Taxonomie verte européenne : la France déterminée à y inclure le nucléaire - L'EnerGeek

Taxonomie verte européenne : la France déterminée à y inclure le nucléaire

taxonomie verte europeenne france inclure nucleaire - L'Energeek.jpg

Durant la réunion des ministres des Finances de l’Union Européenne, à Kranj, en Slovénie, ce 10 septembre 2021, le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a lancé un nouvel appel à inclure le nucléaire dans la taxonomie verte des énergies « durables », qui permettent de lutter contre le changement climatique.

Taxonomie verte et nucléaire, un enjeu économique, industriel et environnemental

La lutte d’influence continue dans l’Union Européenne sur la question de l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie verte. Cette liste regroupe les énergies jugées « durables », favorisant la lutte contre le changement climatique, et donc éligibles aux investissements « verts ». Une question centrale pour une industrie nucléaire particulièrement dépendante d’investissements de départ lourds, et notamment pour la France, qui doit encore trancher sur l’avenir de cette filière.

Le 21 avril 2021, la Commission Européenne a publié une première version de cette taxonomie verte, mais en suspendant sa décision sur le nucléaire. Sur cette question, deux groupes de pays s’opposent : l’un, mené par la France et six pays de l’Europe de l’Est (Hongrie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie) défend l’intégration du nucléaire dans la taxonomie ; l’autre, mené par l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, l’Espagne et le Luxembourg, s’y oppose farouchement.

Alors que de nombreux analystes estiment que la décision pourrait tomber après les élections législatives allemandes de fin septembre 2021, la France, par la voix de son ministre de l’Economie Bruno Le Maire, a réaffirmé sa position face à l’ensemble de ses partenaires européens.

Bruno Le Maire appelle à lutter contre le changement climatique avec une approche « scientifique » et non « idéologique »

Bruno Le Maire a en effet profité de la réunion des ministres des Finances de l’Union Européenne au château de Brdo, à Kranj, en Slovénie, ce 10 septembre 2021, pour déclarer : “soit nous luttons contre le changement climatique avec une approche idéologique et nous échouerons, soit nous luttons contre le changement climatique avec une approche scientifique et dans ce cas nous réussirons. Mais cela signifie reconnaître la valeur ajoutée de l’énergie nucléaire”.

Je veux juste rappeler aux autres Etats membres et aux citoyens européens que deux rapports d’experts sont arrivés à la même conclusion, à savoir que l’énergie nucléaire est nécessaire pour lutter contre le changement climatique”, a argumenté ensuite le ministre français de l’Economie.

Fin mars 2021, notamment, le Centre commun de recherche (CCR), le service scientifique de la Commission européenne, a conclu qu’aucune « analyse ne fournit de preuves scientifiques que l’énergie nucléaire porte atteinte à la santé humaine ou à l’environnement davantage que les autres énergies” susceptibles d’intégrer la taxonomie. Par ailleurs,, le nucléaire a sur toute sa durée de vie un impact carbone équivalent ou inférieur aux énergies renouvelables (hydro-électricité, solaire, éolien).

“Il n’y a aucune raison pour que l’énergie nucléaire ne soit pas incluse d’ici la fin de l’année dans la taxonomie européenne”, conclue avec force Bruno Le Maire.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 24 Nov 2016
Interrogé par le Figaro mardi 22 novembre, Pierre-Franck Chevet, le Président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a fournis quelques précisions quant aux capacités disponibles du parc nucléaire français pour cet hiver. Les réacteurs d'EDF actuellement à l'arrêt, soit une…
mar 29 Sep 2015
L'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) a inauguré la semaine dernière son nouveau centre de recherche sur les plasmas et sur la fusion nucléaire : le Swiss Plasma Center. Cette nouvelle, très importante pour le milieu de la recherche nucléaire,…
lun 29 Fév 2016
Dans son « Programme indicatif du nucléaire », la Commission européenne donne son avis sur les moyens à employer afin « d’endiguer la baisse de la part du nucléaire ». Selon elle, afin de conserver un mix énergétique largement décarboné, d’importants investissements devront être…
mer 21 Jan 2015
L'énergie nucléaire est aujourd'hui présente dans de nombreux secteurs de notre quotidien. Si l'on pense bien évidemment en premier lieu à la production d'électricité (les centrales nucléaires produisent 75% de l'électricité consommée chaque année en France), l'atome joue également un rôle dans d'autres domaines comme…

COMMENTAIRES

  • Le nucléaire tout comme les énergies fossiles, dont le gaz, ne sont pas “verts” du tout et devraient être exclus de la taxonomie verte, mais comme l’article ci-après le résume assez bien il faut faire face au fiasco du nucléaire, donc de nouveau gaspiller de l’argent pour une technologie qui décarbone moins vite (et dont le bilan des émissions se dégrade avec l’exploitation accrue de l’uranium) et avec bien plus de risques et problèmes que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les technologies de stockage etc dont les prix baissent également plus vite, donc qui sont globalement bien plus efficaces sur de nombreux plans.

    C’est également tromper les investisseurs, épargnants, retraités etc français et notamment ceux des pays européens qui ne veulent pas de nucléaire, par une étiquette inappropriée sur les choix d’investissements.

    Le tabac avait fait de même puisqu’il est toujours intégré dans des fonds et ETF de rendement notamment.

    Le plomb dans l’essence s’est maintenu pendant environ 1 siècle jusqu’à récemment et le plomb est durablement présent le long des routes notamment

    L’amiante pareil

    En faisant entrer le nucléaire et le gaz dans la taxonomie verte, on fait entrer les loups dans la bergerie en cachant des choix qui ont été des échecs par rapport à d’autres durablement plus pertinents

    https://www.euractiv.fr/section/climat/interview/pellerin-carlin-bruxelles-se-prepare-a-reconnaitre-le-nucleaire-comme-une-energie-verte/

    .

    Répondre
  • On aurait dû se méfier d’une mécanique où la suite relève de la Commission par ce qu’on appelle des “actes délégués”. La France, toute fière d’avoir fait plier les “radins” dans le grand plan à 750G€ , va recevoir de bonnes paroles pendant plusieurs mois : dans l’intervalle, elle sera cocufiée quand la Commission bénira le gaz russe avant les élections allemandes et quand tel ou tel Etat anti nucléaire et telle ou telle ONG saisiront la CJUE pour faire affirmer qu’il n’est pas question de poursuivre le “carénage” des réacteurs en fonctionnement… Qui croit encore que le désir d’être “les meilleurs européens” nous vaudra l’amitié des Allemands … ou des électeurs français ?

    Répondre
  • Un petit arrangement entre le sénateur Gérard Longuet et l’ex-ministre de l’environnement pronucléaire François de Rugy a bien sur faire entériner que le KWh d’électricité nucléaire n’émettait que 6 g de CO2 sur la base de zéro étude scientifique, au lieu de 66 sur la base d’une analyse de 19 études scientifiques portant toutes sur la durée de vie du combustible depuis l’extraction du minerai uranifère jusqu’à son état de déchet radioactif encombrant.
    Alors pourquoi n’arriverions pas à faire accepter que le nucléaire est renouvelable et donc entrant dans les investissements à favoriser. Ben oui pourquoi, puisque ce qui compte n’est pas la vérité des faits mais celle qu’on fabrique ?

    Répondre
  • Bruno lemaire qui défend le nucléaire….
    Si il n’ont trouvé que les gesticulations de ce clown devant la presse pour tenter de faire croire que le gouvernement défend réellement le nucléaire, ils peuvent tout de suite arrêter.
    PERSONNE N’Y CROIT UNE SECONDE.

    La suite, on la connaît.
    La commission européenne sous la pression du lobby allemand va exclure le nucléaire et subventionner le gaz russe.
    Et le contribuable français, financera l’industrie espagnole, allemande et chinoise grâce à de nouvelles taxes sur les carburants.
    Voilà comment les politi-chiens défendent vos intérêts !!!!

    Répondre
  • Comme d’habitude Samdam n’a rien compris…. Comme si la commisdip’ européenne allait subventionner les achats de gaz comme un investissement ?? Il ne sait même pas la différence entre les frais de fonctionnement, les consommables, et les investissements.
    Assez consternant pour un zozo qui essaie de se faire passer pour un économiste energeticien 😊😀😅😂🤣

    Répondre
  • Il faut être en effet bien candide cœur croire que l’on peut échapper au grand carénage comme si on avait de quoi immédiatement se passer du nucléaire après n’avoir pratiquement rien fait en investissement renouvelables durant les 10 dernières années. Et même respecter aucun de nos engagements de la cop 21.? Nous n’avons donc plus le choix nous devons payer cette nouvelle dépense pour un nucléaire avec ses mêmes inconvénients et aucun avantage, perdant même le bénéfice de l’amorti.
    Parallèlement soit nous lançons de nouveaux EPR que les français devront payer, soit nous ouvront grands les marchés à prendre dans l’investissement renouvelable qui lui sera payé par le secteur privé et ne pèsera pas sur les français contrairement aux EPR.
    Vous préférez vous saigner avec double investissement durant 15 ans pour avoir le plaisir de vous sentir copropriétaire des EPR, ou vous préférez alléger vos charges durant ces 15 ans ?

    Répondre
  • PERSONNE n’empêche d’hypothétique investisseurs de construire des champs de PV ou d’éoliennes à leur frais et de revendre l’électricité au prix de marché.
    Si il ne le font pas, c’est parce que ces parasites (appelons un chat un chat, les vrais investisseurs prennent des risques) attendent les subventions.
    Ce faisant, ils ne sortent rien de leurs poches car ils utilisent l’argent perçu pour rembourser les banques et prendre au passage une commission confortable.
    La réalité, c’est que:
    – on finance des gens qui ne servent à rien.
    – on finance quelques choses qui ne nous appartiendra jamais
    – on prend à notre charge la gestion de l’intermittence, c’est à dire le fait de devoir gérer les surcoût liées au fait que la production n’est pas garantie.
    – on paie 3× plus cher que le prix du marché une électricité même quand on a pas besoin.
    – et à la fin, on doit payer pour démanteler des installations qui ne nous appartiennent même pas.

    Si ça ressemble à une grosse arnaque, c’est parce que ça en est une.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.