Canada : fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering (Ontario)

Canada : fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering (Ontario)

Ce dimanche 12 janvier 2020, une alerte a été envoyée, tôt le matin, à tous les habitants de l’Ontario, au Canada : elle annonçait un incident en cours à la centrale nucléaire de Pickering (à proximité de Toronto), sans danger pour la population. Une heure et demi après, un démenti était publié : l’alerte avait été envoyée par erreur.

L’alerte, envoyée à tous les habitants de l’Ontario, était « une erreur »

Un vent de panique a accompagné le réveil des habitants de l’Ontario, au Canada, ce dimanche 12 janvier 2020. A 7h30, tous les habitants de la Province ont en effet reçu un message indiquant qu’un incident était en cours dans la centrale nucléaire de Pickering, près de Toronto.

La Province dispose en effet d’un système d’alerte à grande échelle en cas d’événement de ce type, mais le contenu du message était plutôt rassurant, et s’adressait à la population vivant à proximité de la centrale : «Un incident a été rapporté à la centrale nucléaire de Pickering. Il n’y a PAS eu de fuite radioactive anormale à la centrale et l’équipe d’urgence s’occupe de la situation. Les gens vivants près de la centrale N’ONT PAS à prendre de mesure de protection pour le moment», détaillait l’alerte.

Mais, une heure et demi après, nouveau message d’alerte. Le précédent message était « une erreur ». Plus tard dans la journée, Sylvia Jones, membre du Parlement de l’Ontario et responsable de la sécurité de la Province, détaillait ce qui s’était passé : « L’alerte a été envoyée par erreur au public lors d’un exercice d’entraînement de routine mené par le Centre provincial des opérations d’urgence. Nous avons commencé une enquête complète et prendrons les mesures appropriées pour nous assurer que cela ne se reproduise plus ».

Les responsables politiques locaux demandent une enquête

L’affaire a provoqué un profond émoi et une profonde indignation dans tout le pays, d’autant que la situation de la centrale de Pickering est particulière. D’abord parce que c’est la plus ancienne de l’Ontario : mise en service en 1971, d’une puissance de 3,1 GW, fournissant encore 14% de l’électricité de la Province, elle doit cesser de fonctionner en 2024. Ensuite parce que, de toutes les centrales nucléaires du Canada, c’est celle située dans l’aire urbaine la plus densément peuplées.

Le maire de Pickering, Dave Ryan, a notamment réagi avec force : « Comme beaucoup d’entre vous, j’ai été très troublé d’avoir reçu cette alerte d’urgence ce matin. Bien que je sois soulagé qu’il n’y ait pas eu d’urgence réelle, je suis bouleversé qu’une telle erreur se soit produite. J’ai parlé à la Province et j’exige qu’une enquête approfondie ait lieu ». Le maire de Toronto, John Tory, a également réclamé une enquête.

Pour autant, si ce dysfonctionnement dans le système d’alerte est dommageable, l’affaire prouve qu’il fonctionne, et que les autorités de l’Ontario peuvent bien contacter l’ensemble des habitants de la Province en cas de problème majeur.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 31 Juil 2016
Quelques jours après le vote du conseil d'administration d'EDF en faveur du projet Hinkley Point en Angleterre, Emmanuel Macron a tenu à rappeler que les deux EPR restaient la meilleure option pour le mix-énergétique britannique et une solution "gagnant-gagnant" pour l'ensemble…
ven 24 Août 2018
À l’état naturel, l’uranium est un métal lourd faiblement radioactif qui ne peut pas servir de combustible pour une centrale nucléaire. Il doit donc être préalablement enrichi. Focus sur les différentes technologies qui permettent ce processus et sur les principaux…
lun 11 Fév 2013
L’été dernier, les réacteurs nucléaires belges de Doel 3 et Tihange 2 ont été arrêtés suite à la détection de microfissures sur les cuves de leurs réacteurs. Dans le cadre d’une coopération internationale, l’autorité fédérale de sûreté nucléaire belge (AFCN)…
jeu 14 Août 2014
Alors que la moitié des réacteurs nucléaires belges ne fonctionnent plus pour des raisons conjoncturelles, la situation électrique belge pose problème. Ainsi, en plus des deux réacteurs, Doel 3 et Tihange 2, fermés depuis 2012 pour des problèmes techniques, s’ajoute le réacteur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.