaire, leg du gouvernement Jospin

D’après Lionel Jospin, Le fait que le surgénérateur Astrid ait été lui aussi fermé vingt-cinq ans plus tard prouvait que cette technologie n’était pas au point.

Lionel Jospin rappelle par ailleurs dans sa lettre au Point que c’est sous son mandat de Premier ministre que l’ASN, l’autorité de sureté nucléaire, a été créée. A l’époque, le contrôle des installations nucléaires d’EDF était assuré par.. une direction interne de l’énergéticien.

Caustique, l’ancien Premier ministre souligne également :

« Quand je gouvernais, nous n’avons jamais fait les poches de cette grande entreprise pour assurer les fins de mois du budget de l’État, contrairement à d’autres après nous. »

Reste à savoir si d’autres Premiers ministres ou ministres de l’Energie, ou encore de l’Environnement réagiront. Et tenteront de se justifier après ce numéro à charge du magazine Le Point.

 

 

Rédigé par : Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud
ven 21 Juin 2024
Des conséquences économiques importantes pour l'entreprise française L'uranium est une ressource essentielle pour l'industrie nucléaire, utilisée dans la production d'énergie propre et durable. Le site d'Imouraren, situé dans le nord du Niger, est l'un des plus grands gisements d'uranium au…
jeu 29 Sep 2022
Voilà certainement une polémique dont EDF n’avait certainement pas besoin. L’association de consommateurs CLCV vient d’interpeller la Commission de Régulation de l’Energie. Affirmant qu’elle devait revoir le calcul du Tarif Réglementé de Vente pour l’année 2022. Au coeur de la…
lun 5 Déc 2022
Lundi 5 décembre matin, plusieurs membres du gouvernement ont investi les plateaux télé ou radio pour dire que finalement, le risque de coupures de courant n’était qu’une hypothèse de « dernier recours ». Un élément de langage que l’on a retrouvé dans…
lun 27 Nov 2023
Le gouvernement fait de la sobriété énergétique une de ses grandes priorités. La ministre de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, qui s'était félicitée des efforts des Français tout en négligeant la réalité de leur vie quotidienne, vient d'annoncer une expérimentation…

COMMENTAIRES

  • J’ai travaillé 8 ans sur Super Phenix .Super-phenix quand il été arrêté définitivement en était encore en phase d’essais à l’échelle 1 avant le passage en phase industrielle de production d’électricité, c’était le but de cette phases
    les incidents rencontrés n’étaient pas de nature à décider l’arrêt définitif
    surtout au regard des énormes investissements déjà faits en recherche , essais et fabrication,
    ce qui n’a pas été considéré par la cour ds comptes

    Répondre
  • Les essais sur le réacteur Super Phénix étaient destinés à mettre au point la filière des neutrons rapideset non à la supprimer les problèmes rencontrés étaient justement ce qu’il fallait étudier pour la mise au point.
    Le refus d’Astride ne peut être une preuve pour justifier l’arrêt du développement de la filiere.

    Répondre
  • Le PS dit “de gouvernement”, comme à son habitude…
    “(Ir)Responsable, et jamais coupable..”

    Jospin n’a pas dû apprendre à lire le dictionnaire, lors de ses études à l’ENA..

    Définition du “Petit Larousse” d’un “Prototype” : ‘Premier exemplaire construit d’un ensemble mécanique, d’un appareil, d’une machine et qui est destiné à en expérimenter en service les qualités en vue de la construction en série..’

    L’abandon du projet Astrid est du même tonneau..

    Avec tous nos “stratèges” dits “de gouvernement” (de tous bords..)..
    On fera comme d’habitude, quand on sera mis devant le fait accompli, on achètera la technologie Russe..heu..Plus trop d’actualité..heu..Chinoise..Oups..US !!! (ouf…)..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.