Ukraine : premières sanctions de l’Union Européenne contre les hydrocarbures russes - L'EnerGeek

Ukraine : premières sanctions de l’Union Européenne contre les hydrocarbures russes

ukraine premieres sanctions union europeenne contre hydrocarbures russes - L'Energeek

Ce vendredi 8 avril 2022, l’Union Européenne a officialisé son cinquième « train » de sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine, suite à la tentative d’invasion de l’Ukraine : pour la première fois, l’UE s’attaque aux hydrocarbures russes, avec une interdiction des importations de charbon à partir d’août 2022. Le Parlement Européen a voté une mention réclamant un « embargo total » sur le gaz, le pétrole et le charbon russes.

L’Union Européenne va interdire les importations de charbon russe à partir d’août 2022

Dans la foulée de l’embargo décidé par les pays baltes sur le gaz russe, l’Union Européenne a présenté, ce vendredi 8 avril 2022, sa nouvelle salve de sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine, pour répondre à la guerre menée en Ukraine, et les probables atrocités commises par l’armée russe.

L’Union Européenne a décidé, pour la première fois, de s’attaquer directement aux hydrocarbures russes. Jusqu’ici, l’industrie énergétique de la Russie n’avait été visée qu’en amont, via l’interdiction d’y exporter du matériel critique dans l’extraction ou le raffinage du pétrole et du gaz.

Mais cette fois, les Vingt-Sept se sont accordés pour interdire l’importation de charbon russe sur le sol de l’Union Européenne d’ici au mois d’août 2022. Ce délai a été jugé nécessaire pour laisser expirer la plupart des contrats d’achat existants et limiter les risques de litige juridique. Mais chaque État membre sera libre de mettre fin plus tôt à ses importations de charbon russe si ses contrats en cours lui permettent.

Le Parlement Européen vote un embargo total sur les hydrocarbures russes

La présidente de la Commission Européenne a également annoncé que Bruxelles travaillait à des sanctions ciblées sur le pétrole russe, notamment une hausse des droits de douane.

Ce jeudi 7 avril 2022, le Parlement Européen a même proposé d’aller beaucoup plus loin, pour tarir définitivement la manne financière d’un milliard d’euros par jour qu’envoie l’Union Européenne à la Russie en achetant ses hydrocarbures : les eurodéputés ont voté jeudi à une écrasante majorité une résolution en faveur d’un embargo « total et immédiat » sur les importations « de pétrole, de charbon, de combustible nucléaire et de gaz russes ».

Cette résolution a toutefois peu de chances de devenir une sanction réelle : l’Allemagne n’y est globalement pas favorable, craignant de plonger dans une récession inédite sans le soutien des énergies fossiles russes. Plus problématique encore, le premier ministre hongrois, Viktor Orbàn, réélu triomphalement ce dimanche 3 avril, a indiqué qu’il s’opposerait à une telle mesure, alors que l’unanimité est requise pour l’adopter.

Pour autant, les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept se réunissent ce lundi 11 avril pour évoquer les possibles sanctions énergétiques à venir, notamment sur la question du pétrole.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
A l'occasion de la publication de son livre Mon journal du monde, le professeur à l'Université Paris Dauphine, Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, analyse le secteur de l'énergie pour le journal La Dépêche. Selon lui, alors que les énergies renouvelables ne…
mer 15 Nov 2017
Le projet de cession par EDF de ses activités de cogénération et de sa centrale thermique de Rybnik en Pologne, a finalement été entériné. L'énergéticien public polonais PGE a annoncé, lundi 13 novembre 2017, la finalisation de la reprise des…
mar 6 Juin 2017
A l’instar de la Chine et de l’Union européenne, l’Inde s’est elle aussi posée en défenseur de l’accord de Paris sur le climat suite au retrait américain annoncé par Donald Trump jeudi 1er juin 2017. Narendra Modi, le Premier ministre…
mar 20 Fév 2018
En pleine diversification de son activité dans les énergies renouvelables et la fourniture d’énergie aux particuliers, le géant pétrolier Total n’en a pas pour autant abandonné son principal fonds de commerce. Le groupe français devrait continuer à développer sa production…

COMMENTAIRES

  • Par pitié, qu’on arrête de nous relayer sans cesse les gesticulations minables de nos fonctionnaires surpayés et inutiles.

    Non seulement, il n’y a aucune sanction contre la Russie, mais en plus, grâce à la stupidité de nos dirigeants, la Russie n’a jamais vendu autant de gaz à un tarif aussi élevé.
    Même l’Ukraine se chauffe au gaz russe !!!

    Tous ce délire faisant croire qu’on va réussir à remplacer chaque année les 200 milliards de M3 de gaz russe par des économies, des ENRs , du biogaz et du GNL qui viendrait des 4 coins du monde commence à devenir insupportable.

    Il n’y a pas 200 milliards de m3 de méthane qui dorment quelque part.
    Et même si, la quantité était disponible ailleurs, il n’y a aucune infrastructure qui pourrait permettre de la rendre disponible dans un futur proche.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.