Nucléaire : après 6 mois d’arrêt, le réacteur n°2 de la centrale de Chooz redémarre - L'EnerGeek

Nucléaire : après 6 mois d’arrêt, le réacteur n°2 de la centrale de Chooz redémarre

nucleaire reacteur n2 centrale chooz redemarre - L'Energeek

Ce mardi 31 août 2021, la centrale nucléaire de Chooz, dans les Ardennes, a annoncé la reconnexion au réseau de son réacteur numéro 2, après 6 mois d’arrêt. Cette interruption faisait suite à une visite de maintenance et à la détection d’une anomalie dans les gaines accueillant le combustible. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait donné son feu vert au redémarrage le 13 août 2021.

Après des investigations de sécurité poussées, l’ASN autorise le redémarrage du réacteur n°2 de la centrale de Chooz

D’une puissance de 1 450 MW, le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Chooz, dans les Ardennes, située sur la Meuse, a été reconnecté au réseau ce 31 août 2021, d’après un communiqué officiel de la centrale, après six mois d’arrêt.

Le 12 février 2021, le réacteur avait été stoppé pour une maintenance, pour permettre notamment le déchargement des assemblages de combustible. Mais un examen approfondi de l’ASN montrait que les gaines renfermant le combustible “présentaient une desquamation préoccupante, correspondant à une corrosion d’épaisseur pouvant excéder 100 micromètres”.

Dès lors, l’ASN, qui n’avait pour autant détecté aucune fuite, avait demandé l’arrêt prolongé du réacteur, le temps de mener des investigations de sécurité, pour vérifier la cause de ces anomalies, et si elles étaient de nature à perturber la bonne marche du réacteur.

Au final, l’ASN a pu donner son feu vert à la relance du réacteur : “sur la base des expertises réalisées par EDF et de ses propres expertises avec le soutien technique des équipes de l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), (l’ASN) a considéré que les conditions de sûreté requises étaient remplies pour un redémarrage”, précise l’agence.

Altrad en pôle pour racheter à Engie sa filiale de maintenance Endel, spécialisée dans le nucléaire

Actualité nucléaire, toujours, le prestataire de service industriel Altrad a annoncé, ce 31 août 2021, être rentré en négociations exclusives avec Engie pour le rachat de sa filiale de maintenance industrielle Endel, spécialisée notamment dans le nucléaire, et forte de 5 200 salariés.

Engie avait mis en vente cette filiale courant 2020, pour se recentrer notamment sur le énergies renouvelables et les infrastructures. Le montant de l’opération n’a pas été révélé, mais les analystes estiment que, compte tenu des difficultés structurelles et du déficit endémique d’Endel, le montant pourrait être nul ou négatif.

L’opération devrait être conclue “d’ici début 2022”, sous réserve de l’approbation des autorités réglementaires et après consultation des instances représentatives du personnel d’Endel. Cette acquisition devrait permettre à Altrad d’ouvrir “une nouvelle page de son développement en France, en renforçant et diversifiant son offre industrielle en ingénierie et en mécanique”.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 8 Sep 2014
Les travaux d'aménagement se poursuivent sur le chantier de la centrale nucléaire de Flamanville, où l'installation du premier des quatre générateurs de vapeur que comptera le bâtiment du réacteur EPR vient d'être réalisée avec succès. Une opération de haute technicité et…
lun 22 Sep 2014
Des informations avaient filtré la semaine passée sur un probable avis positif de la Commission européenne au sujet du projet de centrale nucléaire britannique EPR d'Hinkley Point. C'est désormais sûr : selon Les Echos, le commissaire européen à la concurrence Joaquim Almunia a…
ven 9 Avr 2021
C’est une avancée pour la recherche sur la gestion des déchets nucléaires de haute activité à vie longue. Après trois ans de travail, le groupe d’experts chargé d’évaluer l’impact socio-économique du projet Cigéo a rendu ses conclusions à la fin…
dim 1 Mai 2016
Mardi 3 mai, en ouverture de son cycle de conventions thématiques, le parti Les Républicains organise une conférence sur le thème de l’énergie. A la veille de cet événement, Nicolas Sarkozy, le chef du parti, a notamment évoqué une « erreur historique » pour commenter la…

COMMENTAIRES

  • Plus important que nos vieilles centrales nucléaires bientôt en âge d’aller en Ephad !

    Les techniques de géothermie s’améliorent, les coûts baissent et elles trouvent des applications dans l’extraction de minerais locaux zéro carbone comme les britanniques récemment avec la plus forte concentration de lithium jamais trouvée

    A quelques kilomètres sous le sol il y a assez d’énergie pour alimenter toute la civilisation humaine pour les générations à venir

    La géothermie conventionnelle dépend des réservoirs naturels car c’est la plus simple. Mais l’énergie de la Terre est partout, y compris dans les déserts secs. La forme d’énergie géothermique de niveau supérieur (“systèmes géothermiques améliorés” ou EGS) consiste à forer dans la roche sèche et à créer des réservoirs artificiels en injectant de l’eau sous pression dans le puits, ce qui fracture les roches qui l’entourent. L’eau traverse la roche fracturée chaude et est collectée et aspirée par un autre puits sur le côté de la zone fracturée.

    Grâce à une meilleure technologie et à une augmentation du financement, plusieurs réservoirs EGS performants peuvent désormais produire de l’électricité à des prix proches des tarifs commerciaux

    La fracturation hydraulique EGS est plus sûre que la fracturation hydraulique au gaz et les fluides utilisés dans ce cas ne présentent aucun risque de contaminer l’eau.

    Aux Etats-Unis Le DOE estime que la géothermie pourrait fournir environ 5 157 gigawatts d’électricité, soit environ cinq fois la capacité de production d’électricité aux États-Unis

    Si la géothermie était utilisée pour le chauffage direct, le DOE écrit qu’il serait “théoriquement suffisant pour chauffer chaque maison et bâtiment commercial américain pendant au moins 8 500 ans”

    De plus la géothermie peut être associée à l’extraction de minerais localement

    Par exemple récemment une centrale géothermique au Royaume-Uni a découvert la plus forte concentration de lithium jamais trouvée dans le fluide géothermique, ouvrant la porte à un nouveau modèle commercial pour la source d’énergie renouvelable.

    Des tests tiers effectués cet été ont révélé plus de 250 mg de lithium par litre.

    « C’est vraiment devenu un tournant pour l’industrie de pouvoir dire que nous ne produisons pas seulement de l’électricité et de la chaleur mais également du lithium sans carbone, entre autres minerais ainsi extractibles », souligne le fondateur de Geothermal Energy Ltd

    La société basée à Cornwall a des plans pour quatre nouveaux sites géothermiques à travers le comté qui alimenteront ensemble 45 000 foyers. Chaque usine devrait prendre 18 mois pour être achevée et toutes devraient fonctionner d’ici 2026.

    La société prévoit d’extraire 4 000 tonnes de lithium par an, United Downs – la centrale géothermique déjà construite – devant produire autour de 1 500 tonnes d’ici la fin 2023.

    L’énergie géothermique n’est responsable que d’une fraction de l’énergie renouvelable utilisée en Europe, bien qu’elle soit accessible sous une forme ou une autre dans la majeure partie du continent. C’est en partie parce qu’elle a des coûts de démarrage extrêmement élevés.

    Mais à présent elle suscite plus d’intérêt de la part des investisseurs, en partie grâce à la perspective de l’extraction du lithium et d’autres minerais zéro carbone.

    C’est en effet un gros problème d’essayer d’obtenir du lithium qui est à la fois zéro carbone et local.

    Le lithium est amené à la surface par le fluide géothermique. Dans le cas de l’usine de Cornouailles, il s’agit de l’eau d’un réservoir souterrain qui est pompée entre deux puits pour amener la chaleur à la surface. L’eau peut atteindre des températures de près de 200°C, mais est sous une telle pression qu’elle reste liquide. À cette température élevée, il absorbe très bien les minéraux, comme le lithium, des roches qui l’entourent.

    L’entreprise est actuellement capable d’atteindre un taux d’extraction de 95%.

    Une Gigafactory à Cornwall est envisagée, c’est un énorme revirement pour l’un des plus pauvres comtés d’Angleterre et un retour partiel de l’exploitation minière pour laquelle la région est tristement célèbre.

    La demande de lithium devrait exploser dans les années à venir grâce au passage aux véhicules électriques. Selon l’institution Faraday soutenue par le gouvernement, le Royaume-Uni devra répondre à une demande intérieure de lithium qui pourrait atteindre 59 000 tonnes d’équivalent carbonate de lithium par an d’ici 2035.

    Actuellement, les cinq principaux producteurs de lithium sont l’Australie, le Chili, la Chine, l’Argentine et le Zimbabwe, mais les importations en provenance de ces pays peuvent avoir des problèmes liés aux droits de l’homme ou à l’empreinte carbone en raison des distances de transport impliquées.

    C’est pourquoi avoir un approvisionnement dans ce minerai et d’autres est important.

    Dans le cadre de son ambition d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050, le Royaume-Uni prévoit de mettre fin aux ventes de nouvelles voitures thermiques d’ici 2030 et d’exclure les ventes de nouveaux hybrides d’ici 2035.

    L’Europe devrait également connaître une énorme augmentation de la demande de lithium, avec pour objectif affiché de créer une flotte de 30 millions de véhicules électriques d’ici 2030.

    Parallèlement, l’Union européenne adoptera bientôt des politiques visant à introduire la traçabilité dans les chaînes d’approvisionnement des batteries au lithium et Law, président de Geothermal Energy Ltd, s’attend à ce qu’une règle similaire soit introduite au Royaume-Uni.

    Certains des grands constructeurs automobiles, pas seulement Tesla, mais Renault et d’autres, sont déjà en train de signer des accords sur la façon dont ils s’approvisionnent en lithium à faible émission de carbone

    https://www.energy.gov/sites/prod/files/2019/05/f63/2-GeoVision-Chap2.pdf

    .

    Répondre
  • En vidéo : parmi les minerais extractibles localement “zéro carbone”, outre le lithium, le cuivre et plus

    Données générales du projet :

    Geothermal Engineering Ltd (GEL) à l’origine de la première centrale électrique géothermique profonde du Royaume-Uni, annonce des niveaux records de lithium dans ses eaux géothermiques :

    – plus de 250 milligrammes par litre (mg/L), concentration la plus élevée jamais découverte dans les fluides géothermiques partout dans le monde

    Taux d’extraction 95 %

    Potentiel 4 000 tonnes de lithium par an

    Extraction d’autres métaux possible

    Le Royaume-Uni ne produit actuellement aucun lithium à terre et l’empreinte carbone de la livraison de batteries lithium-ion est importante, d’où la course à la production de lithium et autres minerais zéro-carbone

    La demande britannique de lithium pourrait atteindre 59 000 tonnes par an d’ici 2035.

    GEL a récemment annoncé quatre nouveaux sites géothermiques prévus à Cornwall, chacun devant fournir 5 MWe d’électricité, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 au National Grid et 20 MW d’énergie thermique locale (réseaux de chaleur etc)

    L’électricité produite par les quatre centrales sera suffisante pour alimenter 45 000 foyers.

    Chaque unité prendra environ 18 mois pour être achevée, les quatre sites devant être opérationnels d’ici 2026

    https://www.youtube.com/embed/EQTkf_dYW5o

    .

    Répondre
  • (suite) Les applications multiples de la géothermie améliorée qui peuvent changer la donne

    Parmi les métaux à récupérer de différentes manières, et pour lesquels la géothermie améliorée (EGS – Engineered ou Enhanced Geothermal System) peut, selon les sites, plus ou moins participer (ou être couplée) et améliorer le bilan économique global, local et décarboné, en tant que sous-produits figurent ceux du groupe Cu-Ag-Au – tellure (Te), sélénium (Se), rhénium (Re) et molybdène (Mo) – ainsi que des matières premières critiques telles que le bismuth (Bi), le germanium (Ge), l’indium (In), le cobalt (Co), le platine (Pt) et l’antimoine (Sb). De même que les métaux principaux or (Au), argent (Ag) et cuivre (Cu) des sources primaires.

    Ces procédés limitent l’impact environnemental des opérations de traitement des minerais par rapport aux méthodes classiques d’hydro- et de pyrométallurgie et leur production locale améliore le bilan complet d’exploitation.

    Pour mémoire dans les 30 prochaines années, la demande en matériaux stratégiques devrait être multipliée par 50.

    La Chine fournit 90 % de la demande mondiale en éléments de terres rares, l’Afrique du Sud 80% des besoins en PGM (Platinum Group Metals), la République démocratique du Congo 65 % de cobalt et la Turquie 40 % de borates. Les Européens dépendent massivement de la Chine et d’autres pays émergents pour leurs approvisionnements futurs.

    La liste européenne des matières premières critiques continue d’évoluer en fonction des priorités technologiques : elle est passée de 14 matières en 2011 à 30 matières critiques en 2020. Leur approvisionnement est toutefois lié à des marchés mondiaux très concentrés.

    L’Union européenne a élaboré un plan stratégique basé sur 10 axes différents et a établi une Alliance européenne des matières premières. La première priorité est la valorisation sélective, à l’intérieur des frontières de l’Europe, d’une industrie d’extraction et de transformation en finançant des projets miniers durables.

    L’inventaire des ressources minérales européennes indique le germanium et le cobalt en Finlande, le gallium en Allemagne, le strontium en Espagne, l’hafnium et l’indium en France. D’autres métaux, comme le lithium, pourraient être produits en Europe, mais ce n’est pas encore assez le cas pour des raisons économiques.

    La deuxième alternative pour l’Europe est de développer une stratégie de substitution. Le défi technologique est possible dans certains domaines.

    Stockage de C02

    Dans certains cas de présence de saumure il est possible de stocker du C02. Du fait des limites de solubilité du CO2 dans la saumure et des débits généralement observés dans les doublets géothermiques (250-350 m3/h par exemple dans le bassin parisien), la solution s’avère pertinente pour des petits émetteurs industriels de CO2 (< 150 000 t / an). Les sites de stockage sont des aquifères profonds (1 500 à 2 500 m) dont la température atteint 60 à 80°C. En France, 650 sites industriels potentiellement compatibles (25 % des émissions nationales) ont été inventoriés

    À la différence des stockages massifs, où le CO2 est injecté sous forme supercritique, il est dans ce cas totalement dissous dans la saumure de l'aquifère. On s’affranchit ainsi de tout risque de création d’une bulle de gaz en profondeur et donc de remontée potentielle de celle-ci

    C'est donc plus un aspect économique que technique qui est encore un frein, toutefois moindre à présent et qui peut dans plusieurs cas disparaître avec cette approche multiple de la géothermie, sans exclure aussi parfois des aspects de sismicité (assez faibles et pas systématiques en pratique) dans le démarrage (et non dans l'exploitation) de certains projets (voir Fonroche !)

    Exemple en vidéo dans le cadre du projet "CO2-Dissolved"

    https://www.youtube.com/embed/qSEbauLDhuQ

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.