Toute source confondue, les pétroliers sont les plus gros producteurs d'énergie - L'EnerGeek

Toute source confondue, les pétroliers sont les plus gros producteurs d’énergie

petroliers plus gros producteurs energie - L'Energeek

Une étude de Morgan Stanley, rendue publique ce 1er novembre 2020, compare les producteurs d’énergie dans le monde, toutes sources confondues, d’après la quantité d’énergie qu’ils ont rendue disponible en 2019. Les analystes ont mis dans la balance les joules produits par tous les géants mondiaux de l’énergie. Et les grands vainqueurs sont, et de très loin, les groupes pétroliers. BP et Shell trustent les deux premières places, Total est numéro 1 français.

Kilowatt-heures et joules, une question d’unités

Comment comparer les différents producteurs d’énergie entre eux, notamment si les sources sont différentes ? Gaz, pétrole, électricité (issue des renouvelables ou du nucléaires, car, comme le note une récente analyse, 65% de l’électricité mondiale est produite à partir de combustion d’énergies fossiles) : les unités de mesure et de production sont radicalement différents.

Les bilans énergétiques utilisent le plus souvent le kilowatt-heures. Les analystes de Morgan Stanley viennent de publier, ce 1er novembre 2020, un comparatif des plus grands énergéticiens mondiaux en fonction de l’équivalent en joules de leur production d’énergie annuelle.

Ce choix est essentiellement symbolique, car, le kilowatt-heure est une unité liée aux joules, puisqu’elle vaut exactement 3,6 mégajoules. Mais la banque a estimé que le kilo-watt-heure était trop lié, dans l’imaginaire collectif, à la production d’électricité. Le joule aurait le mérite de la « neutralité ». Ils se sont donc appuyés sur l’équivalence suivante (les chiffres ont été arrondis) : 1 baril de pétrole = 5 800 pieds cubes de gaz = 1 600 kilowatt-heure = 6,1 gigajoules (soit 6,1 milliard de joules).

La production d’énergie mondiale dominée par les géants pétroliers

Au final, toutes sources confondues, les deux plus gros producteurs d’énergie mondiaux en 2019 sont deux compagnies pétrolières, BP avec 8,3 exajoules (soit 8,3 milliards de gigajoules) et Shell avec 8 exajoules. Cette analyse doit toutefois être tempérée, car la production d’électricité est, au niveau mondial, largement assurée par des groupes nationaux, voire d’Etat, dont la vocation n’est pas, originellement, de s’exporter – à l’inverse des géants pétroliers.

Total est ainsi le plus gros producteurs d’énergie français, avec 6,6 exajoules, devant EDF, avec 2,2 exajoules, et Engie, 0,9 exajoules. En revanche, en se limitant au marché français, EDF est bien le premier fournisseur d’énergie dans l’Hexagone, avec 1,55 exajoules, exclusivement électriques.

En France, Total a vendu 187 millions de barils de pétrole en 2019, soit 1,14 exajoules. S’y ajoutent 26 Terawatt-heure d’électricité (soit 0,093 exajoules) et 2,4 milliards de m3 de gaz, pour un total de 1,34 exajoules. Cette répartition indique bien le virage « multi-énergie » qu’a pris Total, mais aussi la part toujours prépondérante qu’a le pétrole dans sa production énergétique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 4 Nov 2016
D’après une étude d’opinion réalisée par la maison de sondage SOM, la population du Québec serait hostile à l’exploitation des hydrocarbures. En effet, 66 % des 1 020 Québécois interrogés affirment être contre l'exploitation du pétrole et du gaz de…
mar 10 Déc 2013
Selon l'étude annuelle du cabinet de conseil PwC, les émissions de gaz à effet de serre des 20 grands producteurs d'électricité européens ont augmenté de 0,6% entre 2011 et 2012. Des émissions en hausse pour une seconde année consécutive, crise…
jeu 12 Déc 2019
Ce mercredi 11 décembre 2019, la COP25 a été marquée par plusieurs remontrances très sévères contre les dirigeants du monde pour leur manque d'ambition climatique, notamment en matière d'énergies fossiles – la plus médiatique ayant émané de Greta Thunberg. Ce…
lun 11 Avr 2022
Le 7 avril dernier, le gouvernement canadien a annoncé son intention d'augmenter ses exportations d'énergies fossiles. Sur fond de crise en Ukraine, le pays se dit prêt à répondre à la demande énergétique des pays européens. L'enjeu ? Trouver une…

COMMENTAIRES

  • Bonjour, merci pour cet article intéressant. Juste une remarque, il semble que les définitions d’énergie utilisées pour les pétroliers et les électriciens, dans cet article, soient différentes :

    pour les pétroliers l’énergie présentée ici correspond à une énergie calorifique avant usage (1 baril de pétrole ~ 159L * 40MJ thermique/L = 6.36 GJ thermique = 159L * 40 MJ/L / 3.6 MJ/kWh = 1767 kWh thermique/baril). Si c’est pour du chauffage, le rendement est de 100% ou quasi (souvent avec du gaz). Si c’est pour de la mobilité, le rendement est généralement entre 25 et 40% (souvent avec des chaînes carbonées plus longues, essence, gazole…). On peut donc supposer que les rendements d’usage sont de l’ordre de 50%. Par conséquent, l’énergie d’usage disponible serait environ la moitié de celle affichée pour les pétroliers.

    Pour les électriciens (et EDF en particulier), l’énergie affichée est celle à la prise, une énergie d’usage utilisable telle quelle. En assimilant très grossièrement l’ensemble de la production française à de la production nucléaire ou thermique classique, avec un rendement de l’ordre de 33%, la production d’énergie calorifique d’EDF est environ 3 fois plus grande que celle affichée (~500TWh electrique annuel * 3600J/Wh = 1.8 10¹⁸ J electriques ~ 1.8 10¹⁸ J / 0.33 J_electrique/J_thermique = 5.4 10¹⁸ J_thermique).

    A définition égale, cela donnerait une production d’énergie calorifique relativement similaire pour EDF et Total et et une production d’énergie d’usage légèrement supérieure pour Total.

    J’espère que je ne me trompe pas. Bonne journée.
    François

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.