Alstom veut créer une filiale dédiée aux bus électriques

Alstom veut créer une filiale dédiée aux bus électriques

Alstom_bus_electrique

Largement favorisés par la loi de transition énergétique, les bus électriques commencent tout doucement à faire leur apparition dans les agglomérations françaises et offrent de nouvelles opportunités de développement prometteuses auprès des collectivités publiques. Un marché sur lequel le groupe Alstom entend désormais s’engager pleinement via la création prochaine d’une nouvelle filiale exclusivement dédiée à cette activité.

Désireux de promouvoir son prototype de bus électrique Aptis, actuellement en phase test, et d’attirer les investisseurs sur ce segment, le groupe Alstom a annoncé lundi 4 décembre, son intention de créer une filiale distincte pour son activité bus électrique. Cette activité était jusqu’à présent développée par la filiale NTL (New Translohr), spécialisée dans les tramways sur pneu, et détenue à 51% par Alstom et à 49% par Bpi France. Basée à Duppigheim en Alsace, elle emploie actuellement environ 200 personnes, et pourrait donc être scindée en deux sociétés, l’une filiale à 100% d’Alstom pour l’activité bus électrique, et l’autre conservant les activités de tram sur pneu avec le co-actionnaire Bpi France.

Un marché à fort potentiel

L’objectif de cette opération est « d’attirer les investisseurs » sur l’activité bus où « les perspectives commerciales sont plus séduisantes », expliquait le 28 novembre 2017 à l’AFP le responsable syndical Claude Mandart (CFE-CGC). En France, les promesses du marché du bus électrique commencent en effet à se révéler et de plus en plus de collectivités s’intéressent à ce nouveau moyen de transport propre. « On sent que ça commence vraiment à frémir (…) on a de plus en plus d’agglomérations qui s’intéressent à l’électrique », souligne Serge Amabile, directeur commercial de BlueSolutions. La filiale de Bolloré a déjà produit quelque 200 bus électriques, de six ou 12 mètres, dont 48 exemplaires ont été commandés par la RATP, qui en a équipé une ligne entière.

De son côté, Alstom teste depuis plusieurs mois maintenant son prototype de bus électrique en région parisienne auprès du STIF (Syndicat des transports d’Ile-de-France) et de la RATP, et envisage sa commercialisation dès 2019. « Nous avons l’objectif de répondre aux appels d’offres à partir de fin 2017 pour effectuer les premières livraisons en 2019 », expliquait le PDG d’Alstom Henri Poupart-Lafarge, lors de la présentation officielle de ce modèle en mars dernier.

Crédits photo : Alstom

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 24 Mar 2016
Particulièrement adaptées aux conditions difficiles des milieux tropicaux, les centrales électriques hybrides s'imposent dans certains cas comme les seules alternatives possibles aux installations électriques 100 % thermique. C'est notamment le cas dans les îles Maldives qui devraient inaugurer prochainement la…
mar 25 Juil 2017
Alors que fournisseurs d’énergies et autres industriels se démènent pour améliorer l’efficacité énergétique des logements via le progrès technologiques et la numérisation progressive des réseaux, la réduction de l’empreinte carbone individuelle dépend surtout de la bonne volonté de chaque consommateur.…
mer 23 Nov 2016
Les sous-sols en tuffeau de la région de Saumur dans le Maine-et-Loire accueillent depuis le mois de juin dernier pour expérimentation plusieurs serveurs informatiques dans le cadre du projet Deep Data. L'objectif est de profiter de la fraîcheur ambiante des…
mar 29 Oct 2013
EDF a lancé lundi le projet de réseau intelligent «  Smart Electric Lyon ». Pendant quatre ans, ce programme va permettre d’expérimenter de nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le but de mesurer leur impact en termes d’économies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.