L'ASN juge la sûreté des installations nucléaires françaises satisfaisante - L'EnerGeek

L’ASN juge la sûreté des installations nucléaires françaises satisfaisante

asn surete installations nucleaires francaises satisfaisante - L'Energeek

Lors de ses vœux pour 2021, ce jeudi 21 janvier 2021, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a dressé un bilan 2020 plutôt encourageant. L’ASN souligne ainsi que la sûreté des installations nucléaires françaises « s’est maintenue à un niveau satisfaisant ». Mais l’autorité pointe aussi des défaillances à corriger et de nombreux à défi à relever, notamment pour prolonger la durée de vie des centrales de 40 à 50 ans et assurer un stockage sécurisé des déchets radioactifs au-delà de 2035.

Pour l’ASN, la sûreté des installations nucléaires françaises a « progressé en matière de rigueur d’exploitation » chez EDF

Ce jeudi 21 janvier 2021, durant ses voeux à la presse, Bernard Doroszczuk, président de l’ASN, a fait le point sur la situation de la France en terme de sûreté nucléaire. Cette intervention était très attendue après une année 2020 où la crise sanitaire a entraîné des retards dans le programme de maintenance des centrales par EDF, en particulier sur le grand carénage.

Le constat général est plutôt positif : pour l’ASN, la sûreté des installations nucléaires française « s’est maintenue à un niveau satisfaisant », et a même « progressé en matière de rigueur d’exploitation » chez EDF. Bernard Doroszczuk estime également que “les exploitants et les responsables d’activité ont fait preuve d’une grande réactivité et d’une bonne capacité d’adaptation” face à la crise sanitaire.

Pour autant, pas de triomphalisme, car les défis à relever, à court et long terme, sont nombreux. Pour commencer, « la crise sanitaire n’est pas terminée. Le report de nombreuses activités conduit à une situation tendue, qui perdure, tant pour les exploitants nucléaires que pour les responsables d’activité utilisant les rayonnements ionisants », rappelle le président de l’ASN.

L’autorité pointe aussi quelques défaillances durant l’année 2020, comme une « régression dans la prise en compte de la radioprotection des travailleurs » chez EDF, à qui Bernard Doroszczuk réclame un « plan d’action » sur le sujet. Du coté d’Orano, l’ASN pointe du doigt « des améliorations encore trop lentes, pour certaines installations, dans la prévention des risques d’incendie et dans les opérations de reprise et de conditionnement des déchets radioactifs anciens ».

Principales préoccupations de l’ASN : le stockage des déchets et les travaux de maintenance

Autre source d’inquiétude : la gestion du stockage des déchets radioactifs. La France devrait boucler fin février 2021 son nouveau plan national de gestion (PNGMDR) pour 2021-2025, et l’ASN réclame des prises de décisions rapides et fortes : « si elles ne sont pas prises dans les cinq ans qui viennent, pour chacune des filières de gestion […], il n’y aura probablement pas à l’horizon 2035-2040 de capacités de stockage dans des conditions pérennes », expose Bernard Doroszczuk.

En revanche, sur le grand carénage, qui doit permettre de prolonger de 40 à 50 ans la durée de vie de 32 réacteurs de 900 MW, l’optimisme est de mise : « À ce stade, l’ASN considère que les dispositions prévues par EDF permettront d’atteindre les objectifs du réexamen ».

Ces défis imposeront cependant une lourde charge de travail pour les équipes et les industriels : « Nous allons devoir réévaluer cette charge de travail au vu du retour d’expérience des premiers réexamens de tranche et au vu de la future échéance d’instruction et de contrôle des réexamens des réacteurs de 1300 MW qui vont commencer à partir de 2021 […] et qui viendront se surajouter aux réexamens de 900 MW », conclue Bernard Doroszczuk.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 3 Jan 2017
Toujours très entreprenant sur la scène internationale, le géant russe du nucléaire n'a jamais caché ses ambitions et pourrait désormais tenter une percée sur le marché français. Le groupe a fait savoir, le 27 décembre dernier, qu’il était intéressé par une prise…
lun 14 Avr 2014
Publiées ce dimanche à Berlin, les conclusions des scientifiques du GIEC, groupe intergouvernemental d'experts sur le climat sont sans appel. Sans un changement de cap immédiat de la politique énergétique mondiale, il nous sera bientôt impossible de limiter le réchauffement…
mar 8 Oct 2019
Le Commissariat général au développement durable a publié début octobre 2019 les chiffres des dépenses publiques en Recherche & Développement en énergie pour l'année 2018 en France. La reprise des investissements est notamment tirée par les filières du nucléaire et…
ven 24 Nov 2017
Si le gouvernement s’est donné une année entière pour établir un nouveau scénario de baisse de la production nucléaire suite à l’abandon par l’exécutif de l’échéance fixée à 2025 dans la loi de transition énergétique, il se pourrait bien qu’aucune…

COMMENTAIRES

  • Quand il n’y avait que la mention “satisfaisant” sur mon carnet de note je me faisais engueuler à la maison

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.