Birmanie : le chef de la junte reçu en Russie pour parler de nucléaire - L'EnerGeek

Birmanie : le chef de la junte reçu en Russie pour parler de nucléaire

birmanie chef junte recu russie parler nucleaire - L'Energeek

Malgré les violentes critiques de l’Occident sur la violence de sa répression, Min Aung Hlaing, chef de la junte militaire au pouvoir en Birmanie depuis le 1er février 2021, a été reçu ce 12 juillet 2022 en Russie par plusieurs hauts responsables, pour évoquer notamment le partenariat entre son pays et Rosatom sur le nucléaire.

La Birmanie veut se lancer dans le nucléaire civil avec l’appui de la Russie, même après le coup d’Etat

La Birmanie affiche depuis le milieu des années 2000 sa volonté de se doter de centrales nucléaires civiles pour assurer son approvisionnement en électricité. Et la Russie est devenue, progressivement, le partenaire-clé du pays sur ce sujet.

En 2007, un accord avec Moscou donnait naissance au premier centre de recherche nucléaire birman. En 2015, Birmanie et Russie signent un « mémorandum de compréhension », visant à coopérer en matière de technologies nucléaires, “dans un but pacifique et sur un fondement légal”. Un nouvel accord, signé en 2016, renforce encore la position centrale de l’entreprise publique russe Rosatom dans le programme nucléaire birman.

Et, ce 12 juillet 2022, c’est notamment pour évoquer l’avancée de ce programme que Min Aung Hlaing, le chef de la junte militaire au pouvoir en Birmanie depuis le coup d’État du 1er février 2022, a été reçu en Russie.

Soutien croissant de Moscou à la junte birmane

Si, selon l’agence de presse russe Ria Novosti, il n’a pas rencontré Vladimir Poutine, Min Aung Hlaing a assisté à l’inauguration d’une pagode dans un centre culturel birman en présence du vice-ministre russe de la Défense, Alexandre Fomine, puis a rencontré à Moscou le chef de l’agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozine, ainsi que des représentants de Rosatom.

Depuis le coup d’État, la junte birmane affronte des organisations ethniques rebelles et les milices des « Forces de défense du peuple », tout en réprimant les manifestations dans le sang. La Russie a toujours refusé d’adopter la moindre sanction contre la junte au Conseil de sécurité de l’ONU, invoquant le respect des affaires intérieures des pays.

Cette visite de Min Aung Hlaing a eu lieu deux jours après la déclaration du secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Bangkok, qui reconnaissait que les sanctions contre la junte birmane n’avaient eu aucun effet, mais qu’il fallait intensifier la pression sur les militaires.

De plus en plus isolée sur la scène diplomatique mondiale, après l’invasion de l’Ukraine, la Russie affiche un soutien croissant à la junte au pouvoir en Birmanie, à laquelle elle vend des armes. En mars 2022, pour la deuxième année consécutive, des militaires russes ont ainsi pris part à un défilé militaire célébrant les forces armées en Birmanie.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 30 Juil 2013
Selon la politique de gestion nationale des déchets radioactifs définie par le Parlement,  les déchets à vie longue seront stockés dans des galeries souterraines d’ici 2035. En attendant la mise en œuvre de cette solution, ces déchets sont conditionnés grâce…
mar 26 Mai 2015
La République tchèque envisage bien de déployer quatre nouveaux réacteurs nucléaires au cours des prochaines années. C'est ce qu'a annoncé samedi 23 mai Bohuslav Sobotka, Premier ministre de ce pays d'Europe centrale, au cours d'une visite officielle sur le site…
mer 29 Juin 2022
Ce 28 juin 2022, la société énergétique de Tchéquie ČEZ a signé un contrat avec l’américain Westinghouse et le français Framatome pour la livraison d’assemblages de combustible destinés à la centrale nucléaire de Temelín, à partir de 2024, en remplaçant…
mar 10 Mar 2020
Ce lundi 9 mars 2020, un groupe d'experts indépendants, qui conseille la Commission Européenne, a rendu ses conclusions sur la « taxinomie verte », cette liste d'énergies considérées comme favorables à l'environnement : ils n'ont pas recommandé d'y inclure le…

COMMENTAIRES

  • Contrairement aux énergies renouvelables, le nucléaire permet de protéger les envahisseurs et de servir entre autres de base de lancement de missiles

    Exemple :

    Ukraine : La plus importante centrale d’Ukraine (Zaporijia) est tombée en mars aux mains des russes qui ont déployé des lanceurs de missiles et qui sert de base de tirs.

    La situation à la centrale est extrêmement tendue et la tension s’accroît de jour en jour, comme le confirme entre autres Petro Kotin, président d’Energoatom

    Jusqu’à 500 soldats russes se trouvent sur le site de la centrale

    Selon Petro Kotin, “l’AIEA ne se montre pas assez ferme à l’égard de Moscou pour des raisons politiques et parce qu’un russe siège auprès de son directeur général”

    https://www.lindependant.fr/2022/07/16/guerre-en-ukraine-une-centrale-nucleaire-transformee-en-base-militaire-russe-des-missiles-tires-au-pied-des-reacteurs-de-zaporijjia-10439372.php

    .

    Répondre
  • Nous en France nous avons été prudents face à l’expansionnisme du Kremlin en retardant la mise en route de l’EPR de Flamanville, en mettant à l’arrêt la moitié de nos réacteurs et en état d’alerte la brigade de Saint Tropez, mais il faut quand même se méfier de la précision des missiles russes, on ne devrait pas oublier que les russes ont toujours eu un problème avec la géographie !

    https://twitter.com/RALee85/status/1540214406549749766

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.