Le Canada investit dans la modernisation de son réseau électrique et les EnR - L'EnerGeek

Le Canada investit dans la modernisation de son réseau électrique et les EnR

canada investit modernisation reseau electrique enr - L'Energeek

Ce 2 juin 2021, le gouvernement fédéral du Canada a officialisé un vaste plan d’investissement de 964 millions de dollars canadiens (656 millions d’euros), afin de moderniser son réseau électrique et développer des projets d’énergies renouvelables, pour répondre aux défis climatiques en cours. Pilotage des réseaux électriques et stockage permettront notamment d’accueillir davantage d’électricité renouvelable sur les réseaux.

Au Canada, le gouvernement investit 964 millions de dollars pour les EnR et la modernisation du réseau électrique

Le Canada entend accélérer sa transition énergétique, et le gouvernement fédéral veut s’en donner les moyens. Ce 2 juin 2021, durant un forum virtuel organisé par l’Association Canadienne de l’Electricité, le ministre fédéral des Ressources naturelles, Seamus O’Regan Jr., a lancé un plan d’investissement de 964 millions de dollars canadiens (656 millions d’euros), pour soutenir des projets d’énergies renouvelables et de modernisation du réseau électrique.

Baptisé Programme des énergies renouvelables intelligentes et de trajectoires d’électrification (ERITE), ce plan se donne pour objectif de réduire « de façon importante les émissions de gaz à effet de serre en favorisant le remplacement de l’électricité produite à partir de combustibles fossiles par des énergies de sources renouvelables qui peuvent fournir des services de réseau essentiels tout en appuyant la transition équitable du Canada vers une économie basée sur une électricité propre », selon le communiqué de présentation.

Dans le détail, ce programme offrira des financements directs à des projets de trois types. D’abord les énergies renouvelables « établies » : énergie photovoltaïque, énergie éolienne terrestre, petites centrales hydroélectriques… Ensuite les technologies émergentes : géothermie, énergie marémotrice, stockage d’énergie… Enfin la modernisation du réseau électrique : micro-réseaux, centrales électriques virtuelles, équipements et logiciels permettant la fourniture de services de réseau, solutions smart grids, pilotage à distance de la consommation ou de la production…

Renforcer « la capacité de notre réseau à exploiter l’énergie renouvelable » et améliorer « sa fiabilité et sa résilience »

En effet, les énergies renouvelables intermittentes peuvent poser des problèmes de stabilité au réseau électrique, en déséquilibrant le rapport entre la production et la consommation. Soit par des pics de production dans des périodes de consommation peu importante, soit par des pics de consommation auxquels la production ne peut répondre.

La modernisation du réseau électrique et les solutions de stockage peuvent permettre de répondre à ce défi, et assurer tout à la fois l’approvisionnement électrique et la stabilité du réseau électrique. Pour maintenir la tension constante, la production et la consommation doivent en effet être équivalentes à tout moment.

Cette modernisation est indispensable au verdissement d’un mix électrique canadien encore très largement carboné. « Notre nouveau programme Énergies renouvelables intelligentes et trajectoires d’électrification renforcera la capacité de notre réseau à exploiter l’énergie renouvelable et améliorera sa fiabilité et sa résilience. Les Canadiens auront donc accès à un approvisionnement en électricité plus propre et plus fiable. Voilà comment nous atteindrons la neutralité carbone d’ici 2050 », conclue ainsi Seamus O’Regan Jr.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 7 Août 2019
Le 30 juillet 2019, la ville de Paris a mis en place des règles plus strictes pour l’utilisation de trottinettes électriques. Parallèlement, une étude américaine publié le 2 août 2019, montre que ce moyen de transport engendre aussi de la…
ven 3 Juin 2016
Pour répondre à la demande de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), ERDF vient, afin de se démarquer de sa société-mère EDF, d’officialiser son changement de nom. Enedis, chargée du réseau de distribution de l'électricité en France, a présenté sa nouvelle…
mar 18 Mai 2021
Le rapport d'activité 2020 du Médiateur de l'énergie a été rendu public ce 18 mars 2021. Il fait état d'une nouvelle hausse de 19% des litiges entre les particuliers et les fournisseurs d'électricité et de gaz. Le Médiateur pointe en…
mer 7 Juin 2017
Selon une enquête réalisée par l’institut d’étude GfK pour Cofidis Retail et publiée mardi 30 mai 2017, les Français propriétaires de leur logement sont en majorité favorables aux énergies renouvelables. Ils seraient déjà plus de 20% à utiliser des énergies…

COMMENTAIRES

  • mensonge n°1:
    Les eoliennes contribuent à combattre le réchauffement climatique.
    – Faux, En France elle ne contribuent pas à faire baisser les émissions de CO2, car l’électricité française est déja décarbonnée à plus de 90% grace au nucléaire.
    Et même en Allemagne, elles ont très peu fait baisser les émissions qui restent parmi les plus élevées d’Europe après la Pologne.

    mensonge n°2:
    Les éoliennes produisent une électricité pas cher.
    – Faux, en France l’électricité éolienne est rachetée à des tarifs garantis bien plus élevé que les tarifs du marchés qui peuvent dépasser les 150 euros / MWH
    De plus, cette électricité est prioritaire sur le réseau, ce qui fait que l’usager doit payer cette électricité même quand il n’en a pas besoin.

    mensonge n°3:
    Les eoliennes ne nécessitent pas de subventions
    – Faux, les éoliennes, à travers les taxes sur l’électricité (CSPE) et les carburant (TICPE) sont lourdement subventionnées.
    Le secteur n’a commencé à se developper que depuis qu’il est subventionné.
    La cours des comptes dans l’un de ses rapports indique que le montant des subventions allouées aux ENR jusqu’en 2035 est de 121 milliards d’euros.
    Cette augmentation continue des taxes est à l’origine de la révolte des gilets jaunes.

    mensonge n°4:
    Les éoliennes sont créatrices d’emploi en France.
    – Faux, depuis que ALSTOM et AREVA ont revendu leurs divisions éoliennes à des groupes étrangers, il n’y a plus aucune filière de l’éolien en France.
    De plus, pour assurer une rentabilité maximale, elles sont conçues pour fonctionner sans maintenance et donc ne pas être génératrices d’emploi.

    mensonge n°5:
    L’acceptabilité des éoliennes est très importantes.
    – Faux, le taux de recours contre les projets éoliens en France est très élevé (de l’ordre de 70%) !!!
    Et même en Allemagne, l’acceptabilité s’effondre et les nouveaux projets sont de plus en plus contesté.

    mensonge n°6:
    Les éoliennes sont recycables et ne génère pas de déchets.
    – Faux, les pales d’éoliennes sont en composite associant une résine époxy à une charge en fibre de verre très importante.
    D’une part,l’époxy est une résine thermo-durcissable qui n’est donc pas recyclable.
    D’autre part, il est impossible de séparer mécaniquement la résine de sa charge une fois qu’ils sont mêlés entre eux.
    Quasi systématiquement, elles sont enfouies sous terre en fin de vie.
    Les rares fois ou elles sont traitées, elles servent de combustible dans des incinérateurs après être passé au broyeur et les résidus de combustion sont incorpérés à des matériaux de construction (béton, ciment, etc…)

    mensonge n°7:
    Les éoliennes n’ont aucun impact sur la faune.
    – Faux, Les éoliennes tuent des oiseaux, EDF a d’ailleurs été récement condamnés à verser une amende.
    De plus, les forages sous-marins pour implanter les éoliennes offshores détruisent les fonds marins et font disparaitre la faune marine.
    D’ou la forte oppositions des pécheurs en France mais aussi aux USA et au japon.

    Répondre
  • A tout ceux qui souhaitent réellement s’informer sur la réalité des ENRi, je conseille ces excellents documentaires:

    1) Planet of human (anglais):

    Si vous n’avez jamais entendu parlé de ce documentaire,c’est tout à fait normal, il a été interdit en France à sa sortie.
    Néanmoins, il reste disponible sur youtube et très instructifs sur de nombreux sujet dont la biomasse.

    2) Éoliennes: du rêve aux réalités [le film]:

    Un peu long, mais a voir absolument.
    Tout les intervenants, sont des gens qui connaissent très bien le secteur de l’énergie et certains ont même dirigés des grands groupes.

    3) la face cachée des énergies vertes:

    Malheureusement, ce documentaire de guillaume pitron n’est déja plus disponible sur youtube gratuitement donc si vous voulez le voir il faudra payer 2,99 euros sur arte boutique

    A eux 3, ces documentaires démontent plusieurs mensonges sur les ENRi en général et sur les éoliennes en particulier.

    Répondre
  • @ Sam Sam de la Mirandole :

    Vous n’avez pas été capable de dire comment vous pouviez décarboner votre immeuble chauffé au gaz ou comment Dalkia comptait s’y prendre ou bien comprendre qu’une simple machine de production de films solaires produira toujours plus rapidement de capacités qu’un réacteur nucléaire, même en production équivalente en TWh (et dans une usine vous pouvez mettre beaucoup de ces machines), ou encore de voir que la ministre belge présentait tout un programme créateur d’emplois et citait “notamment” des reclassements dans d’autres secteurs du nucléaire, et maintenant vous étalez plein de fake news ici et sans doute ailleurs comme un inutile incapable d’aller de l’avant

    Vos références ne sont pour la plupart ni scientifiques (revues par leurs pairs) ni indépendantes. C’est de la propagande anti-renouvelables par principe alors que la majorité des gens et pays font des renouvelables pour des raisons motivées et que derrière elles il y a d’autres transitions et approches alors que derrière le nucléaire il y a toujours les risques, les déchets, le plus souvent la centralisation de l’énergie et des dépendances spécifiques à des Etats et que l’on traite un problème que partiellement (le climat) en en créant d’autres qui peuvent être pires.

    C’est donc malhonnête et sans valeur de votre part. Vous êtes comme je vous l’ai dit un escroc dans votre manière de procéder en voulant manipuler des gens mal informés.

    En réponse :

    1) Bien sûr que l’éolien en France décarbone, l’électricité n’est pas perdue, nos réacteurs sont en rénovation et sinon l’électricité est vendue sur le réseau Entsoe

    Tout comme pour la plupart des pays développés, nous n’arrivons pas à faire baisser le prix du nucléaire aussi rapidement que celui des renouvelables. EDF ni personne ne vous diront le contraire.

    EDF propose des EPR2 moins sécurisés, le CEA et l’ASN des EPR1 ou des SMRs plus chers

    En part du marché mondial, le russe Rosatom domine avec 60% du marché et sera dans les décennies en cours dépassé par la Chine.

    N’espérez donc pas des parts de marché importantes pour la France qui de fait décarbone moins que l’Allemagne qui vend plus de technologies renouvelables partout dans le monde et qui décarbonent (près de 900 milliards d’euros par an de chiffre d’affaires dans le secteur globalement sous peu, récent rapport que j’ai mis ici à comparer à leur investissements, ils sont gagnants depuis plusieurs années déjà pendant que l’on stagne avec nos EPR et des débats binaires comme vous les propagez au lieu d’avancer)

    Autrement dit nous ne vendons guère d’EPR qui décarbonent donc moins la planète comparativement aux allemands.

    Vous parliez des 10 tonnes et 6 tonnes de C02 par habitant. Le climat n’est impacté que par les émissions totales par habitant, pas par des chiffres incomplets et vos escroqueries habituelles.

    Quand Rosatom vend des centrales nucléaires au Soudan, à votre avis il décarbone ou il maintient durablement le Soudan sous sa dépendance ?

    Les français ont des potentiels de marchés bien plus importants dans les renouvelables + stockage, efficacité énergétique, immeubles à énergie positive, transports liés aux renouvelables etc (regardez simplement la croissance des chiffres d’affaires d’EDF et d’Engie dans ces secteurs par rapport au nucléaire et regardez les pays dans le monde qui font des renouvelables et ceux qui font du nucléaire, regardez aussi les applications du nucléaire et celles bien plus vastes des renouvelables et les potentiels des pays qui en ont les ressources et vont faire changer les équilibres énergétiques mondiaux)

    Les investissements que l’on fait dans l’éolien reviennent aux entreprises du secteur en France notamment, ce ne sont pas seulement des achats externes. Prétendre qu’il n’y a pas d’emplois éoliens en France est un énorme mensonge de votre part, toute personne peut le vérifier via un moteur de recherche sur les sites adéquats indépendants.

    2) Sur le prix de l’éolien vous parlez de prix fixés dans le “passé” pour développer la filière. Vous aurez remarqué qu’ils sont en baisse partout dans le monde y compris en France (malgré l’activisme d’anti-éoliens minoritaires) et même taxés notamment pour le solaire en Espagne.

    Donc vous êtes dans la propagande habituelle qui n’apporte rien.

    Par contre le nucléaire, pourtant implanté depuis l’après guerre en France, réclame toujours des aides (taxonomie, prise en charge des formations, R&D, des déchets au delà de 100 ans et sur 100.000 ans, des renflouements, des risques : de 300 à 1000 milliards d’euros par réacteur dans le rapport de la Cours des comptes et nous en avons 56)

    Ces réacteurs sont indéfendables en cas de terrorisme un peu organisé, d’avions types tour du 11 Septembre, de conflits ou autres ainsi que tous les centres de stockage, piscines etc

    Le monopole nucléaire a empêché et/ou fortement limité le développement d’autres filières (solaire thermique, hydrau, réseaux de chaleur etc) pourtant très efficaces, durables etc

    Demandez donc aux gens qui ont travaillé chez Giordano, Clipsol etc ce qu’ils en pensent vous allez voir la face cachée du nucléaire et ce n’est qu’un tout petit aperçu car je serais alors obligé d’écrire des pages car moi je ne roule ni pour les renouvelables ni pour le nucléaire mais je suis très bien placé pour voir exactement ce qui se passe et étant scientifique pur sucre, comme la majorité des scientifiques, par nature nous détestons les menteurs et vous ne réagissez pas comme quelqu’un d’honnête qui peut dire des bêtises ou se tromper et çà fait éventuellement rire, mais vous agissez comme un menteur et à force un escroc, ne vous en déplaise. Je pense que tout le monde peut vite s’en rendre compte ici.

    3) le prix de 121 milliards d’euros de la Cour des comptes concerne le passé à charge après le Grenelle de l’environnement sous le gouvernement Sarkozy et surtout le solaire. Toutefois en milieu de rapport la Cour des comptes souligne la création d’emplois et de recettes comme toute personne peut vérifier. Il est clair qu’il y a eu trop d’argent distribué que la filière ne demandait pourtant pas : les entreprises comme les agriculteurs ne demandent pas de subventions ou sinon ponctuellement mais surtout une politique stable. Ce n’est pas ce qui a eu lieu. Des dérapages vous en avez aussi dans le nucléaire mais comme la filière s’étale au pire sur plus de 100.000 ans si les déchets ne sont pas traités et qu’elle n’assure quasiment pas les risques mais l’Etat c’est beaucoup plus facile c’est quasi “open-bar” !

    Ce ne sont pas ces taxes qui sont à l’origine de la révolte des gilets jaunes. De plus çà correspondait à une hausse du pétrole sur les marchés

    Les gilets jaunes sont pour beaucoup des gens qui doivent aller habiter loin des centres-villes à cause notamment de la hausse de l’immobilier. Il se trouve que les immeubles à énergie positive, donc avec le solaire, font baisser fortement les charges et vous pouvez étudier le sujet et voir que çà fait revenir beaucoup de gens en ville dans ce cas en Europe et dans le monde.

    Le nucléaire n’a jamais eu l’objectif de décarboner, il a fait équipe dans le cadre d’Euratom (1957) avec la Ceca du Charbon (1955) durant des décennies.

    En tant que monopole instauré volontairement comme “tout nucléaire” sur les documents de l’époque que vous pouvez consulter il a notamment, pour se financer, écarté des approches et solutions pourtant pertinentes et ne s’est pas préoccupé de faire que les français réalisent des économies d’énergies, de l’efficacité énergétique etc alors qu’ils ont pas ailleurs depuis, toujours une forte dépendance aux fossiles. En conséquence sur 12 millions de personnes en France en précarité énergétique, près de 8 millions sont concernées par des chauffages et chauffes-eau de type grilles-pain pilotables ou pas et des passoires énergétiques.

    Vous aviez des gilets jaunes mais aussi beaucoup de gens en péri-urbain qui ne disent rien mais sont en plus grandes difficultés encore, donc vous êtes clairement un crétin qui ne connaît non seulement rien à l’énergie et à son histoire mais qui en plus n’est même pas capable d’analyser la situation réelle des français et l’ensemble historique des données qui ont conduit une partie importante d’entre-eux à souffrir durablement.

    4) Pensez vous que les gens sont aussi idiots que vous pour croire qu’il n’y a pas de création d’emplois éoliens en France et compte tenu du marché mondial et du principal gisement éolien qui concerne l’offshore en Europe. Tout le monde peut vérifier les chiffres avec un moteur de recherche. EDF se veut leader du marché en France donc d’après vous il fait fausse route.

    Au lieu de lire des sites de lobbying, des chaînes Youtube de propagande et des réseaux sociaux où beaucoup sont manipulés et d’autres manipulateurs et influenceurs payés (des trolls) et sur lesquels vous ne trouverez que très peu souvent des scientifiques et ingénieurs en pointe car ils n’ont pas que çà à faire, et de vous faire influencer comme un débutant par des menteurs professionnels, documentez-vous à partir d’études scientifiques revues par leurs pairs, de sites qualifiés indépendants sérieux et reconnus etc.

    Dans l’un des films que vous citez il y a JM Jancovici et notamment JL Butré. C’est un anti-éolien extrémiste, nous voilà bien avancés. Les groupuscules concernés en France ont lancé par principe des procédures partout où ils le pouvaient. Cà n’avait rien d’honnête ni d’objectif. Résultats : il y a eu des surcoûts que tout le monde paie et çà a renchéri les renouvelables via les délais, frais de procédures etc. Areva comme Alstom Energy faisaient des renouvelables, ils ont donc été impactés par ces abrutis. Vous connaissez la suite çà a affecté autant le nucléaire (turbines Arabelle pour l’hydro etc) que les renouvelables (pour mémoire EDF et Engie font de l’éolien donc sont concernés par ces extrémistes pour la plupart) Et ce sont çà vos sources et celles que vous proposez.

    Je fais évidemment la différence entre des gens mécontents de l’éolien, çà peut arriver et je peux le comprendre si les arguments sont bien réels , et des extémistes mécontents à 100% chaque fois par principe.

    5) L’IRSN (Institut de sûreté nucléaire) réalise une enquête quasi annuelle sur l’acceptabilité du nucléaire et des renouvelables. Je remettrai prochainement la dernière pour vous montrez que vous êtes un menteur et un imposteur, l’éolien est mieux accepté que le nucléaire et ce malgré toute votre propagande mensongère.

    6) Vous êtes une fois de plus incompétent puisque parmi d’autres Akerma développe des pales d’éoliennes en résine recyclable et il y a plusieurs procédés de recyclages des anciennes pales composites. Ca concerne tous les composites, avions, bateaux etc. Donc les pales, les avions, les bateaux, les sites nucléaires et déchets nucléaires à l’abandon çà existe dans tous les domaines mais les pales ne sont pas les plus difficiles à traiter techniquement comparé au nucléaire, voyez à Fukushima par exemple et entre autres avec les rejets des eaux contaminées qui réjouissent Taîwan, la Corée, la Chine, toute la région et les japonais eux-mêmes, les pêcheurs etc. Les pales d’éoliennes ont des solutions de recyclage et elles ne passent pas inaperçues, donc il y a et il y aura çà et là dans le monde des abus mais vous mettrez plus de temps à traiter les millions de tonnes de déchets dont plastiques etc que les français jettent chaque année le long des routes etc On a bien traité quasiment tous les déchets de pneus pourtant très répandus.

    De même l’ASN vous confirmera qu’il n’y a toujours pas de solution économique et technique satisfaisante pour, entre autres, les millions des tonnes de déchets de démantèlement des centrales nucléaires moyennement radioactifs. Les coûts sont très élevés comme le précise l’ASN et on ne peut pas les transporter facilement d’un département à l’autre.

    Il y a beaucoup à dire sur des démantèlements de centrales nucléaires très mal réalisés dans le monde, des déchets toujours pas traités depuis des décennies, des sites d’enfouissements qui n’ont pas été conformes, des multiples rejets en mer, des population contaminées, d’études biaisées, de normes relevées pour minimiser les impacts, etc A coté les pales d’éoliennes qui ont été enfouies c’est quasiment rien.

    7) Les éoliennes tuent des oiseaux mais bien moins que les chats ou les immeubles, fenêtres, rafales de vent etc et on peut réduire ces problèmes comme plusieurs projets l’ont démontré mais le nucléaire fait des dégâts à la faune et à la flore des fleuves en les réchauffant, via les rejets radioactifs, génère des maladies via les tour aéroréfrigérantes, c’est une énergie d’Etats donc les études indépendantes sont très rares, le secteur est particulièrement opaque, l’étude de Tchernobyl reste incomplet, pas achevé, Fukushima quasiment pareil etc, demandez une étude vraiment indépendante sur les émissions réelles et complètes du nucléaire en France vous verrez ce n’est pas simple et si vous interrogez ceux qui se sont battus ou qui se battent à Bure contre le nucléaire en France comparé à l’éolien vous constaterez que pour les premiers c’est et c’était beaucoup moins ouvert comme dialogue, camions de CRS etc Notre politique et engagements autour du Niger source d’uranium n’est pas non plus prise en compte.

    Enfin sur les 3 vidéos et documents que vous citez qui ne sont pas des sources scientifiques mais en bonne partie de propagande

    1) Planet of human est lié aux Etats-Unis aux abus des années 80 par certains dans le domaine de la biomasse et des agrocarburants. Ca ne remet en rien en cause la validité des renouvelables et de la majorité des gens qui y font bien leur travail.

    Le film n’a jamais été interdit en France et vous le dites il est disponible depuis sa sortie.

    Les agrocarburants en France notamment ont été promus par des céréaliers et betteraviers qui voulaient diversifier leurs ressources fluctuantes.

    On ne parlait quasiment pas de décarboner à l’époque hormis surtout les milieux scientifiques et vous aviez des climato-sceptiques comme le commandant JY Cousteau, Claude Allègre etc

    Il y donc des filières qui se sont mises en place et des investissements. Il a fallu ensuite signaler que cà n’avait guère d’impact sur le fait de décarboner.

    Mais on ne change pas rapidement une tendance alors que de lourds investissements avaient été effectués et des entreprises et nombreux emplois créés.

    Donc vous démontrez encore votre incompétence et escroquerie car ce film pour tout novice semble à charge des renouvelables actuelles et à venir alors qu’il fait état d’une ancienne situation d’une autre période et qui malheureusement perdure encore et ne concerne qu’une petite partie des agrocarburants et biomasse.

    Si vous remontez pareillement l’histoire du nucléaire c’est pire car c’est une énergie liée à l’atome et beaucoup de pays s’équipent en nucléaire car çà leur facilite les connaissances et l’accès à l’enrichissement et à la bombe atomique. Ne dites pas que ce n’est pas lié, çà a été amplement analysé par des gens plus sérieux et indépendants que vous

    Ca permet à d’autres de les maintenir également sous dépendance technologique et d’avoir des votes à l’Onu notamment.

    Donc entre les agrocarburants et la biomasse d’un côté pour une période donnée et des risques de conflits nucléaires d’autre part à moyen comme à long terme, il y a une différence notoire si vous regardez les zones de tensions.

    De même les démantèlements de centrales aux Etats-Unis et en Russie, le stockage de déchets etc. et même en Grande-Bretagne ou France toute l’histoire du nucléaire et ses aléas sans parler d’autres pays, il y a beaucoup d’aspects et pratiques plus que contestables et même plus que scandaleux et la liste est longue. C’est bien plus grave que des pales d’éoliennes.

    Vous noterez également qu’à chaque fois qu’il y a un accident nucléaire, heureusement qu’il y a les moyens de le détecter car c’est chaque fois silence radio. En France l’ASN et l’IRSN jouent leur rôle mais la réalité est que quasiment aucun français n’est préparé à un accident nucléaire. L’accident AZF n’a pourtant pas fait que des heureux et là ce sera pire. Voulez-vous enquêter sur tous les aspects du nucléaire en France, en visitant les centrales, les aspects critiques, en interrogeant librement tous les personnels, en faisant librement des prélèvements sur des rejets etc bref une vraie enquête et en plus à charge comme le film que vous citez et ainsi vous pourrez réellement comparer.

    2) Sur Éoliennes: du rêve aux réalités : encore une fois un film orienté fait par des gens âgés non formés aux renouvelables, très peu compétents en réalité, qui présentent les choses à leur manière comme çà les arrange et que vous présentez comme des grands connaisseurs des énergies renouvelables qu’ils n’ont quasiment pas connu dans leur fonction. Quelques 5 personnes anti-renouvelables les critiquent comme on peut s’en douter et vous trouvez çà crédible.

    Jean Luis Butré, Jean Pierre Riou, Rémi Prudhomme etc. Aucune de ces personnes n’est vraiment très spécialisée en énergie ni n’a eu de formation dans les renouvelables.

    L’énergie est un domaine complexe avec beaucoup de spécialités et d’évolutions. Personne ne peut prétendre tout maîtriser. Par exemple quand JM Jancovici parle de climatologie et des régimes des vents en Europe, je suis désolé mais moi je me base sur des équipes spécialisées et j’essaie de choisir les meilleurs, je ne m’improvise pas climatologue.

    Toutefois Jancovici reconnaît qu’il est consultant c’est à dire généraliste et pas scientifique ayant une ou des spécialités mais il vous refait quand même le monde ! Il n’a jamais été formé aux énergies renouvelables. Il a sorti plusieurs fois des calculs erronés. Il se fait payer pour faire tourner sa pme auprès d’auditoires peu spécialisés en énergie, il est parfois en contradiction avec les consultants de son cabinet Carbone4, son associé fondateur Alain Grandjean est plus ouvert et a publié une étude plutôt favorable à une France 100% renouvelable, il s’amuse à dire que l’on peut retourner à la France du 18e siècle et à la marine à voile mais il ne sait peut être pas que beaucoup de constructeurs de navires estiment notamment les voiles rigides modernes automatisées et les nouvelles approches de navigation maritimes comme très favorables à réduire fortement les consommations d’énergie. Nous sommes d’ailleurs bien revenus à la voiture électrique.

    De même dans le stockage il ne sait peut être pas qu’il y a plus de 300 technologies de stockage dont plus d’une centaine répertoriées immédiatement et/ou rapidement exploitables mais il vous dira qu’intermittence c’est quasi forcément associé à du gaz (ce qui au plan mondial est évidemment erroné vu, entre autres, qu’il n’y a pas du gaz partout). Il ne voit pas que les allemands avancent et nous prennent d’avance des parts de marché sur ces secteurs qui ne se développent pas partout pour rien. Il est amusant un temps mais vraiment souvent léger y compris au plan géopolitique et pense dans son film que les allemands sont des “romantiques” ou que les marchands de gaz se réjouissent des renouvelables alors qu’ils sont confrontés à des changements, compétitivité, contraintes etc D’après lui les allemands auraient fait leur programme de transition par “romantisme” (au passage le 3e Reich et les camps d’extermination çà devait être un sommet du “romantisme” allemand selon JM Jancovici !)

    La relation entre l’Allemagne et la Russie est assez différente de la nôtre et il faut tenir compte des responsables qui se sont succedés et de leurs histoires respectives en Allemagne comme en Russie. Il faut bien sûr également tenir compte du taux d’industrialisation de l’Allemagne et de retards russes, donc importer du gaz de Russie c’est une démarche d’affaires et de géopolitique plus que comme pour nous moins industrialisés et il faudrait revenir entre autres aussi sur Gérard Schröder parmi d’autres.

    Demandez à JM Jancovici comment on peut défendre nos réacteurs face à un terrorisme qui peut s’aggraver, à des armements et missiles que l’on ne peut pas arrêter etc. Il vous dira sans doute que le risque zéro n’existe pas, mais un jour on connaîtra peut être plusieurs situations de type Tchernobyl en France et tous ces gens vous n’en entendrez plus parler, ils n’assument jamais leurs choix.

    Il y a beaucoup de scientifiques et d’ingénieurs plus compétents et sérieux et eux discrets le plus souvent car ils travaillent et améliorent vraiment le monde et c’est ceux là que vous devriez repérer, analyser leurs travaux et suivre plutôt de publier des âneries, mais c’est plus compliqué, vous adorez écrire des slogans simplistes

    Si vous aviez un minimum de connaissances en énergie vous n’auriez pas mis longtemps à dire ce que vous envisagiez de possible pour votre immeuble chauffé au gaz ou dire ce que Dalkia envisageait.

    3) Concernant la face cachée des énergies vertes de Guillaume Pitron : il soulève de bonnes questions qui concernent toute notre consommation et modes de vie mais il ne tient pas compte des évolutions dans les renouvelables : on prend en compte avant lui tous ces problèmes comme vous pouvez le vérifier via les différents programmes d’universités, de centres de R&D de programmes etc. Il n’a donc fait qu’écrire sur ce qui lui a été indiqué par différentes équipes sur ces sujets.

    Regardez par exemple Modvion, Vestas et Siemens avec les éoliennes en bois, Akerma et + avec les pales entièrement recyclables, Hoffman avec les aspects C02 et énergie du béton et la liste est longue de techniques que l’on fait évoluer favorablement en permanence.

    Mettez vous à jour, çà demande d’y travailler presque tous les jours, au lieu de nous écrire des bêtises que l’on peut lire depuis une quinzaine d’années par des simplistes comme vous qui découvrez que le soleil se couche le soir.

    Il y a toutefois un livre antérieur à celui de Pitron qui s’appelle “la malédiction du pétrole” qui rappelle que tous les pays qui disposent d’une énergie en masse la gaspillent.

    Il se trouve que le nucléaire en France n’a pas dérogé à la règle et n’a pas habitué les gens à la sobriété et la malédiction du pétrole s’y applique donc aussi.

    Résultats : depuis les années 70 on hérite d’un système énergivore peu efficace, çà laisse des millions de gens en précarité énergétique, on ne s’est pas ou pas assez préoccupé de pans entiers d’autres technologies et approches pour ne servir que le monopole centralisé nucléaire dont les seuls principaux conseils étaient “prenez des douches et mettez un pull” (je schématise à peine)

    – On n’a pas fait assez de réseaux de chaleur pouvant intégrer jusqu’à 100% de solaire thermique (= thermosensibilité record)
    – quasiment pas d’intégration solaire thermique (CSP, plan et plus récemment hybride). Encore fin 2020 avec le covid Hélioclim a déposé son bilan alors que les technologies de solaire CSP ont des Cop jusqu’à 80 bien supérieurs en pratique aux pompes à chaleur qui tournent à 3
    – pas développé toutes les ressources d’efficacité énergétique (toutes les sources récupérables perdues, c’est énorme voyez parmi d’autres les scentifiques du site d’Euroheat en Europe)
    – pas développé la gazéification hydrothermale en cogénération, certes plus récente, mais alors que l’on savait que nos ressources de phosphore et de phosphates allaient manquer et que nous rejetons des eaux usées pas toujours aussi bien traitées
    – on a traîné dans le biogaz en conséquence on a aussi traîné dans l’électrométhanogénèse qui traite les 40% de C02 et d’énergie perdue dans le processus biogaz, sans parler des différentes sources de biométhane
    – toute notre organisation énergétique, axée sur le tout nucléaire centralisé des années 70, est source de multiples pertes
    – on a gaspillé des sources d’uranium qui peuvent servir dans la conquête spatiale aux générations à venir
    – on aurait pu coopérer plus fortement avec d’autres pays européens mais sur les autres technologies et approches ce qui aurait permis des avancées mutuelles plus rapides mais à cause du nucléaire on s’est mis à l’écart de beaucoup de projets et la Chine en a profité
    – EDF est surendetté et on en accuse bien sûr les renouvelables alors que le prix de l’électricité était trop bas pour le groupe EDF et que nos EPR ne se vendent guère et que 8 millions de français ont des factures explosives ou ne se chauffent plus guère
    – la capitalisation d’EDF a fondu et le groupe s’est largement fait dépasser par ses concurrents
    – dans le même temps nous n’avons que peu d’entreprises dans les autres secteurs et approches puisque le nucléaire à été la priorité pendant plus de 40 ans et voudrait continuer dans la posture du roi soleil (sans référence à l’énergie solaire pour le coup)
    – on en arrive à négocier la taxonomie européenne en échange de soutiens par des pays qui demandent du gaz et la taxonomie verte risque de servir par ailleurs à Rosatom ou CNNC (Russie et Chine)

    Je fais vite tellement le sujet est long mais la liste est encore vaste et en plus nous ne sommes statistiquement pas à l’abri d’un accident nucléaire majeur.

    Les prix de l’électricité vont être à la hausse pour plusieurs raisons (et pas véritablement à cause des renouvelables dont les prix sont encore en tendance baissière) , les pompes à chaleur sont proches de limites techniques pour le moment et les constructeurs autos comme Renault estiment qu’ils doivent monter les prix des véhicules pour tenir.

    On a tous les ingrédients pour retrouver une situations énergétique difficile à cause de notre système énergivore et des gens comme vous diront que c’est la faute aux renouvelables.

    C’est pour faire très simple un peu parce que l’on a voulu se croire la Grande Armée, pensé pouvoir vivre au dessus de nos moyens, ne pas viser la sobriété, l’excellence, les différentes et meilleures technologies et approches, que la majorité du monde réclame, déployé un monopole centralisé aux dépens de beaucoup d’entreprises innovantes, pensé que les allemands, italiens, espagnols, suisses etc étaient moins avisés que nous

    De nombreux modèles sont apparus dans le monde avec des entreprises qui se développent, alors que le modèle du monopole centralisé français des années 70 semble penser que çà va continuer ainsi, qu’il va obtenir des fonds de l’Europe et une niéme fois encore des français et repartir pour des décennies.

    Il y a toute une organisation de personnes comme vous qui ne connaissent pas bien l’ensemble des technologies renouvelables et travaux de R&D réalisés et en cours qui pensent que l’on va convaincre les français en offrant des bonbons aux enfants que l’on invite à visiter des centrales pour les manipuler très jeunes et en écrivant les mêmes âneries depuis 15 ans en prétendant que le nucléaire c’est bien çà décarbone etc sans tenir compte de tous les paramètres et changements, mais les technologies et approches énergétiques évoluent et permettent d’autres choix que l’on ne peut pas manquer de voir apparaître de plus en plus partout.

    Les classements des énergéticiens changent et c’est comme dans beaucoup de domaines. EDF a des actifs vieillissant dans le nucléaire. Les constructeurs de bâtiments commencent à intégrer les changements.

    Si je vous ai demandé si vous êtes capable de répondre à la question sur la meilleure façon de décarboner votre immeuble au gaz – immeubles qui sont encore assez nombreux en France – c’est que la question n’était pas anodine de ma part :

    c’etait pour vous faire comprendre qu’en trouvant la réponse ou celle de Dalkia s’ils on travaillé sur votre immeuble en particulier, vous comprendrez que l’on dispose de technologies plus pertinentes que les approches classiques et anciennes.

    Et si vous arrivez à répondre, je ne doute pas alors que beaucoup sauront répondre dans des cas similaires

    Répondre
  • Les mensonges sur l’éolien.
    Suite mais pas fin….

    Mensonge n°8: Les éoliennes sont une énergie renouvelable et durable:
    – Faux.
    Les éoliennes sont présenté comme une énergie renouvelable sous prétexte que le vent se renouvelerait en permanence et serait gratuit et illimité.
    Si le vent est effectivement renouvelable, les éoliennes qui permettent d’accéder à cette énergie doivent être construite avec des ressources qui doivent être prélevée dans le sol.
    A cause du caractère diffus et intermittent de cette énergie, il faut consacrer 10 fois plus de béton, d’acier et de cuivre qu’il ne le faudrait pour des centrales thermiques équivalentes.

    Mensonge n°9: Les éoliennes servent à produire de l’énergie:
    – Faux.
    La logique voudrait que les éoliennes soit placé à proximité des zones urbaines et peuplés et dans les zones venteuses.
    Hors, elles sont surtout implantés dans zones rurales ou les terrains sont peu chers et ou la contestation sera faible.
    La réalité, est que les éoliennes servent avant tout a générer des profits.
    Grace au subventions, les marges atteintes dans le secteur atteignent les 31%!!!!
    C’est sans équivalent.
    Les profits générés dans le secteur du luxe sont en moyenne de 25%.

    Mensonge n°10: les profits générés par les éoliennes profitent au riverains:
    – Faux.
    Bien qu’elles soient subventionnés par des gens modestes au travers des taxes sur l’électricité et le carburant.
    L’argent généré par l’éolien est principalement capté par des riches investisseurs dont la quasi-totalité sont étrangers(fond de pension entre autres).
    C’est clairement un transfert de richesse des pauvres vers les riches.

    Mensonge N°11(bonus): Energie+ connait très bien le secteur de l’énergie et est un scientifique pur jus…..
    – Faux.
    Les vrais scientifiques se base sur des données factuels et chiffrées et citent leurs sources qui doivent être des sources indépendantes et faisant autorité dans leur domaine.
    De plus, énergie+ prétend pouvoir facilement décarboner mon immeuble qu’il ne connaît pas et n’a jamais vu avec des pseudo-innovations.
    Hors, une vrai démarche scientifique voudrait que l’on connaisse d’abord les données d’un problème avant de prendre des décisions.
    Quelle est la classe énergétique de mon immeuble ? ou-est-il situé ? quel est sa surface ?
    Voilà, entre autres, les questions qu’aurait poser un vrai scientifique.
    Energie +, mon invitation a venir à notre assemblé de copropriétaire tient toujours.
    Je n’ai pas eu de réponse à ce sujet de votre part ?

    Je ferai aussi une série sur les mensonges sur le photovoltaique et les mensonges sur le nucléaire.

    Répondre
  • @ Sam Sam

    Mon but était initialement de vous aider pour votre immeuble qui n’est certainement pas un cas unique en France et notamment Europe mais vous faîtes trop l’idiot.

    Si écrire des âneries et gros mensonges en permanence de manière répétitive était une discipline olympique, avec vous nous n’arrêtererions plus d’entendre jouée la Marseillaise jour et nuit.

    Je n’ai pas le temps de jouer avec vous

    Et n’oubliez pas que des personnes lisent ce site, donc voir tout le temps vos bêtises alors qu’il y a des nécessités climatiques et enjeux importants n’apporte rien et fait également perdre du temps à d’autres.

    Répondre
  • Plus intéressant :

    Le concept multirotor pourrait rendre l’éolien flottant compétitif dès 2022-2023 et réduire de 80 % l’utilisation des parcs offshore selon les équipes de R&D qui l’ont développé

    C’est ce qu’indique la société norvégienne Wind Catching Systems partenaire du géant norvégien Aibel, et çà ferait gagner 10 ans comparé aux parcs éoliens offshore flottants conventionnels

    Le nouveau concept est un écran de machines de 1 MW placé au sommet d’une plate-forme semi-submersible amarrée. L’installation des turbines se fait sur le mode “ascenseur” : toutes les opérations lourdes sont effectuées sur le pont. Il n’y a pas besoin de navires ou de grues spécialisés. D’où, en plus de son importante efficacité, des gains d’installation et de maintenance.

    Le système est prévu pour une durée de vie de 50 ans au lieu de la garantie actuelle de 30 ans et coûtera beaucoup moins à entretenir que les solutions éoliennes flottantes courantes. De plus il résoudra les problèmes de durabilité liées au recyclage et à la réutilisation des aubes de turbines (qui sont toutefois désormais entièrement recyclables depuis plusieurs années, des résines comme celles d’Akerma jusqu’aux fibres composites), des ressources marines et des émissions de CO2 résultant de l’installation et de la maintenance.

    Exploiter la pleine énergie des vitesses de vent élevées dans les eaux septentrionales de l’Europe, 1er gisement éolien offshore mondial, stimulées par l’effet multirotors, rendrait la nouvelle technologie 5 fois plus efficace qu’une éolienne offshore conventionnelle.

    “Notre objectif est de permettre aux opérateurs éoliens offshore de produire de l’électricité à un coût compétitif avec d’autres sources d’énergie sans subventions” souligne Ole Heggeim, président de WCS

    Chaque Windcatcher produirait suffisamment d’énergie pour 80 000 foyers, avec la sous-station intégrée dans le vaisseau mère, reliant toutes les unités et exportant l’électricité à terre, stockage et production power to X dont hydrogène compris.

    L’annonce intervient dans le sillage de l’un des principaux propriétaires d’ACS, Ferd, qui a dévoilé ces jours-ci qu’il s’associait à Arendals Fossekompani pour créer une coentreprise à 50/50 (du nom de Seagust), avec l’intention de soumissionner lors du prochain appel d’offres pour l’éolien offshore en Norvège.

    Le directeur des investissements de Ferd, Erik Bjørstad, précise : “L’objectif est de terminer les tests et la vérification techniques en 2021 et d’offrir des solutions de développement commercial en 2022. Wind Catching présente des avantages concurrentiels importants par rapport aux technologies conventionnelles et nous envisageons beaucoup d’opportunités pour cette nouvelle approche”.

    Rachid Bendriss, directeur des investissements chez North Energy, qui soutient également WCS, estime que cette innovation permet aux opérateurs d’atteindre les coûts de production qu’ils espéraient en 2030-2035 dans un délai à présent beaucoup plus court et prévoit des marchés importants pour WCS, par exemple en mer du Nord, au large des États-Unis sur la Côte Ouest, et en Asie, au cours des décennies qui viennent.

    Le coût actualisé de l’énergie (LCOE) de l’éolien flottant a chuté de façon spectaculaire depuis la mise en service du premier prototype à grande échelle en Norvège en 2009, mais l’industrialisation de la technologie repose sur un LCOE pour ce secteur atteignant 40-60 €/MWh (48-72 $/MWh) cette décennie alors que l’on peut faire mieux (par exemple le français Eolink prévoit 35 euros/MWh pour sa technologie d’ici à 2030)

    Les concepts de multirotors ont été avancés par des entreprises, notamment OEM Vestas, mais dans l’espace flottant, ils se sont généralement limités à des conceptions à double turbine.

    Pour mémoire l’énergie éolienne augmente de façon exponentielle avec la vitesse du vent. Les turbines conventionnelles limitent la production d’énergie au-delà de 11-12 m/s en faisant tanguer les pales.

    En utilisant toute l’énergie des vitesses de vent plus élevées et l’effet multirotors, le système WCS génère 2,5 fois plus d’énergie annuelle par surface balayée qu’une turbine conventionnelle.

    Avec une surface balayée double de celle d’une éolienne conventionnelle de 15 MW, une unité Windcatching génère 5 fois plus d’énergie annuelle.

    Cinq unités WCS peuvent produire la même quantité d’électricité que 25 turbines conventionnelles, c’est donc une avancée notoire.

    Selon les derniers chiffres de Quest FWE, les projets d’énergie éolienne flottante totalisant plus de 26 GW vont être en forte augmentation d’ici 2035, la flotte devant croître de manière « exponentielle » alors que la première vague de développements à grande échelle qui se dessine actuellement au plan international est stimulée par les compagnies pétrolières en transition énergétique et des coûts des renouvelables en baisse constante, avec encore un substantiel potentiel de baisse supérieur aux autres énergies selon toutes les prévisions.

    https://windcatching.com/ourstory

    .

    Répondre
  • Suite et fin. (pour la série éoliennne)

    Mensonge n° 12:
    L’électricité éolienne serait compétitive par rapport à l’électricité avec un prix de 50 euros / Mwh pour l’éolien contre 120 euros / Mwh pour le nucléaire.
    – Faux, et l’un des mensonges les plus souvent répété !!!

    Systématiquement, la comparaison est faîte de façon malhonnête:
    – D’abord en comparant une source intermittente à une source pilotable et donc en sortant le coût de la gestion de l’intermittence de la comparaison.
    – Ensuite en comparant les plus chers des projets nucléaires (Flamanville) et les moins chers des projets éolien (Dunkerque)
    – Enfin, en oubliant soigneusement de préciser que les ENRs sont fortement subventionnés.

    Il est vrai que le cout du nucléaire va augmenter à cause principalement des nouvelles réglementations imposées par l’ASN mais d’après l’ADEME (rapport 2014) ce cout restera inférieur à 80 euros / MWH à horizons de 2050.

    Mensonge n°13:
    Les technologies de stockage (hydrogène, batterie) vont rendre viable les ENRs (dont les éoliennes) dans les prochaines années et il sera ainsi possible de se passer centrales à gaz pour gérer leur intermittence.

    Stocker de l’énergie à l’échelle d’un pays est totalement irréaliste !!! (stocker 1 Twh (c’est à 12 heures de consommation en France en hiver) nécessiterait 20 millions de batterie de Zoé (50 kwh) -Pour info, le parc total de véhicule en France c’est 15 millions)
    De plus, stocker l’électricité implique d’importantes pertes de l’ordre de 20%.

    La réalité que l’on observe sur tous les pays qui ont fait le choix de l’éolien (Espagne, Allemagne, Royaume-uni) est qu’ils ont tous construit des nouvelles capacités en gaz pour gérer cette intermittence.

    Mensonge n°14:
    Les éoliennes ont fourni 6% de l’electricité en France en 2019
    Afin de défendre les éoliennes très contesté à l’assemblée nationale, Pompili a déclaré qu’elles ont produit 6% de l’électricité en France en 2019.
    Cela est vrai est c’est ce qu’indique les rapports de RTE.
    Mais cela est malgré tout une contre-vérité majeure.
    Ce que Pompili à soigneusement oublié de précisé c’est que l’électricité ENR est prioritaire sur le réseau.
    Ainsi, les éoliennes injectent sur le réseau dès qu’elle tournent et c’est autres moyen de s’ajuster.
    la plupart des cas, l’électricité qu’elle produisent aurait de toute façon été produit par d’autres moyens (nucléaire, barrages)
    En réalité, moins d’un tiers de l’électricité injecté par les éoliennes l’a été pendant les pointes de consommations.
    Donc ce chiffre de 6% n’a aucune pertinence.

    Mensonge n°15:
    Tous ceux qui ne veulent pas d’éoliennes sont des pro-nucléaires extrémistes.

    A chaque fois quelqu’un ose critiquer les éoliennes, il est taxer d’être pro-nucléaire
    Ainsi:
    – les pêcheurs qui veulent préserver leurs ressources sont des pro-nucléaires
    – Les particuliers qui veulent préserver leur santé et la valeur de leur patrimoine sont des pro-nucléaires.
    – Les élus qui veulent empêcher la dilapidation de l’argent public (pour par exemple l’utiliser pour la construction d’hôpitaux) sont des pro-nucléaires.

    Ces affirmations sont totalement sans fondement et sans aucune pertinence, les éoliennes peu importe leur nombre NE REMPLACE PAS des réacteurs nucléaires.
    Comparer les deux n’a aucun sens !!!

    Répondre
  • @ Sam Sam le gros escroc mythomane !

    Même des enfants en maternelle rigoleraient de vos arguties anti-éolien ! Vous écrivez quasiment une fake news par ligne et étalez votre méconnaissance totale des sujets de l’énergie. Pour votre information, personne ne vous a attendu pour approfondir tous ces sujets dont vous ignorez visiblement toutes les études, rapports, analyses, modélisations, technologies, évolutions, géopolitique etc Documentez-vous mieux vous verrez que la plupart de ce que vous écrivez est incohérent et idiot. Vous lisez trop de sites de lobbying, manquez d’esprit critique et êtes facilement influençable avec des slogans simplistes qui conviennent à votre paresse.

    Vous n’êtes même pas capable de trouver des solutions pour décarboner votre immeuble et vous avez la prétention de donner des conseils à la terre entière tel un gros mythomane puisque tous les pays font des renouvelables dont de l’éolien, c’est à dire nettement plus que ceux qui font du nucléaire qui est très limité dans ses perspectives (quelques 10% du seul mix électrique mondial dans les décennies qui viennent, sans pour autant avoir pu résoudre ses risques élevés et ses déchets de manière assez satisfaisant techniquement comme économiquement). Ca ne vous dérange pas que du nucléaire soit vendu au Soudan dont les taux d’émissions par habitant sont très faibles ou aux EAU en zone à risques, pour ne citez qu’eux rapidement.

    Une récente étude du NREL américain précise que le seul solaire flottant sur les seuls grands barrages hydroélectriques peuvent fournir, avec stockage inclus, et tous les avantages de ce couplage (les deux technologies peuvent en effet s’équilibrer car le plus grand potentiel de l’énergie solaire se situe pendant les saisons sèches, alors que pour l’hydroélectricité, les saisons des pluies présentent la meilleure opportunité, avec en plus réduction de pertes d’eau donc plus d’énergie et plus d’apports en eau en périodes et zones à sécheresse, lutte contre des algues toxiques, rapidité d’implantation, coûts d’implantation et démontage réduits etc) :

    10 600 TWh/an pour le seul solaire flottant (FPV) et sur ces seuls sites, ce chiffre n’incluant pas le montant généré par l’hydroélectricité qui s’y ajoute.

    A titre de comparaison, la consommation finale mondiale d’électricité est d’un peu plus de 22 300 TWh/an

    Ces seuls sites hydroélectriques équipés de solaire FPV pourraient donc fournir près de 50% de la consommation finale mondiale d’électricité en un temps record comparé aux autres énergies.

    Et je ne vous parle même pas de tous les sites potentiels (au choix : stations d’épuration, étangs d’irrigation, lacs de carrière, terres inondables, bassins, lacs, canaux, rivières, mers, océans etc). Et il s’agit du seul solaire flottant.

    L’éolien est par nature complémentaire au solaire donc c’est absurde de s’en priver et il est logique qu’il soit utilisé en priorité d’autant qu’on sait bien prévoir l’évolution du vent

    Les moyens de stockage on en recense plus de 300 dont plus d’une centaine déjà économiquement viables ou sinon à court terme et on a étudié les besoins de stockage pour chaque pays comme à l’échelon du réseau européen Entsoe entre autres. L’IEA comme d’autres savent très bien comme ils le publient que c’est au niveau européen que l’approche énergétique est la plus économique (plus de 20% d’économies) et les besoins de stockage les plus réduits (et évitant des doublons coûteux comme actuellement). Lorsque le réseau sera optimisé (c’est ce que font Entsoe en coopération avec les autres réseaux : voir leurs rapports communs publiés régulèrement) ces besoins ne seront pas très importants et on a modélisé les coûts qui ne sont pas non plus élevés (une récente modélisation pour la France seule citait 14% tout au plus)

    J’ai déjà publié sur ces sujets études à l’appui mais vous préférez des calculs hâtifs niveau Café du Commerce sur un coin de table qui ne valent strictement rien pour en tirer des conclusions idiotes à la base de vos commentaires stériles.

    De plus il existe à ce jour plus de 200 études scientifiques revues par leurs pairs sur des mix 100% renouvelables dans le monde et en Europe en particulier, certaines intègrent plus de 100 millions de modélisations.

    Donc si vous prétendez avoir la tête comme une citrouille et être plus qualifié que tous les scientifiques, ingénieurs et moyens de calculs de la Terre entière, démontrez nous déjà que vous êtes capable de trouver des solutions pour votre simple immeuble toujours au gaz car votre empreinte carbone est déplorable pour quelqu’un qui prétend donner des conseils à toute la Planète.

    Les choses progressent dans l’éolien et vous ne voyez rien comme toujours. Encore un exemple parmi d’autres plus intelligent que vos balivernes habituelles

    Eolink – Finistère (éoliennes offshore flottantes quadripodes) : 35 €/MWh d’ici 2030 (donc bien avant 2050 que vous citez et même avec la part de stockage nécessaire c’est très compétitif et comme les études le montrent, bien situé çà favorise la biodiversité marine)

    Les éoliennes flottantes d’Eolink sont conçues pour supporter les conditions extrêmes de tempête. Ainsi, la durée de vie de la structure flottante est bien supérieure à 30 ans. La fabrication de ces éoliennes, depuis la découpe de l’acier jusqu’à la connexion au réseau coûte déjà moins de 3,5 M€/MW. Des machines plus puissantes fabriquées de manière industrielle feront diminuer ce coût d’investissement en dessous de 2 M€/MW d’ici 2030. De plus, la production d’électricité de chaque machine sera plus importante. Par conséquent, le LCoE (Coût actualisé de l’énergie) atteindra 35 €/MWh permettant un coût final pour l’utilisateur d’environ 0,145 €/kWh.

    Les éoliennes Eolink auront une puissance de 15 MW en 2027 et 20 MW en 2030 dans les zones les plus ventées :

    20 MW de puissance atteignable sur chaque éolienne. La fréquence de résonance est éloignée de celle des pales

    10% d’énergie supplémentaire en diminuant les interactions aérodynamiques grâce à une plus grande distance entre pales et mâts

    Moins d’acier : 30% plus léger que les autres fondations semi-submersibles, grâce à un flotteur de faibles dimensions.

    L’éolienne a été conçue pour que sa fabrication soit la plus automatisée possible et le coût final de l’énergie le plus bas, en partenariat avec Kranendonk, fabricant néerlandais de robots depuis 1983 et spécialiste, entre autres, de l’automatisation dans la construction navale avec des robots soudeurs. Kranendonk dispose aussi d’un savoir-faire logiciel pour modéliser les lignes de production et chiffrer les temps et les coûts.

    Le fabricant français fondé en 2015 à Plouzané (Finistère), adepte de la solution d’une grosse turbine sur un petit flotteur, compte s’inspirer le plus possible des méthodes actuelles de construction navale.

    L’éolien flottant devrait offrir des machines à 2 M€/MW d’ici 2030. Ces éoliennes produiront 2 fois plus d’énergie que celles installées sur terre et 5 fois plus que des panneaux solaires.

    En installant 25 GW entre 2025 et 2050 sur 1% de sa zone maritime métropolitaine, la France pourrait subvenir à 25% de sa consommation électrique. Cela requiert l’installation de 1 GW par an, c’est-à-dire 67 turbines de 15 MW. Cette opportunité offre un nouvel avenir durable à 1 ou 2 chantiers navals, tout en employant au moins 5 000 personnes sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

    http://eolink.fr/fr/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.