Le Canada veut développer de petits réacteurs nucléaires modulaires

Le Canada veut développer de petits réacteurs nucléaires modulaires

canada-petits-reacteurs-nucleaires-modulaires

Alors que l’énergie nucléaire représente déjà la deuxième source d’énergie décarbonée du pays (l’atome fournit environ 16 % du total des besoins en électricité du Canada et près de 60 % en Ontario), Ottawa semble désireux de poursuivre son développement sous des formes diverses. Outre la recherche sur la fusion nucléaire, le Canada pourrait développer dans l’avenir de « petits réacteurs nucléaires modulaires » autonomes pouvant être facilement déployées dans les mines, le transport maritime ou les missions spatiales.

Dans un communiqué publié jeudi 22 février 2018, le ministère des Ressources naturelles canadien a dévoilé ses nouvelles ambitions en matière de technologies nucléaires. Le gouvernement de Justin Trudeau souhaite mettre au point de « petits réacteurs nucléaires modulaires » pouvant être déployés de manière autonome et présentant de nombreux avantages en termes de coûts et de flexibilité. Si ces modèles, en cours de recherche et développement, ne dépasseront pas les 300 MW de puissance (à comparer aux 1650 MW d’un réacteur de taille standard), ils présentent un atout non négligeable pour équiper les sites isolés et les régions et pays en développement qui ne disposent pas de réseaux électriques de grosses capacités.

Un potentiel d’utilisation prometteur au Canada

Les autorités canadiennes ont demandé dans ce but à l’Association nucléaire canadienne (ANC) d’établir d’ici la fin de l’année une « feuille de route » détaillant les priorités et les difficultés d’un développement et d’une utilisation possibles de petits réacteurs modulaires au Canada. Ce cadre de travail devra permettre « d’encourager l’innovation et d’établir une vision à long terme » pour ce secteur, et « d’évaluer les caractéristiques de différents types de petit réacteur modulaire au regard des exigences des utilisateurs et des priorités canadiennes », a expliqué le ministère des Ressources naturelle dans son communiqué. Cette feuille de route va aider à mieux comprendre « la façon dont nous pouvons développer et utiliser cette technologie émergente », a ajouté Kim Rudd ministre adjointe aux Ressources naturelles.

Selon l’Association nucléaire mondiale, ces petits réacteurs nucléaires modulaires pourraient être déployés dans d’anciennes mines de charbon par exemple, dans le transport maritime, dans des installations militaires ou encore dans des missions spatiales. Au Canada, des groupes miniers ont déjà par le passé fait part de leur intérêt pour cette technologie afin de remplacer les générateurs à essence dans des mines isolées de l’Arctique.

Crédits photo : Talknuclear (CNA2018)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 22 Avr 2013
Le groupe de contact des entreprises représentent les intérêts des entreprises dans le débat gouvernemental sur la transition énergétique. La semaine dernière, son président François Michel (directeur du plan à Saint-Gobain) a dévoilé les 12 propositions du groupe. Les entreprises…
ven 24 Août 2018
À l’état naturel, l’uranium est un métal lourd faiblement radioactif qui ne peut pas servir de combustible pour une centrale nucléaire. Il doit donc être préalablement enrichi. Focus sur les différentes technologies qui permettent ce processus et sur les principaux…
mar 19 Fév 2013
Areva vient d’annoncer un record de production d’uranium pour l’année 2012. Le groupe français a produit un total de 9.760 tonnes d’uranium dans le monde. Ces résultats sont en grande partie liés aux productions record des gisements de Katco (Kazakhstan)…
mar 31 Jan 2017
Le 1er février, l’Assemblée nationale va examiner le rapport d’information sur la faisabilité technique et financière du démantèlement des infrastructures nucléaires, présenté par Barbara Romagnan. L’occasion idéale pour le journaliste de L’Express, Matthieu Scherrer, de revenir sur « la French…

COMMENTAIRES

  • Quels dangers (déchets, terrorisme), quels risques, encore des déchets radioactifs, tous ces petits réacteurs nucléaires !
    1650 MW n’est pas la taille standard d’un réacteur. Nos 58 réacteurs, c’est 34 réacteurs de 900 MW, 20 réacteurs de 1300 MW et 4 de 1450 MW. Seul l’EPR est conçu d’une puissance de 1600 MW.
    La petite centrale de Brennilis en Bretagne, au démantèlement si long, si coûteux, n’a une puissance que de 70 MW….

    Répondre
    • Quel est l’intérêt de chipoter sur ce qu’est la puissance nucléaire standard ? Et il se trouve que 1650MW est la puissance d’un EPR. Il n’y a en effet pas de standard, mais l’EPR est la nouvelle référence française.

      Quant aux “dangers” du nucléaire, ils sont en effet bien là. Mais ils sont au final plus faibles que ceux liés au charbon, au pétrole, au gaz et à la biomasse, énergies sur lesquelles sont basés la quasi totalité des mix électriques de la planète.

      Répondre
  • Ces petits réacteurs équipent déjà nos sous-marins dits nucléaires.
    Je crois que l’ex-DCNS (Naval Grup) les a déjà “civilisés”, à Cherbourg, sous la dénomination FLEXBLUE, toujours en immersion totale dans la mer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.