L’Américain General Electric investit dans de nouveaux moyens de production à Belfort - L'EnerGeek

L’Américain General Electric investit dans de nouveaux moyens de production à Belfort

General_electric_turbine_gaz_usine_Belfort

Comme prévu dans l’accord de cession du pôle énergie d’Alstom conclu en 2015, le groupe General Electric (GE) devrait bien investir dans de nouveaux moyens de production en Franche-Comté et créer plusieurs centaines d’emplois supplémentaires. Le conglomérat industriel américain a en effet officialisé, vendredi 16  juin 2017, le financement d’une nouvelle usine dans la région pour un investissement global de 125 millions d’euros.

Déjà présent à Belfort dans la production de turbines à gaz nouvelle génération, le groupe américain devrait prochainement renforcer ses positions dans la région avec pour ambition de créer pour la fin 2018 “le premier centre d’excellence de GE en France dans le domaine de la fabrication additive”. Comme l’explique lui-même le PDG de GE Jeff Immelt dans un communiqué publié la semaine dernière, à la suite d’un entretien avec le Président Emmanuel Macron, “la demande mondiale pour des énergies fiables, abordables et durables continue de croître et la France dispose des talents, des infrastructures et d’une volonté politique forte pour accompagner le développement du secteur”.

Lire aussi : La croissance de General Electric boostée par sa branche énergie

Dans les faits, General Electric devrait mettre à disposition une enveloppe de 125 millions d’euros destinée à l’installation d’imprimantes 3D (jusqu’à 90 unités) sur un site de GE Power, dédiées elles-mêmes “dans un premier temps” à la production des composants de turbines à gaz. Rappelons que le groupe américain produit sur son site de Belfort la nouvelle turbine à gaz haute technologie 9HA, considérée à ce jour comme le modèle le plus puissant au monde, et mise en service pour la première fois au sein de la centrale à gaz EDF de Bouchain dans le nord.

Lire aussi : 9HA de General Electric : la plus puissante turbine à gaz au monde

Si le nombre d’emplois supplémentaires créés à Belfort, où GE emploie déjà plus de 4.000 personnes sur un effectif français total de 16.000, n’a pas été précisé, le groupe a déjà fait part de son intention d’embaucher 150 personnes, réparties sur Saint-Priest (Rhône) et Massy (Essonne), dans le cadre de son engagement de créer 1.000 emplois nets en France d’ici à la fin 2018. Cette promesse, prise à la suite du rachat du pôle énergie d’Alstom en 2015, serait déjà réalisée à moitié, selon GE.

Crédits photo : General Electric

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Oct 2014
L'abandon progressif du nucléaire en Allemagne est loin d'être sans conséquence, et si le recours croissant au charbon dans la production électrique a déjà entraîné une hausse des émissions de CO2 (un comble pour un "tournant énergétique"), il pourrait également avoir un…
mar 6 Juin 2017
Plusieurs conférences internationales ont été organisées autour de la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et du développement des technologies environnementales. Afin de montrer l’exemple, elles se sont progressivement engagées à réduire au maximum…
mer 26 Déc 2018
Déjà peu utilisé en France, le charbon pourrait complètement disparaître à l’horizon 2022. La Programmation pluriannuelle de l’énergie a été rédigée en ce sens. Pourtant, le 24 décembre 2018, nous apprenions que les centrales à charbon françaises aiguisent l’appétit du…
Pour sa première grande visite diplomatique hors du Vieux Continent, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve est en Chine à compter d'aujourd'hui afin de renforcer les relations diplomatiques et commerciales avec Pékin dans un contexte international quelque peu bouleversé depuis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.