La Pologne fermera sa dernière mine de charbon en 2049 - L'EnerGeek

La Pologne fermera sa dernière mine de charbon en 2049

pologne fermera derniere mine charbon 2049 - L'Energeek

En Pologne, le gouvernement et les syndicats ont signé, ce 30 avril 2021, un accord préliminaire visant la fermeture de toutes les mines de charbon du pays en 2049. Le texte prévoit notamment un programme de reconversion et des indemnités pour les 120 000 travailleurs de l’industrie charbonnière. Cette décision s’inscrit dans la volonté polonaise de s’intégrer à l’objectif de neutralité carbone de l’Union Européenne pour 2050.

En Pologne, le gouvernement et les syndicats s’entendent pour fermer les mines de charbon en 2049

La Pologne demeure le pays de l’Union Européenne le plus dépendant du charbon, qui couvre actuellement 70% de ses besoins énergétiques – ce qui en fait, rapporté à sa population, le premier émetteur de CO2 d’Europe, et de loin. Sous la pression de Bruxelles, Varsovie a accepté de réduire cette part à 11% d’ici 2040, et de programmer une sortie du charbon pour 2050.

Ce 30 avril 2021, le gouvernement et les syndicats polonais ont signé un accord préliminaire pour mettre en pratique cet objectif. Cet accord, qualifié d’« historique » par le ministère des biens de l’Etat, qui l’a négocié au nom du gouvernement, fixe à 2049 la fermeture de la dernière mine de charbon en Pologne.

D’ici là, le bassin minier de Silésie va rentrer dans une lente transition vers l’après-charbon. L’accord prévoit ainsi des indemnités de départ et un programme de reconversion pour les 120 000 travailleurs de l’industrie charbonnière en Pologne, et des aides financières pour la Silésie. Des financements européens, dans le cadre du Green Deal, devraient soutenir cette transition industrielle et énergétique.

La Pologne prête à tourner la page du charbon

La Pologne s’apprête ainsi à tourner une page importante de son histoire. « C’est difficile d’être satisfait quand on liquide une industrie aussi importante. Nous avons fait ce que nous devions faire, aider les travailleurs. Ce n’est pas comme si tout était terminé aujourd’hui. Nous avons beaucoup de travail pour créer des emplois alternatifs », a ainsi déclaré Dominik Kolorz, responsable d’une branche locale du syndicat Solidarność (« Solidarité »).

Pour devenir contraignant, l’accord doit encore être finalisé et signé par les différentes parties prenantes. Il devra ensuite être validé par la Commission Européenne, pour pouvoir débloquer les aides financières de Bruxelles.

Récemment, l’Union Européenne a sanctuarisé son objectif de neutralité carbone pour 2050, pour l’ensemble de l’Union, et non pour chaque Etat, la Pologne ayant notamment déclaré qu’elle serait incapable d’atteindre cette ambition. Cette année, le Portugal a avancé sa sortie du charbon à fin 2021 (au lieu de 2023), la Hongrie à 2025 (au lieu de 2030) et la Grèce à 2025 (au lieu de 2028).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 29 Mar 2024
Le tribunal de Paris a annulé, jeudi 28 mars 2024, l'assignation en justice de Greenpeace par TotalEnergies. Ironie du timing, le verdict tombe précisément le jour du centenaire de Total.   Une bataille sur fond de bilan carbone de TotalEnergies…
jeu 9 Nov 2023
Le gaz naturel est central dans la consommation énergétique de la France. Mais la demande pour cette énergie fossile connaît aujourd'hui une transformation profonde. Les dernières données de GRTgaz, le gestionnaire du réseau de transport de gaz en France, mettent…
À l'occasion du salon Vivatech de 2024, Roland Lescure, ministre de l'Industrie, et Marina Ferrari, secrétaire d'État chargée du Numérique, ont dévoilé les 10 lauréats de la 5e édition du programme d'appel à projets « Première usine ».   Première…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…

COMMENTAIRES

  • une bonne nouvelle certes, mais un minimum au vu de l’urgence. Espérons que la Pologne reverra le timing à la baisse, sous la pression Européenne et internationale. Pour l’instant son NECP( National Energy and Climate Plan) ne prévoit qu’une réduction de 19% de ses émissions entre 2018 et 2030, alors que des études (ex : https://data.bloomberglp.com/professional/sites/24/BNEF-white-paper-EU-coal-transition-Final-6-July.pdf) estiment que le potentiel “économiquement viable” est de 40%, et bien d’avantage si le prix CO2 sur le marché ETS monte, ce qui semble être le cas ces dernières mois et en tendance de fond, les potentiels éoliens (et nucléaire évidemment!) sont très importants … Reste à gérer les reconversions locales bien sûr, mais sur 10 ans on peut faire beaucoup de choses.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.