Canada : fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering (Ontario)

Canada : fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering (Ontario)

Ce dimanche 12 janvier 2020, une alerte a été envoyée, tôt le matin, à tous les habitants de l’Ontario, au Canada : elle annonçait un incident en cours à la centrale nucléaire de Pickering (à proximité de Toronto), sans danger pour la population. Une heure et demi après, un démenti était publié : l’alerte avait été envoyée par erreur.

L’alerte, envoyée à tous les habitants de l’Ontario, était « une erreur »

Un vent de panique a accompagné le réveil des habitants de l’Ontario, au Canada, ce dimanche 12 janvier 2020. A 7h30, tous les habitants de la Province ont en effet reçu un message indiquant qu’un incident était en cours dans la centrale nucléaire de Pickering, près de Toronto.

La Province dispose en effet d’un système d’alerte à grande échelle en cas d’événement de ce type, mais le contenu du message était plutôt rassurant, et s’adressait à la population vivant à proximité de la centrale : «Un incident a été rapporté à la centrale nucléaire de Pickering. Il n’y a PAS eu de fuite radioactive anormale à la centrale et l’équipe d’urgence s’occupe de la situation. Les gens vivants près de la centrale N’ONT PAS à prendre de mesure de protection pour le moment», détaillait l’alerte.

Mais, une heure et demi après, nouveau message d’alerte. Le précédent message était « une erreur ». Plus tard dans la journée, Sylvia Jones, membre du Parlement de l’Ontario et responsable de la sécurité de la Province, détaillait ce qui s’était passé : « L’alerte a été envoyée par erreur au public lors d’un exercice d’entraînement de routine mené par le Centre provincial des opérations d’urgence. Nous avons commencé une enquête complète et prendrons les mesures appropriées pour nous assurer que cela ne se reproduise plus ».

Les responsables politiques locaux demandent une enquête

L’affaire a provoqué un profond émoi et une profonde indignation dans tout le pays, d’autant que la situation de la centrale de Pickering est particulière. D’abord parce que c’est la plus ancienne de l’Ontario : mise en service en 1971, d’une puissance de 3,1 GW, fournissant encore 14% de l’électricité de la Province, elle doit cesser de fonctionner en 2024. Ensuite parce que, de toutes les centrales nucléaires du Canada, c’est celle située dans l’aire urbaine la plus densément peuplées.

Le maire de Pickering, Dave Ryan, a notamment réagi avec force : « Comme beaucoup d’entre vous, j’ai été très troublé d’avoir reçu cette alerte d’urgence ce matin. Bien que je sois soulagé qu’il n’y ait pas eu d’urgence réelle, je suis bouleversé qu’une telle erreur se soit produite. J’ai parlé à la Province et j’exige qu’une enquête approfondie ait lieu ». Le maire de Toronto, John Tory, a également réclamé une enquête.

Pour autant, si ce dysfonctionnement dans le système d’alerte est dommageable, l’affaire prouve qu’il fonctionne, et que les autorités de l’Ontario peuvent bien contacter l’ensemble des habitants de la Province en cas de problème majeur.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 4 Nov 2020
Ce mardi 2 novembre 2020, le Bélarus a mis en activité l'un des deux réacteurs de sa première centrale nucléaire, à Ostrovets, dans le Nord-Ouest du pays. Piloté par l'agence nucléaire russe Rosatom, cette centrale inquiète fortement les voisins baltes…
mer 11 Jan 2017
L’Institut Italien de Technologie de Milan a récemment fait part de ses avancées en matière de revêtement pour les matériaux de l’industrie nucléaire. Si cette percée se concrétise, elle pourrait représenter une réelle opportunité pour la construction des centrales nucléaires de…
mer 22 Mar 2017
Plus discrètes et moins coûteuses que leurs aînées, les mini-centrales nucléaires sont actuellement en plein boom. Si la technologie n’est pas encore tout à fait au point, de nombreux pays se sont déjà lancés dans la course à l’atome miniature.…
jeu 10 Juil 2014
Si l'état de la centrale de Fukushima Daiichi a bel et bien été déclaré stable depuis le mois de décembre 2011 par la compagnie Tepco (Tokyo Electric Power), six mois après le passage d'un tsunami dévastateur, l'ampleur des dégâts et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.