L'activité nucléaire de GE, en particulier ses turbines, va-t-elle repasser sous pavillon français ? - L'EnerGeek

L’activité nucléaire de GE, en particulier ses turbines, va-t-elle repasser sous pavillon français ?

activite nucleaire ge turbines pavillon francais - L'Energeek

L’ancien directeur monde de la division chaudières d’Alstom, Frédéric Pierucci, est revenu à la charge, ce 18 octobre 2020, pour réclamer le retour sous pavillon français de l’activité nucléaire de General Electric (GE), notamment les turbines Arabelle qui équipent les centrales françaises. Cette intervention survient dans un contexte où Bercy pousserait depuis plusieurs semaines pour boucler le rachat de Geast, la co-entreprise détenue à 80% par GE, qui gère l’ensemble des ex-activités nucléaires d’Alstom.

GE veut vendre au plus vite ses 80% de part dans Geast, qui fabrique les turbines nucléaires Arabelle

D’après un article du Canard Enchaîné du 14 octobre 2020, le ministère de l’Economie et des Finances s’active « depuis quelques semaines » pour « boucler l’opération » de rachat par un groupe français de Geast, une des trois co-entreprises créées dans le cadre de la controversée cession d’Alstom Energy à GE, en 2014.

Geast, détenue à 80% par GE et à 20% par Alstom, gère les ex-activités nucléaires d’Alstom, en particulier la production des turbines nucléaires Arabelle, fabriquées sur le site de Belfort et qui équipent les centrales nucléaires françaises, ainsi que le porte-avion Charles-de-Gaulle.

Or, GE est actuellement dans une situation financière plus que délicate, et a un besoin urgent d’argent frais. Qui plus est, le groupe américain est actuellement visé par une enquête du gendarme boursier américain. Geast est d’ailleurs en vente depuis plus d’un an.

Quels repreneurs tricolores pour cette activité stratégique ?

Pour pousser à ce retour sous pavillon français d’une technologie stratégique, Frédéric Pierucci, ancien directeur monde de la division chaudières d’Alstom, est à nouveau monté au créneau dans Les Echos, ce dimanche 18 octobre 2020.

Il milite depuis plus d’un an pour un rachat français de ces turbines Arabelle, cette « technologie absolument unique, qui est l’une des meilleures technologies au monde », et qui représente « 3.000 emplois en France ».

L’Etat français dispose d’une action préférentielle (golden share) dans le capital de Geast, qui lui donne un droit de veto sur l’identité du repreneur. Le rachat de Geast est estimé à un milliard d’euros. Reste à trouver les acquéreurs industriels idéaux. Le Canard enchaîné évoquait le fonds Sénéva Capital et des investisseurs comme EDF, Engie, Framatome et / ou la Caisse des dépôts.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 11 Avr 2014
Mercredi 9 avril à Pierrelatte (Drôme), les premiers rencontres de l’alternance des métiers du nucléaire, organisées par les deux géants français du secteur EDF et Areva, ont attiré pas moins de 600 étudiants. La moitié de ces candidats à l’alternance…
mer 25 Sep 2019
Le débat sur le nucléaire n’est jamais clôt, même si c'est ce soir que se termine le débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).  Hier, le 24 septembre 2019, le World Nuclear Industry…
sam 30 Jan 2016
Le 28 janvier dernier, dans une interview accordée au journal Le Monde, Philippe Varin, le président du conseil d’administration d’Areva, a précisé quelle place prendrait désormais son entreprise dans la filière nucléaire française, après la vente de son activité réacteurs à EDF.…
mar 22 Juil 2014
D’après les récentes déclarations du ministre de l’industrie tchèque, ce n’est plus deux mais un seul nouveau réacteur qui sera construit sur le site de la centrale nucléaire de Temelin. Une décision qui serait motivée par la volonté du gouvernement…

COMMENTAIRES

  • Je comprend GE de vouloir se débarrasser de cette ganache nucléaire qui est appelé à disparaitre à très court terme des moyens de production d’électricité
    Il n’y aura que des niais pour l’acheter alors que cela ne vaut plus rien, mais coutera rapidement beaucoup en frais de licenciement et de fermeture d’usine

    Répondre
  • Se battre pour acheter la possibilité de fabriquer des ”Arabelle” fait preuve d’un optimisme au delà du raisonnable.

    Répondre
  • Sans nucléaire pas de production électrique suffisante ni aucune sécurité énergétique ! Les éoliennes sont elles par contre dangereuses pour la stabilité du reseau électrique à cause de leur production en dent de scie: un rapport d’EDF pointe d’ailleur un risque de black out accru à cause des énergie vertes !! Ce rachat est hautement stratégique et conditionne la continuité du savoir faire francais dans la filière nucléaire ! Réalisez qu’en France en 2020 contrairement au années 60 on ne sait meme plus bétoner une cuve pour centrale !!!

    Répondre
  • La “ganache nucléaire ” ne me semble pas prête à disparaître de sitôt , et retrouver la souveraineté sur nos centrales me paraît légitime, quand on pose tout sur la table, on ne voit pas ce qui pourrait pallier au nucléaire même dans trente ans.

    Répondre
  • M. Rochain a raison. Toutes ces centrales nucléaires qui ne servent à rien alors qu’avec les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, on aura tout le temps de l’électricité garantie. Qu’attend-on pour couvrir la France d’éoliennes (surtout chez les pauvres de Picardie car en face de la Baule ou de St Jean Cap Ferrat cela ferait désordre) et tous les toits de panneaux très efficaces la nuit avec quelques millions de batteries au lithium. Au fait combien touche un mineur bolivien ou chinois pour extraire le minerai dont les besoins seront exponentiels grâce aux idées géniales de M. Rochain ?

    Répondre
  • M. Rochain, le génie, a encore frappé.
    Oui, il faut a tout prix se débarrasser de l’activité turbine d’Alstom.
    Après tout, les turbines de barrages hydro_électrique fabriquées par Alstom ne servent à rien.
    Et surtout pas à pallier l’intermittence des éoliennes ni des panneaux solaire puisque ceux-ci produisent H24, 7 jours sur 7 tout en étant capable de faire de suivi de charge.
    Vendre Alstom aux ricains, l’une des plus grosse connerie faites par Hollande et son comparse Macron, mais bon on est plus à une près.
    A ceux la, ils ont cout cher à la France….avec toute la clique Ségolène, Jospinet j’en passe.
    Vive les gauchos !!!!

    Répondre
  • Mr Rochain, avec ses interventions maladroites, ne fait que déclencher les propos imbéciles de nostalgiques du nucléaire.

    Car enfin, si le nucléaire mondial n’a pas produit plus d’électricité en 2019 qu’en 2006, comme on a pu le lire ici ou ailleurs, c’est qu’il y a bien une raison. Et les énergies renouvelables, avec ou sans l’hydraulique, sont largement devant le nucléaire.

    Ce n’est pas parce qu’Astérix a su résister aux romains que les gaulois nucléaires vont dominer la situation.

    Répondre
  • Ne pas oublier les VERDURONS, HULOT et compagnie et la grotesque décision de fermer FESENHEIM, compensée par la reprise d‘activité des centrales à charbon ou l‘achat auprès de l‘ALLEMAGNE d‘un manque de production d‘une électricité très verte :le lignite ………

    Répondre
  • Le rythme des constructions nucléaires a bien baissé en Chine.
    Seulement deux réacteurs mis en chantier en 2016, aucun en 2017 et 2018, seulement deux en 2019 et un seul en 2020 à ce jour.

    Pour les mises en service, cinq en 2016, trois en 2017, sept en 2018 : tout cela pour le reliquat d’une période plus faste et avec des coûts et délais allongés, comme ailleurs dans le monde.
    En 2019, ce n’est plus que deux réacteurs mis en service et un seul pour l’instant en 2020, bien qu’un dernier devrait arriver prochainement.

    En ce qui concerne les prévisions faites pour 2020 et claironnées par certains, le résultat sera bien maigre. Au lieu des 58 GW annoncés, nous n’en sommes qu’à 46,5 GW à ce jour, peut-être 47,5 GW dans deux mois.

    La capacité nucléaire chinoise dépassera peut-être celle de la France en 2030, mais pour les Etats-Unis c’est un peu court. Pour cela, il faudrait non seulement terminer tous les réacteurs actuellement en construction, mais aussi mettre en chantier 40 GW entre 2021 et 2025 et les terminer en temps voulu.

    Pendant ce temps, l’éolien à dépassé le nucléaire en Chine dès 2012 et continue de creuser la distance.

    Enfin, on ne risque pas d’acheter du nucléaire chinois. Les britanniques commencent d’ailleurs à réévaluer les projets chinois chez eux.

    Répondre
  • @Power qui dit : “Sans nucléaire pas de production électrique suffisante ni aucune sécurité énergétique ! Les éoliennes sont elles par contre dangereuses pour la stabilité du reseau électrique à cause de leur production en dent de scie: un rapport d’EDF pointe d’ailleur un risque de black out accru à cause des énergie vertes !”

    C’est facile de dire n’importe quoi mais presque aussi facile de dire quelque chose de vrai qui dément vos allégations infondées comme toutes celles des nucléocrate. Un simple coup d’oeil sur les relevés de RTE vous apprendrait que depuis plusieurs jours consécutif les supposées dents de scie dont vous parlez sont d’une rare constance et fournissent l’équivalent de 25 réacteurs nucléaire en continue.
    Quant au risque de black out on l’a frisé le mois dernier avec un parc nucléaire installé de 61,5 GW qui c’est montré incapable de fournir plus de 28 GW durant plusieurs semaines. Heureusement que les ENR, notamment Allemands étaient là pour compenser
    Qu’EDF qui ne voit que par le nucléaire laisse entendre des énormités comme celle que vous signalez n’a rien de surprenant, la calomnie est ce qui reste à EDF pour défendre le bourbier dans lequel elle s’est mise toute seule avec le nucléaire. Elle est née avec le mensonge et depuis ne l’a jamais quitté. Le nucléaire est le seul outil de production d’énergie qui pille la planète avec la seule terre rare qui le soit vraiment : l’uranium.
    De plus nous sommes à 100% tributaire de l’étranger pour nos approvisionnement ce que nous n’avions jamais connu au paravent. Il faut le faire !!!!!

    Répondre
  • @Jeff taillardat
    Si vous ne voyez pas ce qui peur remplacer le nucléaire c’est que vous yeux ne vous servent pas à grand chose…. la lumière du Soleil vous gène sans doute et si vous ne voyez pas comment elle peut remplacer le nucléaire c’est simplement parce que vous manquez de culture technique et scientifique, mais ne vous inquiétez pas, des millions de gens vivent dans cet état de pauvreté intellectuelle. Quant à la souveraineté ce n’est certainement pas avec le nucléaire que vous allez l’obtenir sachant que l’on importe 100% du combustible nucléaire et que de plus cela risque de s’éteindre bien plus rapidement que ce que vous imaginez. En revanche, la souveraineté c’est les renouvelables… personne ne nous prendra notre Soleil, notre vent, nos marées, nos courants marin, notre houle et notre agriculture.
    Mais savez vous que si l’on couvrait ne serait-ce que le bâtie en France, nous produirions le double d’électricité que ce que produit la totalité du parc nucléaire….. vous voyez vous manquez sérieusement de connaissances bien que cela ne vous empêche pas d’être péremptoire dans vos allégations.

    Répondre
  • @bienpensant73
    qui dit : “Toutes ces centrales nucléaires qui ne servent à rien alors qu’avec les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, on aura tout le temps de l’électricité garantie. Qu’attend-on pour couvrir la France d’éoliennes (surtout chez les pauvres de Picardie car en face de la Baule ou de St Jean Cap Ferrat cela ferait désordre) et tous les toits de panneaux très efficaces la nuit avec quelques millions de batteries au lithium. ”

    Il pense tellement bien ce Monsieur qu’il ne s’est pas aperçu que c’est dans la journée que nous avions surtout besoin d’électricité car il ne regarde jamais les courbes de RTE pourtant bien intéressantes et qui évitent de dire des bêtises. Le propre du nucléaire est surtout de produire de l’électricité à contretemps, autant la nuit que le jour ou l’on est un peu rickrack, surtout depuis quelques semaines, Mais heureusement l’Allemagne nous approvisionne généreusement avec ses électrons à vent.
    Et combien gagne un ouvrier Nigérian ou kazak ? qui doit extraire 2 tonnes de minerai uranifère pour produire 500 grammes de Yellow-cake (que l’on expédira en France pour procéder à l’enrichissement) avec concassage sur place suivi par la séparation des composés à l’acide ?

    Répondre
  • Sam Sam n’a pas bien lu, il croit qu’il s’agit des turbine de barrage, et non ce ne sont pas les mêmes mais pour comprendre pourquoi il ne faut pas en être à les confondre.
    Celles de barrages, sont au contraire fort utile pour réaliser le suivi de charge avec celle des centrales à gaz en raison de l’incapacité des réacteur nucléaire à réagir suffisamment rapidement pour ceux qui en sont capables et quand ils sont dans une phase de la vie du combustible qui le permette, autrement dit le suivi de charge par le nucléaire est rarissime, on convoque la presse pour montrer que c’est possible sur le réacteur de démonstration quand l’occasion se présente

    Répondre
  • Mon cher Jules, interventions maladroites, mais éclairante, et ils en ont besoin, vous avez sans doute remarqué que je suis attaqué de partout car les petits soldats du nucléaires sont nombreux, 60 ans de domination ça suscite des prétentions, alors si je suis quelquefois “maladroit”, j’ai quelques raisons les gants c’est pour quand on a le temps… Sinon la réplique doit être vive et rapide sinon les forums deviennes des mondes de fakes news

    Répondre
  • Verduront ne consulte sans doute jamais les sites de statistiques, ceux de Michel Gay vont plus dans son sens…. dommage car il découvrirait que depuis 10 ans, soit depuis que l’Allemagne ferme ses centrales nucléaire elle produit de moins en moins de CO2

    Répondre
  • Dan complétement aveugle ne s’est pas aperçu que la Chine investit 14 fois plus dans les ENR que dans le nucléaire et qu’en conséquence, ils vont continuer à nous vendre des PPV et non des centrales nucléaires.

    Répondre
  • L’uranium n’est pas une terre rare. Celles-ci, qui ne sont guère rares malgré leur nom trompeur, sont les quinze lanthanides, du lanthane au lutécium, auxquels on ajoute le scandium et l’yttrium.
    Cela dit, comme l’âge de pierre n’a pas été remplacé par l’âge du bronze à cause d’un manque de pierres, l’âge de l’uranium et du nucléaire ne se terminera pas à cause d’un manque d’uranium ou de matière fissile, mais par le fort développement des énergies renouvelables et du stockage de l’électricité et de la chaleur.

    Maintenant, certains ont sérieusement besoin d’informations récentes.
    Ainsi, selon l’IEA (agence internationale de l’énergie), l’éolien et le solaire à eux seuls représenteront 10% de la production d’électricité mondiale en 2020 et 20% en 2030 selon le scénario STEPS (“business as usual”) ou 30% selon le scénario SDS (développement soutenable).

    Jusqu’à présent, l’IEA a toujours sous estimé l’éolien et le solaire. Par exemple, dans ses scénarios de 2014 (il y a cinq ans) pour l’année 2020, l’IEA donnait une production de 3.215 à 3.295 TWh pour le nucléaire, 1.245 à 1375 pour l’éolien et 440 à 490 pour le solaire.

    En réalité, pour l’année 2019, nous avons eu 2.795 pour le nucléaire, 1.430 pour l’éolien et 725 pour le solaire. En 2020, ce sera nettement plus qu’en 2019 pour l’éolien et le solaire, mais sans doute un peu moins pour le nucléaire.

    Avec la même croissance qu’au cours des cinq dernières années, le nucléaire ne produirait que 3.480 TWh en 2030, l’éolien 6.650 TWh et le solaire 12.900 TWh.
    Le nucléaire serait dépassé par l’éolien dès 2025 et par le solaire dès 2026.

    En 2030, éolien et solaire à eux seuls produiraient plus de la moitié de l’électricité mondiale.

    Répondre
  • Ils n’ont pas besoin de moi pour déclencher leurs propos imbéciles vous savez. Ils ont exactement les mêmes à la suite de votre message

    Répondre
  • Mais Dan,
    Quand on réduit même de moitié ses investissement dans un domaine quel qu’il soit mais c’est vrai aussi pour le PPV, si comme c’est le cas à soit tout seul on investissait déjà plus que tous les autres réunis depuis 10 ans comme c’est le cas pour la Chine on est encore au dessus de ce que font tous les autres réunis car le ralentissement des investissement a été mondial.
    Rien de changé, la Chine investit toujours plus que tous les autres pays réunis….. encore un nuance qui vous a échappée. C’est d’ailleurs systématiquement le cas quand on passe son temps à chercher des arguments de sa mauvaise fois à travers les titres accrocheurs mais sans lire l’article, trop pressé de vouloir distribuer des claques d’un ai hautain

    Répondre
  • Désolé Gibus, une simple petite erreur dans votre message.
    L’uranium est bien une terre rare de la famille des actinide. Et c’est même la seule terre rare qui le soit vraiment. Son abondance est des plus faibles de tout le tableau de Mendeleïev, et il y a une bonne raison à cela, c’est l’atome naturel le plus plus lourd qui nécessite les conditions les moins probables dans une supernovæ pour être fusionné à partir d’atomes plus léger. La difficile réunion des conditions nécessaires et les températures tout aussi nécessaires se chiffrant en milliards de degrés ces l’atome que la nature à eu le plus de mal à réaliser. Corps le plus extraordinaire hérité du disque proto planétaire à la suite de la création du Soleil nous le transformons bêtement en déchets millénaires, et en énergie qui finira in fine en rayonnement IR dans l’espace interplanétaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.