GE : le site de Belfort équipera la première centrale nucléaire égyptienne

General Electric : le site de Belfort équipera la première centrale nucléaire égyptienne

general-electric-belfort-equipements-egypte

Si General Electric ne devrait pas créer autant d’emplois en France qu’il s’était engagé à le faire lors du rachat des activités énergie d’Alstom, il ne devrait pas non plus licencier dans l’immédiat. Le groupe américain a annoncé mardi 9 octobre 2018 avoir remporté un contrat pour fournir des équipements à la centrale nucléaire d’El Dabaa en Egypte, équipements qui seront produits sur son site français de Belfort.

En « crise » depuis près de deux ans maintenant du fait des difficultés rencontrées par sa branche énergie, le groupe américain GE avait annoncé il y a peu son intention de supprimer plus de 12.000 emplois dans le monde et de renoncer de fait à la création des 1000 emplois dans l’Hexagone prévus dans l’accord de cession du pôle énergie d’Alstom conclu en 2015. Ces licenciements ne devraient toutefois pas concerner son site français de production situé à Belfort qui vient tout juste de remplir son carnet de commandes pour plusieurs mois.

Une énergie fiable et décarbonée

Selon un communiqué de GE Steam Power, la branche de l’américain dédiée à ses activités dans l’énergie, le groupe aurait en effet remporté mardi 9 octobre 2018 un contrat pour la fabrication des quatre turbines de type Arabelle (technologie développée par Alstom avant le rachat de sa branche énergie par GE) qui équiperont la future centrale nucléaire d’El Dabaa en Egypte. « L’annonce du projet El Dabaa est une excellente opportunité pour les équipes de GE Steam Power basées en France. L’ingénierie du projet sera effectuée par les équipes des sites GE de Belfort et de Boulogne-Billancourt. Les quatre turbines Arabelle ainsi que les quatre alternateurs seront fabriqués sur le site de Belfort », a précisé GE. Ce contrat, dont le montant n’a pas été précisé, a été remporté par une co-entreprise entre GE et le russe Atomenergomash et concerne également la conception de base des îlots conventionnels et l’expertise technique pour l’installation et la mise en service sur site.

Pour rappel, la construction de la centrale d’El Dabaa, première centrale nucléaire d’Egypte, s’inscrit dans une volonté de diversification énergétique du gouvernement égyptien confronté à une forte croissance de la demande en électricité (on estime qu’une nouvelle capacité supplémentaire de 1,5 GW serait nécessaire chaque année pour garantir l’approvisionnement national). La centrale nucléaire d’El Dabaa doit contribuer à la réalisation de ce plan de diversification en stabilisant le réseau via la production d’une énergie fiable, exempte de CO2 et bon marché. Une fois mise en service, El Dabaa produira 4,8 GW et permettra d’alimenter l’équivalent de 4 millions de foyers égyptiens. « Aujourd’hui, Arabelle contribue à fournir plus de 20 GW d’énergie dans le monde entier et nous allons tirer parti de cette expérience et de ce savoir-faire pour fournir au réseau égyptien une énergie fiable et sans CO2 », s’est félicité Andreas Lusch, PDG de GE Steam Power.

Crédits photo : GE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 30 Jan 2016
Le 28 janvier dernier, dans une interview accordée au journal Le Monde, Philippe Varin, le président du conseil d’administration d’Areva, a précisé quelle place prendrait désormais son entreprise dans la filière nucléaire française, après la vente de son activité réacteurs à EDF.…
mar 21 Oct 2014
Alors que l'Assemblée nationale votait la loi de transition énergétique et la réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique de 75 à 50 %, les acteurs de la filière nucléaire française, regroupés au Bourget pour le premier…
ven 2 Fév 2018
Très ambitieux sur le marché du nucléaire mondial, le gouvernent chinois a donné son feu vert, mercredi 31 janvier 2018, au rapprochement de deux compagnies publiques majeures. Le groupe CNNC (China National Nuclear Corp.), partenaire d'Areva et de Framatome, et…
ven 26 Juin 2015
La France et l’Arabie saoudite vont étudier la faisabilité de la construction de deux réacteurs de type EPR dans le royaume wahhabite. C'est du moins ce qu'il est ressorti ce mercredi 24 juin d'un entretien entre Laurent Fabius, ministre des…

COMMENTAIRES

  • L’article confond puissance et énergie. Une centrale d’une puissance donnée (exprimée en GW) peut fournir de l’énergie (exprimée en GWh). De fait aucune de ces données n’est précisée. On peut penser qu’il y aura 4 tranches (une tranche est composée d’un réacteur, d’une turbine et d’un alternateur) et que l’article mentionne 4 turbines et 4 alternateurs. Il existe sans doute d’autres articles de presse plus détaillés mais celui-ci est vraiment vague; c’est regrettable .

    Répondre
  • @ malpensant73

    Sur ces points, l’article ne me semble pas dire de bêtises :

    4 tranches d’un total de 4,8GW (soit les 4 tranches VVER1200 russes annoncées ailleurs dans les médias), qui produiront de l’ordre de 35 TWh/an (avec un taux de charge d’environ 80-90%).

    En revanche, l’article annonce que ça alimentera de l’ordre de 4 millions de foyers égyptiens, soit de l’ordre de 9MWh/an et par foyer. Ça semble beaucoup pour des habitants d’un pays en voie de développement…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.