Russie : la première centrale nucléaire flottante du monde entre en service - L'EnerGeek

Russie : la première centrale nucléaire flottante du monde entre en service

russie premiere centrale nucleaire flottante service - L'Energeek

En Russie, l’énergéticien d’Etat Rosatom vient d’annoncer qu’Akademik Lomonosov, la première centrale nucléaire flottante du monde, était entrée en service. D’une longueur de 144 mètres, s’appuyant sur la technologie des SMR, elle a été remorquée jusqu’à Pevek, à proximité du détroit de Bering, dans l’Extrême-Orient russe. Elle alimente désormais en électricité la région autonome de Tchoukotka.

L’Akademik Lomonosov, première centrale nucléaire flottante du monde, alimente l’Extrême-Orient russe en électricité

Rosatom, la société d’Etat russe en charge du nucléaire, a annoncé, ce vendredi 22 mai, que la centrale nucléaire flottante Akademik Lomonosov, située dans la ville de Pevek, était désormais en service et pleinement opérationnelle.

D’abord connectée, depuis décembre 2019, au réseau isolé « Chaun-Bilibino », dont elle couvrait 20% de la demande, elle va devenir la principale source d’énergie du district autonome de Tchoukotka, dans l’Extrême-Orient russe. Elle va permettre la fermeture de la petite centrale nucléaire terrestre de Bilibino, en service depuis 45 ans et désormais obsolète, et de la centrale à charbon de Tchaoun.

« Aujourd’hui, nous pouvons considérer que le projet de construction de la centrale nucléaire flottante a été mené à bien. Nous avons terminé notre tâche principale planifiée pour cette année, à savoir la mise en service complète de l’Akademik Lomonosov à Pevek. Elle devient officiellement la 11ème centrale nucléaire russe et la plus septentrionale au monde », précise Andrei Petrov, directeur de Rosenergoatom, filiale « énergétique » de Rosatom en charge de ce projet.

Cette centrale d’un genre nouveau a été construite dans les chantiers navals de Saint-Petersbourg. Elle mesure 144 mètres de long pour 30 de large, et pèse 21 500 tonnes. L’Akademik Lomonosov s’appuie sur la technologie des petits réacteurs modulaires (small modular reactors, SMR). Elle utilise en effet deux réacteurs à eau pressurisée KLT-40S, de 35 MW chacun. La puissance totale de la centrale est ainsi de 70 MW – à comparer avec les 1 000 MW des réacteurs de la quasi-totalité des centrales terrestres russes. Sa durée de vie est estimée à 40 ans.

Une centrale plus sûre que les centrales terrestres, loin du « Tchernobyl flottant » dénoncé par les ONG environnementales ?

L’Akademik Lomonosov avait été remorquée au printemps 2018 jusqu’à la mer de Barents, à Mourmansk, pour charger ses réacteurs de combustible nucléaire. Elle avait ensuite longé le littoral arctique pour rejoindre son port d’attache, à Pevek, à proximité du Détroit de Bering.

Cette annonce a provoqué une vive réaction des ONG environnementales et des élus écologistes. L’eurodéputée EELV Michèle Rivasi utilise notamment l’expression « Tchernobyl flottant ». Des mots choisis régulièrement pour évoquer l’Akademik Lomonosov. A tort, selon Dale Klein, ancien président de la Commission de réglementation nucléaire sous George W. Bush : « C’est juste pour inciter les gens à penser à un accident quelconque. Cela n’a donc aucun fondement scientifique, et lorsque vous utilisez ce genre de déclarations c’est uniquement pour effrayer les gens ».

D’après Piotr Pouchkariov, analyste en chef chez TeleTrade, cette technologie est même plus sûre que celle des centrales terrestres : la centrale « fonctionnera avec moins de risques que n’importe quelle centrale sur terre. Les vagues, les courants et même un tsunami océanique ne créeront aucun problème dans le bloc ». L’Akademik Lomonosov résisterait ainsi sans problème à un séisme terrestre : « Ce n’est pas un hasard si notre flotte de brise-glaces nucléaires opère de manière fiable et constante dans l’Arctique depuis l’époque soviétique. Et l’Akademik Lomonossov est, en fait, une barge insubmersible avec le même ” cœur ” atomique que les brise-glaces nucléaires russes », conclue Piotr Pouchkariov.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 4 Fév 2015
L'accident nucléaire de Fukushima, qui s'est déroulé en mars 2011 au Japon, a quelque peu ralenti le développement du nucléaire civil au plan mondial. Mais l'idée que cette énergie décarbonée a un rôle majeur à jouer dans la réduction des…
mer 25 Mai 2016
Le 24 mai, le directeur général d’EDF Energy, Vincent de Rivaz, était interrogé par les membres de la Commission parlementaire sur l'Énergie et le Changement climatique du Royaume-Uni. Au cours de ces échanges, il a notamment apporté des précisions sur…
mar 24 Juin 2014
Le Premier ministre Manuel Valls s'est rendu ce vendredi 20 juin sur le site industriel d'Areva du Creusot. Cette visite organisée seulement deux jours après la présentation du projet de loi de transition énergétique par Ségolène Royale, aura permis au…
Si l'actuel gouvernement polonais n'hésite pas à consacrer le charbon comme une richesse nationale, première source d'énergie du pays, ses effets indésirables sur l'environnement et la population sont aujourd'hui de plus en plus visibles. Devenu monnaie courante pour l'ensemble des…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.