Canada : fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering (Ontario)

Canada : fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering (Ontario)

Ce dimanche 12 janvier 2020, une alerte a été envoyée, tôt le matin, à tous les habitants de l’Ontario, au Canada : elle annonçait un incident en cours à la centrale nucléaire de Pickering (à proximité de Toronto), sans danger pour la population. Une heure et demi après, un démenti était publié : l’alerte avait été envoyée par erreur.

L’alerte, envoyée à tous les habitants de l’Ontario, était « une erreur »

Un vent de panique a accompagné le réveil des habitants de l’Ontario, au Canada, ce dimanche 12 janvier 2020. A 7h30, tous les habitants de la Province ont en effet reçu un message indiquant qu’un incident était en cours dans la centrale nucléaire de Pickering, près de Toronto.

La Province dispose en effet d’un système d’alerte à grande échelle en cas d’événement de ce type, mais le contenu du message était plutôt rassurant, et s’adressait à la population vivant à proximité de la centrale : «Un incident a été rapporté à la centrale nucléaire de Pickering. Il n’y a PAS eu de fuite radioactive anormale à la centrale et l’équipe d’urgence s’occupe de la situation. Les gens vivants près de la centrale N’ONT PAS à prendre de mesure de protection pour le moment», détaillait l’alerte.

Mais, une heure et demi après, nouveau message d’alerte. Le précédent message était « une erreur ». Plus tard dans la journée, Sylvia Jones, membre du Parlement de l’Ontario et responsable de la sécurité de la Province, détaillait ce qui s’était passé : « L’alerte a été envoyée par erreur au public lors d’un exercice d’entraînement de routine mené par le Centre provincial des opérations d’urgence. Nous avons commencé une enquête complète et prendrons les mesures appropriées pour nous assurer que cela ne se reproduise plus ».

Les responsables politiques locaux demandent une enquête

L’affaire a provoqué un profond émoi et une profonde indignation dans tout le pays, d’autant que la situation de la centrale de Pickering est particulière. D’abord parce que c’est la plus ancienne de l’Ontario : mise en service en 1971, d’une puissance de 3,1 GW, fournissant encore 14% de l’électricité de la Province, elle doit cesser de fonctionner en 2024. Ensuite parce que, de toutes les centrales nucléaires du Canada, c’est celle située dans l’aire urbaine la plus densément peuplées.

Le maire de Pickering, Dave Ryan, a notamment réagi avec force : « Comme beaucoup d’entre vous, j’ai été très troublé d’avoir reçu cette alerte d’urgence ce matin. Bien que je sois soulagé qu’il n’y ait pas eu d’urgence réelle, je suis bouleversé qu’une telle erreur se soit produite. J’ai parlé à la Province et j’exige qu’une enquête approfondie ait lieu ». Le maire de Toronto, John Tory, a également réclamé une enquête.

Pour autant, si ce dysfonctionnement dans le système d’alerte est dommageable, l’affaire prouve qu’il fonctionne, et que les autorités de l’Ontario peuvent bien contacter l’ensemble des habitants de la Province en cas de problème majeur.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Si l'actuel gouvernement polonais n'hésite pas à consacrer le charbon comme une richesse nationale, première source d'énergie du pays, ses effets indésirables sur l'environnement et la population sont aujourd'hui de plus en plus visibles. Devenu monnaie courante pour l'ensemble des…
jeu 16 Fév 2017
Lancé depuis plusieurs années dans le sud de la France, le projet expérimental ITER repose sur l’espoir de créer une centrale d’un nouveau genre basée sur la fusion nucléaire. Par son envergure, ce projet est considéré comme le plus ambitieux projet énergétique au monde. Trop…
mer 20 Sep 2017
Confronté à une crise énergétique sans précédent, le Pakistan souhaite diversifier ses sources d’approvisionnement électrique et compte notamment sur le développement du nucléaire civil pour réduire à la fois son déficit énergétique et sa dépendance aux combustibles fossiles. Islamabad a…
jeu 7 Nov 2019
Ce mercredi 6 novembre 2019, la France et la Chine se sont publiquement engagées à signer, avant fin janvier 2020, l'accord final pour une usine de retraitement du combustible nucléaire en Chine. La construction serait pilotée par Orano (ex-Areva), recentré…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.