EDF et l'état français lancent le Fonds France Nucléaire

Le Fonds France Nucléaire, nouvelle étape du plan France Relance

Le Fonds France Nucléaire, nouvelle étape du plan France Relance

Le 21 octobre, EDF et le gouvernement français ont annoncé le lancement du Fond France Nucléaire. Il s’agit d’une nouvelle étape du Plan France Relance. Et elle vise à soutenir l’ensemble de la filière nucléaire grâce à un budget initial de 100 millions d’euros. La création de ce nouveau fonds, à la veille de la COP26 qui s’ouvrira dimanche en Ecosse, affirme un peu plus la place qu’Emmanuel Macron entend donner au nucléaire dans la stratégie énergétique tricolore.

Lancement du Fonds France Nucléaire

L’état français et EDF, via sa filiale EDEV, s’associent pour lancer le Fonds France Nucléaire. La décision a été annoncée le 21 octobre dernier. L’état et EDF vont chacun souscrire 50 millions d’euros pour doter le Fonds. Ce budget initial financera les premiers projets. Et à terme, l’objectif du fonds est de mobiliser 200 millions d’euros d’ici à 2023 autour du nucléaire.

A quoi servira ce Fonds France Nucléaire. Il “a pour objectif de réaliser des investissements destinés à accompagner la croissance des PME et des ETI de la filière nucléaire”. Concrètement, l’état et EDF veulent donner un nouvel élan à la filière nucléaire en accompagnant les investissements financiers nécessaires aux entreprises. La Sigefi Private Equity a déjà été choisie pour assurer la gestion du Fonds. Sa mission sera de sélectionner et prioriser les entreprises éligibles au Fonds. EDF a d’ores et déjà annoncé que les entreprises prioritaires seraient celles “possédant un savoir-faire important pour l’industrie nucléaire nationale”.

Déjà 470 millions d’euros pour le nucléaire

La décision de créer le Fonds France Nucléaire intervient dans un climat tendu. Le nucléaire est loin de jouir d’une bonne image auprès du large public. Les Français sont sceptiques face à l’atome, même s’il permet à la France de produire une électricité moins carbonée que certains de ses voisins européens.

Mais du côté de l’Elysée, Emmanuel Macron veut défendre la place du nucléaire dans le mix électrique tricolore. Ainsi, le Plan France Relance prévoit déjà une enveloppe de 470 millions d’euros pour la filière nucléaire. Ce budget doit servir à soutenir la recherche et le développement. Mais il prévoit aussi d’investir dans le renforcement des compétences et la “modernisation de l’outil industriel”.

Le nucléaire fait plus que jamais débat

Au niveau européen, le nucléaire reste un sujet qui fait débat malgré le soutien affiché par la France. Officiellement, le nucléaire n’entre pas dans la liste des sources d’énergies vertes. Et il n’est toujours pas mentionné dans la taxonomie européenne. Au-delà de la mobilisation de capitaux pour soutenir la filière, le gouvernement français entend bien placer le nucléaire au cœur de la future stratégie énergétique de l’Hexagone et de l’UE.

Le 10 octobre dernier, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et la ministre déléguée en charge de l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, ont signé une tribune de soutien au nucléaire. Le texte était intitulé “Nous, les Européens, avons besoin du nucléaire”. Et il était signé par une quinzaine d’autres ministres de l’Union Européenne. L’opposition autour du nucléaire, tant en France qu’au niveau européen, n’est pas prête de s’essouffler. Et la question devrait encore être au centre des discussions lors de la COP26.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 22 Août 2017
Quelques jours seulement après avoir clôturé l’offre publique de retrait qui a lui a permis de récupérer plus de 98% des actions du groupe nucléaire, le gouvernement a autorisé via un nouvel arrêté publié au Journal Officiel dimanche 20 août…
mar 4 Mar 2014
Le drapeau de la Russie a été hissé sur le Parlement de Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, dans la ville de Simferopol. Le parlement russe a voté à l'unanimité une intervention sur le sol ukrainien. Barack Obama a mis…
lun 25 Août 2014
Les Etats-Unis ont beau disposer d’une nouvelle manne, les pétroles et gaz de schiste, et développer rapidement les énergies nouvelles, ils ne renoncent pas pour autant à l’énergie nucléaire. Le département américain de l’énergie (DOE) vient d’allouer une somme de…
lun 3 Août 2015
Le groupe énergétique japonais, Kyushu Electric, exploitant de la centrale de Sendai dans la préfecture de Kagoshima, a annoncé la réalisation des derniers exercices de contrôle et de sécurité avant redémarrage du réacteur 1. Ces tests supervisés par l'Autorité de…

COMMENTAIRES

  • La chine a annoncé qu’elle allait construire 150 réacteurs nucléaires en 15 ans pour la somme de 380 milliards d’euros et elle deviendra de fait la première puissance nucléaire civil mondiale.

    On est très loin des minables projet nucléaire français et les mini-réacteur(SMR) que Macron veut vendre uniquement à l’export.
    Ce type est complétement débile !!!
    Il pense sérieusement que d’autres vont nous acheter des réacteurs qu’on ne veut pas pour nous même ?

    Dans les années 60, alors que le ingénieurs ne disposaient que de la planche à dessin et de la règle à calcul comme outils, ils sont parvenus à construire un parc de 58 réacteurs en un temps record.

    Aujourd’hui avec les outils de CAO tel que CATIA, les nouvelles technos de constructions qui devraient permettre d’aller beaucoup plus vite, on est plus capable de faire ?

    Depuis quand, ce pays est devenu aussi nul ?

    Répondre
  • Comme d’habitude samdam ne comprend pas ou est le problème. Ce n’est as un PB de planche à dessin ou de logiciel de Cao. Le temps de construction dépend de la complexité des opérations à réaliser dans un ordre précis avec des délais incompressibles de chaque étape. Et il fallait au moinss 11 ans pour faire un réacteur paler N4 après rodage et 15 ans pour les premiers. Il en faudra bien 15 pour les EPR quoi qu’il arrive par ailleurs. Et à cette date le prix de l’uranium sera déjà très élevé et on ne les amortir à pas, même sur 40 ans, et encore mois sur 60 comme les nucleophiles se le rapportent de bouche à oreille. Le MWh nucléaire sera rapidement à une altitude inavouable aujourd’hui et nous aurons l’électricité la plus chère du monde.

    Répondre
  • C’est vous qui ne comprenez rien.
    Toujours à opposer l’éolien au nucléaire comme si l’éolien était une alternative sérieuse au nucléaire.
    Quel débile peut croire ça ?
    Alors qu’on est dans la saison ou l’éolien devrait produire un peu, le FC du parc éolien est à 14% en France et 9% en Allemagne.
    Le FC du nucléaire est à 67% et la part du nucléaire est de 77%.
    Les chiffres contredisent tout vos discours minables basé sur l’idéologie et non sur les faits.

    J’imagine que vous êtes voyant extra-lucide pour prédire l’avenir avec une telle précision.
    Sinon, vous avez les chiffres gagnant pour le prochain loto ?

    Répondre
  • @ Sam Sam

    L’Agence internationale de l’énergie atomique estime elle-même que le nucléaire ne correspondra qu’entre 6 et 12% (au mieux) du mix électrique mondial d’ici 2050 (qui est à 10,2% de nucléaire actuellement et déjà à près de 7% d’éolien qui est en croissance de 14,2% par an depuis des années contre une stagnation “nette” pour le nucléaire), qui sera largement dominé par les renouvelables et en particulier éolien et solaire.

    Dites à cette agence qu’elle se trompe et que l’on va s’éclairer à la bougie car çà fait un sacré écart pour alimenter le monde, commencez à commander des bougies car sinon nous n’aurons plus le plaisir de lire vos conneries !

    La majorité de pays ne feront pas de nucléaire et feront majoritairement des renouvelables, donc faîtes vous marchand de bougies si vous croyez vos prévisions et balivernes, votre fortune est assurée si vos prévisions sont justes !

    Remarquez que vous pouvez faire doublement fortune en écrivant un livre sur les analyses énergétiques les plus bêtes du monde, là vous êtes champion !

    RTE parmi d’autre a fait des études sur des scenarii 100% renouvelables et n’y voit pas d’impossibilité particulière. Dans sa dernière mouture dont les scenarii médians correspondent étrangement aux possibilités de renouvellement du parc par EDF (autrement dit une étude taillée comme un costume sur mesure pour sa maison mère), elle l’estime plus cher que le nucléaire.

    Cà va être vraiment difficile pour EDF de rentrer dans les clous financièrement, c’est à dire à la fois de réduire nettement les coûts du nucléaire tout en rivalisant avec la plus forte baisse des prix des renouvelables et du stockage.

    C’est problématique car la France n’a qu’un marché nucléaire potentiel très limité, a perdu les marchés renouvelables à force de tout miser sur le nucléaire depuis 1946 ou a été institué le monopole et va se retrouver à des coûts énergétiques plus élevés que la plupart des autres pays qui auront opté pour les renouvelables aux potentiel de baisse de prix supérieurs et de marchés bien plus importants.

    Mais c’est vrai grâce à des gens qui raisonnent comme vous, nous sommes par avance des champions, comme en 1870 avec Sedan, comme en 1914 qui devait être une promenade de santé et dont la guerre s’est faite principalement sur le territoire français avec tous les dégâts et qui n’aurait pas été gagnée sans l’arrivée des américains notamment et je ne parle pas de 40 une débâcle en moins de 3 semaines et avec nos 56 réacteurs nucléaire une guerre contre nous prendrait même pas ce temps, on se prendrait une raclée comme encore jamais et on aurait des territoires entiers contaminés pour des dizaines de milliers d’années, génial !

    Mais c’est vrai, il n’y a plus de guerre ni de conflit et si c’est le cas nos agresseurs ne cibleront pas nos centrales nucléaire ni nos sites de déchets, ils nous enverront des missiles seulement avec des chocolats dedans !

    Répondre
  • Les faits sont qu’il y a endormement de vent en vallée du Rhône et en Occitanie mais qu’il n’y a pas d’éoliennes….
    Et le vent sans éoliennes cela ne produit que 0 watt
    Par ailleurs ce n’est pas l’éolien qui remplacera le nucléaire c’est l’ensemble des renouvelables mais faut-il d’abord en installer les outils avant de prétendre qu’il ne remplaceront pas le nucléaire
    Lui même est incapable après 60 ans de domination de fournir le besoin.
    Aujourd’hui même c’est 10 à 11 GW d’hydraulique et 8 GW d’un polluant et couteux gaz qui sont nécessaires avec 15 réacteurs à l’arrêt en panne pour 3 d’entre eux et 11 incapables de se trouver en état de marche pour cause de dissymétrie du carburant. Le nucléaire ne marche pas il faut changer immédiatement la direction des investissements.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.