Déconstruction de Superphénix : place à l’ouverture de la cuve

Déconstruction de Superphénix : place à l’ouverture de la cuve

creys-malville-superphenix

Le 16 juillet 2019 marque le début d’une étape importante dans le processus de déconstruction du réacteur nucléaire Superphénix de Creys-Malville. Après des années de travaux, les équipes en charge du chantier s’attaquent à l’ouverture de la cuve. Du fait de la rareté de sa technologie et de son importante taille, la déconstruction de Superphénix est le théâtre d’avancées techniques qui permettent à la France de se positionner comme le spécialiste mondial du démantèlement de quatre technologies de centrales nucléaires. 

Alors que le projet de loi énergie-climat examiné au Sénat depuis le 16 juillet 2019 entérine la décision de fermer 14 réacteurs nucléaires sur 58 d’ici 2035, les entreprises hexagonales se sont déjà lancées dans ce vaste chantier du démantèlement tant intellectuel que technique. La centrale de Creys-Malville (Isère) accueille en son sein le réacteur Superphénix depuis 1986 – date de sa mise en service. Un réacteur alors unique au monde par sa taille et par sa technologie reposant sur les neutrons rapides avec refroidissement au sodium, finalement mis à l’arrêt définitivement en 1998.

Un démantèlement plutôt rapide

Il aura fallu près de deux décennies pour que le découpage de la cuve puisse débuter en toute sécurité. Certains y verront un laps temps bien trop long pour en arriver à cette étape importante de la déconstruction du réacteur. Les experts seront, eux, beaucoup plus indulgents, car une telle opération nécessite de la rigueur, de la méthode, le suivi d’une réglementation pointilleuse et donc du temps. EDF – sur les recommandations de l’Autorité de sûreté nucléaire – a d’ailleurs opté en 2000 pour une déconstruction des réacteurs nucléaires juste après leur arrêt. Une autre solution consiste à laisser aux générations suivantes le soin de démanteler et d’en assurer le coût financier. Et du coup, le décret autorisant ces travaux n’a été obtenu, après instruction de l’ASN, qu’en 2006.

Environ 350 personnes sur le site sont chargées de réaliser les activités de déconstruction de réacteur, la surveillance et l’exploitation des installations. De nombreux corps de métiers sont à l’œuvre, mais ce qui retient le plus l’attention ce sont les équipes qui s’attaquent désormais à l’immense cuve ayant contenu le sodium liquide. Vidée et nettoyée, la cuve constitue le plat de résistance d’une déconstruction hors norme. Haute de 20 mètres et d’un diamètre de 24 mètres, la cuve est six fois plus large que celle d’un réacteur classique.

Concrètement, l’ouverture de la cuve se déroulera en 3 temps afin de retirer les trois bouchons imbriqués les uns dans les autres et qui ferment la cuve. Une opération difficile puisque le plus petit de ces bouchons pèse 188 tonnes tandis que le plus gros affiche 500 tonnes sur la balance. Une fois extraits, ils seront envoyés dans un atelier spécifique construit sur place pour être découpés. . D’autres chantiers de déconstruction se dérouleront en parallèle (par exemple le démontage des générateurs à vapeur) jusqu’à la démolition de la majorité des bâtiments du site et l’assainissement du terrain pour que le site puisse accueillir de nouvelles activités industrielles à compter de 2030.

Superphénix comme vitrine du savoir-faire français

Le terme de « déconstruction » est donc le plus pertinent pour mettre en évidence un processus qui voit chaque structure être démontée (et traitée lorsque nécessaire) et non pas simplement détruite. Une déconstruction qui prend également du temps, car si le déchargement du combustible nucléaire et la vidange réalisée en début de processus a permis d’évacuer plus de 99,9 % de la radioactivité du site, le personnel est soumis à des procédures de sûreté très strictes. Les équipes d’EDF se donnent donc du temps et développent une expertise unique au monde à laquelle s’ajoute celle d’Orano, l’autre géant français du nucléaire.

Orano est aujourd’hui le leader hexagonal d’un marché du démantèlement en plein essor (environ 45 % des parts de marché). Selon les experts, ce marché est de l’ordre de 650 millions d’euros par an en raison de l’âge du parc nucléaire français. Une exception au niveau mondial qui fait des entreprises françaises les plus performantes dans un domaine qui ne manquera pas de toucher à plus long terme d’autres pays engagés dans le nucléaire civil. Le marché mondial du démantèlement (France comprise) est évalué à 220 milliards d’euros. C’est bien assez pour aiguiser les appétits et vouloir se démarquer de la concurrence.

Avec le démantèlement de Superphénix, les entreprises françaises disposent d’une belle vitrine pour attirer de futurs clients. L’extraction, en 2010, des 6 000 mde sodium, transformés en soude avant d’être neutralisés dans le béton, avait été saluée par les experts. Le découpage de la cuve doit signer un nouveau succès pour la filière française du démantèlement et porter ainsi les entreprises hexagonales vers de nouveaux contrats à l’étranger.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 18 Déc 2017
Le nucléaire suscite de nombreuses peurs dans un climat qui s’est particulièrement tendu depuis plusieurs années. La catastrophe de Fukushima et les attentats perpétrés en France depuis 2012 constituent de sérieuses menaces à prendre en compte pour la sûreté du…
jeu 20 Nov 2014
Que se passerait-il si la centrale nucléaire de Tricastin se retrouvait dépourvue d'alimentation électrique ? Comment réagiraient les réacteurs nucléaires s'ils étaient basculés en urgence sur le système de secours secondaire d'alimentation ? Comment les équipes d'EDF géreraient-elles une brèche…
François de Rugy a présenté sa démission au Premier ministre mardi 16 juillet 2019 dans l'après-midi. Depuis une semaine, le ministre de la Transition écologique et solidaire était la cible d'une série de polémiques autour de ses dépenses personnelles. Des…
mer 7 Oct 2015
Afin de renouveler un parc nucléaire en fin de cycle, le gouvernement de David Cameron fait confiance à la technologie française. En effet, deux nouveaux EPR vont prochainement fournir de l’électricité sur le réseau d'outre-manche ; un projet estimé à 16 milliards…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.