La France a échappé aux délestages lundi 12 décembre... mais au prix fort - L'EnerGeek

La France a échappé aux délestages lundi 12 décembre… mais au prix fort

Lundi 12 décembre, plusieurs experts de l’électricité avaient prédit une alerte Ecowatt orange, voire, un risque de délestage. Pourtant, l’indicateur de RTE est resté au vert, et il n’y a pas eu de coupures de courant en France. Mais ce choix a un prix. Élevé.

 

Tout s’est bien passé lundi 12 décembre, même à 19h00, au moment du pic de consommation d’électricité en France.  Les prévisions de consommation, réalisées la veille, donnaient un pic estimé à 31 700 MW. Le jour même, le pic de consommation d’électricité a été réactualisé, à 8300 MW, soit quasiment l’équivalent de deux réacteurs nucléaires d’ancienne génération (sachant qu’ils sont quasiment tous déjà en activité). Au final, la consommation réelle mesurée à 19H00 en France a atteint 82385 MW, au plus haut.

 

Le MW vendu 549 € sur le marché spot, lundi 12 décembre

A cet instant précis, la production d’électricité franco française théorique ne dépassait pas 63 MW. Curieusement pourtant, d’après les données fournies par EDF et RTE principalement, la France n’aurait importé « que » 6262 MW », à 19h00. On suppose donc que le différentiel, énorme, aurait été trouvé dans les barrages hydroélectriques, ouverts en grand partout, pour fournir les 13500 MW manquants. Ce chiffre de 6262 MW importés est d’autant plus curieux que depuis déja plusieurs jours voire semaines, les importations d’électricité atteignent régulièrement 10 MW, avec des pointes à 15 MW. Maintenant, il est évident que le pic de 19h00 touche quasiment à l’identique nos voisins, en particulier l’Allemagne, avec un léger décalage : les Allemands rentrent plus tôt chez eux que les Français, mais commencent également leur journée plus tôt.

 

Mais le vrai sujet n’est pas là : Les mégawatts que la France a du importer lundi (et qu’elle importe en réalité tous les jours) lui ont coûté une petite fortune. Lundi 12 décembre, le marché spot instantané de l’électricité proposait le MW à … 549 €. Contre un prix de revente, à la sortie de nos centrales nucléaires, fixé à 42 €, pour un prix de revient de 36 €.

De l’électricité 12 fois plus cher que l’électricité nucléaire

Autrement dit, les électrons manquants lundi ont été payés par EDF 12 fois plus cher que le prix à la sortie des centrales nucléaires, et entre 9 et 10 fois plus cher qu’à la sortie des autres moyens de production franco-français. Lundi, il y a donc eu de vrais gros veinards en Europe, qui ont produit des électrons, bien au delà de leurs coûts réels.

Maintenant, pour être honnête, il faut rappeler que les centrales à gaz, qui servent justement d’étalon au prix de l’électricité en Europe, provoquant les effets pervers que l’on connait, sont mécaniquement les moins rentables, en raison des prix du gaz acheté et stocké ces derniers mois. L’an prochain, ces centrales ne pourront pas venir au secours de la France, soit, faute de gaz, soit parce que le prix des électrons produits à la sortie des turbines à gaz sera supérieur au prix du MW sur le marché spot, probablement réformé d’ici là… Les pics comme celui de lundi dernier (82 MW) ne pourront alors pas être passés aussi facilement.

 

 

 

Rédigé par : Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud
ven 16 Sep 2016
Jeudi 15 septembre, le gouvernement britannique a confirmé son intention de construire deux EPR à Hinkley Point. Avec cette décision, le Royaume-Uni relance la filière nucléaire en Europe, selon Jean-Bernard Lévy, et renforce sa stratégie bas-carbone. (suite…)
ven 7 Avr 2017
Malgré les pressions de Ségolène Royal qui souhaitait acter officiellement par décret la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne avant la fin du quinquennat de François Hollande, la procédure prévue dans ce cadre ne sera enclenchée que "dans les six…
mer 4 Mar 2015
Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'Écologie qui préside désormais la fondation "Énergie pour l'Afrique", a profité de son passage à la matinale d'Europe 1, mardi 3 mars, pour présenter en détails "son plan Marshall" pour l'électrification du continent. Un projet, selon…
mar 1 Jan 2019
2018 s’est achevée sur un bilan contrasté pour la transition énergétique française. Si les énergies renouvelables sont appelées à occuper une place plus importante au cours des prochaines années, le dernier trimestre 2018 a vu naître une forte remise en…

COMMENTAIRES

  • Mon cher Jean-baptiste Giraud,

    On dirait que vous avez un sérieux problème avec les chiffres et les unités……

    1) “Le jour même, le pic de consommation d’électricité a été réactualisé, à 8300 MW, soit quasiment l’équivalent de deux réacteurs nucléaires d’ancienne génération ”
    => Tiens bizarre, je ne savais pas qu’on avait des réacteurs de 4150 MW de puissance dans le parc français
    ==> Par ailleurs, le pic de consommation (ou plutot la puissance appelée) était plutôt à 83000 MW (et pas 8300 MW) et j’imagine qu’a la place de 31 700 MW vous vouliez écrire 81 700 MW et à ce moment la, l’écart entre les 2 représente 1300 MW soit l’équivalent de 1.5 réacteurs d’ancienne génération. 2 réacteurs serait l’équivalent de 1800 MW.

    2) ‘Le MW vendu 549 € sur le marché spot, lundi 12 décembre’
    ==> Ce n’est pas le Mw mais le Mwh qui est vendu 549 euros !!!!

    3) “A cet instant précis, la production d’électricité franco française théorique ne dépassait pas 63 MW.”
    63 MW pour toute la france ??? Je pense que vous vouliez écrire 63 GW……

    Enfin bref, il y a tellement d’erreurs dans les unités que j’ai pas le courage de tout corriger….

    Relisez-vous.

    Ou alors, faites comme Energie + et copiez le travail des autres, la vous risquez pas de vous tromper.

    Bref, si il y a des gens qui lisent ça , ça m’étonne pas que certains pensent que des éoliennes et des panneaux solaires puisse remplacer des réacteurs….

    Répondre
  • D’accord Sam Sam,
    j’ai eu le même sentiment que vous: entre les pb de facteur-10 et les MWh pour la prod, les chiffres filent le tournis…. Une relecture préalable à diffusion serait bienvenue….
    Sorry JBG
    Slts
    Guy

    Répondre
  • Pas seulement truffé d’erreur mais aussi des interrogations injustifiées pour qui suit le problème de l’énergie de façon assidue. Par exemple : EDF aura peut être trouvé les MW manquant à 19h quelque part dans l’hydraulique…? Il suffit de regarder la production par filière a 19h sur eco2mix et vous auriez eu votre réponse.

    Répondre
  • @sam Sam, qu’on lise cet article ou pas avec ou sans ses erreurs cela n’empêchera pas les renouvelables de remplacer le nucléaire, c’est d’ailleurs en chemin un. Peu partout. Et même en France et même si ce sera avec u’ peu de retard. Avec une excellente raison s’il n’y en avait qu’une : le nucléaire est une ressource finie tandis que les renouvelables comme leur nom l’indique sont éternels et infinis.

    Répondre
  • @ Guy de Gif sur Yvette (chouette coin où j’ai habité durant deux ans)
    Ce lundi n’avait rien d’extraordinaire pour la facture.
    Ça fait 9 mois que nos voisins nous maintiennent sous perfusion. Notamment l’Allemagne qui est la principale contributive à notre sauvetage, suivi par les espagnols et quelquefois l’Angleterre., c’est souvent des 10 à 12 GW qui nous sont transfusés depuis 9 mois, soit jusqu’à la production de plus de 13 réacteurs nucléaires de 900 MW, les plus rependu en France. Mais cela n’empêche pas les Sam Sam et autres nucleophiles de baver sur l’Allemagne et ses soi disant centrales à charbon qu’ils remplacent de plus en plus par du renouvelable tout comme le nucléaire. Mais heureusement qu’ils n’ont pas encore tout fermé de ces vieilles centrales à charbon puisque c’est ce qui leur permet de nous secourir. Mais l’important est de savoir qu’ils produisent la moitié de leur électricité par du renouvelable et qu’ils utilisent moins de charbon qu’il y a 10 ans quand ils ont fermé la moitié de leurs réacteurs nucléaires.
    Bien cordialement.

    Répondre
  • Impayable Mr ROCHAIN, on a vu combien fournissaient le vent et le soleil en France avec ces 35 Gw implantés sur notre territoire pour 140Md€ de subventions …….depuis 15 ans que l’on pénalise le nucléaire et que l’on savait qu’il fallait changer les courroies de distribution, on aurait du plutôt faire des centrales à charbon comme les Allemands au lieu de fermer en plus Fesh, c’est ce qu’on fait les verts Allemands….ils ont doublé leur parc installé dont 100 Gw en vent et soleil pour sortir à 320grde CO2/kwh contre 60 pour la France? mais eux ils ne trahissent pas leur pays…..prenez du temps à écouter les auditions en cours sur l’indépendance energétique de la France c’est édifiant on ne peut pas lutter contre la trahison de nos politiques manipulés par l’Europe Allemande….si la situation actuelle ne suffit pas à vous éclairer la cause est perdue….On ne dispose pas de stockage massif de l’électricité , on n’a que peu de ressources autre d’énergie , nous dépendons encore à 70% du fossile…..et l’intermittence générée ne résous pas le pb même au niveau Européen loin s’en faut….nos industiels fuient…avec les savoirs faire et les emplois éailleurs…les Français payent l’addition de tous les cotés…..contents!

    Répondre
  • Impayable Mr ROCHAIN, on a vu combien fournissaient le vent et le soleil en France avec ces 35 Gw implantés sur notre territoire pour 140Md€ de subventions …….depuis 15 ans que l’on pénalise le nucléaire et que l’on savait qu’il fallait changer les courroies de distribution, on aurait du plutôt faire des centrales à charbon comme les Allemands au lieu de fermer en plus Fesh, c’est ce qu’on fait les verts Allemands….ils ont doublé leur parc installé dont 100 Gw en vent et soleil pour sortir à 320grde CO2/kwh contre 60 pour la France? mais eux ils ne trahissent pas leur pays…..prenez du temps à écouter les auditions en cours sur l’indépendance energétique de la France c’est édifiant on ne peut pas lutter contre la trahison de nos politiques manipulés par l’Europe Allemande….si la situation actuelle ne suffit pas à vous éclairer la cause est perdue….On ne dispose pas de stockage massif de l’électricité , on n’a que peu de ressources autre d’énergie , nous dépendons encore à 70% du fossile…..et l’intermittence générée ne résous pas le pb même au niveau Européen loin s’en faut….nos industiels fuient…avec les savoirs faire et les emplois ailleurs…les Français payent l’addition de tous les cotés…..contents!

    Répondre
  • Laissez tomber !
    Rochain est irrécupérable.

    En réalité, il ne croit même pas au ENRi lui même.
    C’est juste qu’il a misé ses économies la dessus et que maintenant, ils se sent obligé d’écumer tous les forums possibles pour baver sur le nucléaire qui est présenté comme le concurrent direct des ENRi alors qu’il n’y a pas de comparaison possible entre les deux tellement le résultat des ENRi sont minables par rapport aux sommes engagées.

    Quand je vois qu’il écrit que le renouvelable est “infini”, j’ai l’impression de lire un post de collégien tellement c’est ridicule.
    Comme si les éoliennes et les panneaux solaires tombaient du ciel.

    En quant au Allemands qui sont systématiquement présenté comme l’exemple par tous les hypocrites et les décérébrés de service, ils sont à genoux devant les qataris, les nigérians et les norvégiens pour gratter tous les M3 de gaz qu’ils peuvent.
    Preuve que eux même ne croient pas aux ENRi pour assurer leur indépendance malgré les 500 milliards engagés.
    Et surtout, cela n’empêchera pas leur industrie d’être complètement liquidée d’ici la fin de l’année prochaine malgré leur plan d’aide de 200 millards.

    Répondre
  • Les scientifiques et ingénieurs montrent la Lune et les abrutis regardent leur doigt !

    N’est-ce pas Sam Sam ?!

    France : grand plan sur la géothermie annoncé prochainement. Il permettra d’accélérer le déploiement de la géothermie de surface et d’évaluer sa place dans la prochaine Programmation Pluriannuelle de l’Energie.

    Selon le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) la géothermie de surface (entre 1 et 200 mètres de profondeur)- sans évoquer la géothermie EGS dont le potentiel est encore bien plus élevé et sans limites de production dans le temps et évidemment bien au delà de la filière nucléaire uranium et/ou thorium – peut couvrir 70% des besoins thermiques de la France mais elle ne représente actuellement que 1% de la chaleur produite dans le pays.

    97 % des sols français devraient être éligibles à des opérations de géothermie de surface et ainsi permettre de produire l’équivalent de 100 TWh de réseaux de chaleur d’ici à 2040 (pour seulement 4,7 TWh à l’heure actuelle), soit l’équivalent en matière de production électrique d’environ 5 tranches nucléaires, pour un coût nettement moindre, une plus grande rapidité d’implantation, moins d’empreinte au sol, sans impact sur la ressource en eau et sans les risques ni déchets.

    Un groupe d’acteurs publics et privés de la filière géothermique en France a officiellement lancé France Géoénergie, un collectif qui vise à rendre plus visible l’intérêt environnemental et financier de la géothermie.

    Le collectif rassemble l’Association Française des Professionnels de la Géothermie (AFPG), le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), Celsius Energy, Equans (filiale du groupe Bouygues), Engie Solutions, Vinci Construction, l’Agence de la Transition Ecologique (ADEME) , la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) et le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et les transports. développement (Cerema).

    Les développements récents de la géothermie en France constituent un éventail d’applications : production d’électricité en Auvergne, chauffage urbain à Meudon et dans les communes de Paris, extraction de lithium en Alsace.

    Mi-octobre, le Haut-Commissariat au plan publiait un rapport intitulé « Responsabilité climatique. La géothermie de surface une arme puissante » dans lequel la géothermie de minime importante, soit entre 0 et 200 m de profondeur, est considérée comme une source d’énergie renouvelable, permanente et inépuisable pour le chauffage et le refroidissement des bâtiments

    https://www.gouvernement.fr/responsabilite-climatique-la-geothermie-de-surface-une-arme-puissante

    .

    Répondre
  • L’énergie géothermique de type EGS (Enhanced Geothermal Systems) pourrait devenir dès 2030 l’un des moyens les plus rentables de produire de l’énergie propre pour de nombreux pays, à condition de politiques appropriées

    C’est l’un des constats du récent rapport “Superhot Rock Energy: A Vision for Firm, Global Zero-Carbon Energy” du Clean Air Task Force (CATF) réalisé avec la Hot Rock Energy Research Organization, spécialisée dans l’énergie géothermique et le cabinet de conseil en énergie LucidCatalyst.

    Les trois organismes de recherche estiment que cette forme de production d’énergie coûterait environ 20 à 35 $ / MWh, ce qui la rendrait très compétitive

    La désintégration progressive des particules radioactives dans le noyau terrestre produit de l’énergie géothermique. Le noyau terrestre a une température d’environ 5 200 °C, tandis que la roche et l’eau de la croûte terrestre peuvent atteindre des températures d’environ 370 °C. L’énergie thermique est accessible dans les roches et l’eau à quelques kilomètres sous terre

    La géothermie EGS pourrait permettre aux pays du monde entier d’accéder à cette source d’énergie renouvelable à faible coût

    Parmi ses avantages :

    – son potentiel en capacités est en Térawatts,
    – à coût compétitif,
    – sa ressource est inépuisable,
    – la chaleur de la Terre est partout, disponible 24h/24 et 7j/7,
    – avec un minimum d’empreinte de surface,
    – à zéro gaz à effet de serre à la production
    – elle permet la reconversion du secteurs fossile et de centrales thermiques
    – de générer des carburants sans carbone comme l’hydrogène et l’ammoniac
    – elle est accessible dans le monde entier
    – elle permet le cas échéant l’exploitation plus propre d’autres ressources locales (lithium, cuivre etc)
    – de même le stockage durable de C02
    – elle est locale et permet l’indépendance énergétique comme la charge de base

    CATF souligne le manque de financement pour les projets géothermiques par rapport à d’autres programmes d’énergie tels que le nucléaire – dont le potentiel n’est pas aussi universel et les perspectives de compétitivité moindres, parmi d’autres inconvénients substantiels – ou la capture du carbone et l’hydrogène

    Bruce Hill, l’auteur du rapport déplore que : «La géothermie EGS n’est pas encore assez dans le débat sur la décarbonisation – mais compte tenu d’une décennie ou deux d’investissements agressifs, elle pourrait produire de l’énergie de base – locale, dense en énergie, propre, pour une charge de base très compétitive »

    La géothermie EGS débloquerait la chaleur inépuisable qui existe partout. Cette chaleur ouvre la voie à des térawatts d’énergie propre (chaleur/froid et électricité) localisée qui pourraient alimenter les réseaux électriques mondiaux, fournir de la chaleur (et froid) résidentiels et industriels et produire de l’hydrogène et autres sans carbone pour un avenir énergétique sûr et équitable.

    Terra Rogers, directeur du programme, Superhot Rock Energy, précise que la géothermie EGS ne nécessite aucune percée scientifique supplémentaire. Il existe des dizaines de puits à travers le monde qui ont atteint des conditions de surchauffe et, avec les bonnes avancées techniques et commerciales, nous pourrions voir la commercialisation dans des années, pas des décennies.

    Quelques projets existent déjà et plusieurs autres sont prévus pour le Japon, l’Islande, l’Italie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. Aux États-Unis, il existe un potentiel important pour le développement d’opérations géothermiques plus complexes grâce au soutien du Département de l’énergie (DoE), qui a annoncé son objectif de réduire le coût des systèmes géothermiques EGS de 90 % d’ici 2035.

    La secrétaire à l’Énergie, Jennifer M. Granholm, a souligné qu’il existe aux États-Unis plus de cinq térawatts de ressources thermiques, suffisamment pour répondre aux besoins en électricité du monde entier, ce qui pourrait soutenir l’objectif américain de zéro émission nette d’ici 2050. Elle estime que l’Enhanced Geothermal Shot du DoE fera passer la technologie géothermique EGS à une adoption commerciale rentable

    https://www.catf.us/fr/work/superhot-rock/

    .

    Répondre
  • La géothermie j’y vois aussi un grd intérêt et un max de ressource sous forme de chaleur à exploiter en kWh électrique via une turbine ou sous forme de calories pour alimenter un réseau de chaleur et chauffer des logements et bâtiments divers.
    Seul hic ou pb avec la géothermie profonde, par ex à 5000 m avec 200 deg C au fond, comme à Soultz-sous-Forêt (67 – Alsace) ds la « roche-basement » (granit) c’est du Hot Dry Rock, càd qu’il n’y a pas d’eau résiduelle, mais des roches chaudes, dt il faut puiser les calories en descendant de l’eau de à faire circuler ds les fissures colmatées par des dépôts minéraux.
    Pour ouvrir ces fissures et permettre une circulation de l’eau injectée, il faut faire un fracking, ce qui peut créer des mini-tremblements de terre (jusqu’à 3 et qqs sur échelle de Richter ) ce qui a causé des pbs en surface…. That is the (big) pb!
    Certains tests ont été arrêtés par Mme la Préfète.
    Wait & See pour la/les solutions.
    Slts
    Guy

    Répondre
  • La géothermie j’y vois aussi un grd intérêt et un max de ressources potentielles sous forme de chaleur à exploiter en kWh électriques via une turbine+alternateur ou sous forme de calories pour alimenter un réseau de chaleur et chauffer des logements et bâtiments divers.
    Seul hic ou pb avec la géothermie profonde, par ex à 5000 m avec 200 deg C au fond, comme à Soultz-sous-Forêt (67 – Alsace) ds la « roche-basement » (granit) c’est du Hot Dry Rock, càd qu’il n’y a pas d’eau résiduelle, mais des roches chaudes, dt il faut puiser les calories en descendant de l’eau de à faire circuler ds les fissures colmatées par des dépôts minéraux.
    Pour ouvrir ces fissures et permettre une circulation de l’eau injectée, il faut faire un fracking, ce qui peut créer des mini-tremblements de terre (jusqu’à 3 et qqs sur échelle de Richter ) ce qui a causé des pbs en surface…. That is the (big) pb!
    Certains tests ont été arrêtés par Mme la Préfète.
    Wait & See pour la/les solutions.
    Slts
    Guy

    Répondre
  • Pauvre Energie +
    Retourner voir votre Psychiatre, il va vous renouveler votre ordonnance de Prozac…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.