General Electric en difficulté, Alstom se désengage...

General Electric en difficulté, Alstom se désengage…

General-Electric-alstom-parc_eolien_Fecamp

Alors que le groupe américain s’apprête à licencier plusieurs milliers d’employés au niveau international dans le cadre d’un plan visant à réduire ses coûts structurels d’un milliard de dollars, les créations d’emplois promises lors du rachat de la branche énergie d’Alstom en 2015 semblent s’éloigner encore un peu plus. General Electric, en grande difficulté dans l’énergie, reste sur un solde négatif de près de 600 emplois en France et pourrait bientôt, pour ne rien arranger, devoir débourser plusieurs milliards d’euros pour racheter les parts d’Alstom dans leurs trois co-entreprises énergétiques.

Si la France devrait être plus ou moins préservée, le géant américain de l’industrie General Electric (GE) connaît actuellement d’importantes difficultés dans sa branche énergie, et devrait réduire ses effectifs de près de 12.000 emplois à l’international. Une situation d’autant plus dommageable que l’américain s’était engagé, lors du rachat du pôle énergie d’Alstom en 2015, à créer 1.000 emplois nets en France d’ici fin 2018, sous peine d’une pénalité de 50.000 euros par emploi non créé.

Le groupe Alstom de désengage du secteur énergétique et quitte GE

« Je ne peux pas considérer que l’accord a été respecté, puisqu’il y a déjà des pertes d’emploi qui ont été observées », a jugé mercredi 13 décembre 2017, l’ancien ministre de l’Economie Arnaud Montebourg, lors d’une audition à l’Assemblée nationale par la commission d’enquête sur la politique industrielle. En France, le groupe GE a pour l’instant un solde négatif de 590 emplois et le projet de création de 550 emplois à Cherbourg dans sa futur usine d’éoliennes ne sera pas suffisant compte tenu du plan social qui menace en parallèle 345 des 800 emplois de la branche Hydro de l’usine GE Hydro-Alstom sur le site de Grenoble.

De son côté le groupe Alstom, dont le portefeuille comprend, outre ses activités dans le transport, trois co-entreprises en partenariat avec GE, a annoncé jeudi 14 décembre son intention de se retirer totalement des activités énergétiques. General Electric « en aura la propriété pleine et entière avec une nuance sur la partie nucléaire » qui doit faire l’objet de discussions (pour des raisons de sécurité nationale), a précisé M. Poupart-Lafarge, devant la même commission. La co-entreprise Alstom General Electric Renewable par exemple, qui comprend les turbines pour les barrages et l’énergie éolienne, et dans laquelle figure l’entreprise GE Hydro, pourrait donc passer sous le seul giron américain.

Lors de l’accord conclu en octobre 2017 entre Alstom et Siemens, le groupe français avait déjà laissé entendre qu’il vendrait probablement toutes les parts qu’il détenait encore dans ces trois coentreprises (énergies renouvelables, nucléaire et réseaux) créées avec General Electric au moment de leur mariage en 2014. Ces participations avaient alors été chiffrées à un total d’environ 2,5 milliards de dollars.

Crédits photo : GE Renewable Energy

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 20 Nov 2019
Le COJO de Paris 2024 vient de révéler, ce mercredi 19 novembre 2019, qu'EDF serait son second partenaire premium, après le groupe bancaire Banque Populaire-Caisse d'Epargne. Quelques mois après avoir recalé Total, cet adoubement olympique sonne comme une reconnaissance des…
mar 27 Juin 2017
Saisie par des associations anti-éoliennes, la Cour administrative d'appel de Nantes a rejeté, mercredi 21 juin 2017, l'ensemble des recours visant à faire annuler l'autorisation d'exploiter un parc de 83 éoliennes en mer au large de Fécamp et d'Etretat (Seine-Maritime),…
mer 23 Jan 2013
L'électricité ne pouvant pas être stockée, le niveau de production doit en permanence être suffisant pour répondre à la demande. L’hiver, quand la consommation atteint ses pics annuels, différents leviers sont actionnés pour permettre d'assurer l'équilibre électrique. [stextbox id="info"]Qui assure…
mar 24 Nov 2020
La ville de Paris a annoncé, le 17 novembre dernier, qu'elle a choisi Total pour piloter Bélib, le réseau parisien des bornes de recharge. Total devra gérer les bornes existantes et déployer plus d’un millier de nouvelles bornes pour alimenter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.