EDF et RTE en ordre de bataille pour garantir l'approvisionnement électrique

EDF et RTE en ordre de bataille pour garantir l’approvisionnement électrique

approvisionnement electrique coronavirus - L'Energeek

A l’heure où la France vient de basculer au stade 3 de l’épidémie de coronavirus Covid-19, EDF et RTE vont adapter leurs conditions de travail pour assurer une continuité dans l’approvisionnement électrique, même avec des effectifs réduits. Le gouvernement est prêt à mettre en place des mesures réglementaires ad hoc. Ce lundi 16 mars 2020, RTE a enclenché son plan de continuité d’activité.

RTE et EDF se mobilisent pour assurer une continuité dans l’approvisionnement d’électricité

Ce samedi 14 mars 2020, la France est entrée dans le stade 3 de la pandémie de Covid-19, imposant une fermeture de tous les lieux publics non essentiels et une limitation accrue des déplacements de population.

La veille, le 13 mars 2020, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, avait convié tous les énergéticiens de France à une réunion de crise, pour évoquer les conditions de maintient de l’approvisionnement énergétique malgré la crise sanitaire en cours : « tout le monde comprend qu’on a besoin de continuer à avoir de l’électricité, du gaz… », a insisté la ministre.

Sur le front de l’électricité, EDF et RTE ont annoncé leurs premières mesures. Ce lundi 16 mars 2020, le plan de continuité d’activité du responsable du réseau de transport a été notamment activé. Le télétravail est donc généralisé pour toutes « les missions pouvant être réalisées à distance ». RTE va également reporter toutes les interventions qui ne s’avèrent pas indispensable au fonctionnement du réseau, tout en imposant le port du masque au travail.

« Notre plan pandémie nous permet de faire fonctionner l’ensemble du parc avec 25 % de taux d’absentéisme »

Du coté d’EDF, le plan pandémie n’a pas encore été officiellement activé. Mais l’énergéticien a déjà pris des mesures pour faire fonctionner ses équipements malgré l’épidémie : « les centrales ont pris des dispositions pour maximiser les stocks de produits nécessaires à l’exploitation : gaz industriels, fuel pour les diesels de secours, produits chimiques, ect. », explique Marc Kuntz, coordinateur syndical pour le parc nucléaire d’EDF à la CGC.

Les équipes d’EDF sont de toutes façons prêtes à faire face à des situations de crise imposant une réduction des effectifs : « Nous sommes entraînés à fonctionner avec des effectifs réduits. Le soir et les week-ends, nos centrales sont déjà pilotées par des équipes restreintes. Notre plan pandémie nous permet de faire fonctionner l’ensemble du parc avec 25 % de taux d’absentéisme pendant 3 mois et 40 % en cas de pic de l’épidémie », assure EDF.

En cas d’urgence, l’énergéticien dispose également de sa force d’action rapide nucléaire : censée agir en cas d’accident, elle est formée pour « piloter n’importe quel réacteur », selon EDF. Le gouvernement est par ailleurs près à mettre en place des mesures réglementaires exceptionnelles si besoin, « pour travailler en deux fois douze heures plutôt qu’en trois fois huit heures et garder des équipes en réserve », précise Elisabeth Borne.

L’occasion pour l’analyste Gérard Grunblatt de pointer l’importance stratégique d’une entreprise comme EDF, qu’une période de crise rend évidente – d’où la nécessité, pour lui, de défendre l’intégrité de l’énergéticien face aux volonté de démantèlement.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Deux semaines après avoir publié le bilan du débat public sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, la Commission particulière du débat public (CPDP) et son président Jacques Archimbaud présentait officiellement mercredi 12 septembre 2018 les enseignements clés…
mar 1 Jan 2019
2018 s’est achevée sur un bilan contrasté pour la transition énergétique française. Si les énergies renouvelables sont appelées à occuper une place plus importante au cours des prochaines années, le dernier trimestre 2018 a vu naître une forte remise en…
mar 4 Juil 2017
Si la transition énergétique concerne les pays et les grandes entreprises, elle est aussi l’affaire des particuliers. Pourtant, malgré les campagnes de sensibilisation lancées ces dernières années pour investir dans la rénovation énergétique des habitats, les particuliers ont encore beaucoup…
ven 30 Nov 2018
La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a confirmé, jeudi 29 novembre 2018, la réforme de l'Accès régulé à l'énergie nucléaire historique (ARENH). D'après ses chiffres, les concurrents d’EDF n’ont jamais autant commandé d’électricité issue du nucléaire. Parallèlement, une augmentation…

COMMENTAIRES

  • C’est évident qu’avec une multitude de producteurs d’ENR intermittentes locales, en situation de crise comme aujourd’hui la sécurité du réseau ne serait pas assurée. Cet épisode devra ramener le gouvernement à revoir la PPE et le projet Hercule. Bref revenir â 20 ans en arrière en ce rappelant l’efficacité d’EDF lors de la tempête de 1999.

    Répondre
  • On a besoin que le fournisseur nous abonde en électricité quand on en a besoin, pas comme avec les centrales nucléaires qui débitent toujours la même chose, nuit et jour en semaine et les WE et qui nous a obligé à modifier notre façon de vivre pour nous mettre au diapason du ronron des réacteurs nucléaires. Je ne prend jamais de douche à 3 heure du matin.
    Seuls les renouvelables ont la souplesse qui permet de s’adapter au réel besoin et au variation=s de productions sans surprises que la nature impose aux outils de production notamment solaires et éoliens accompagnés par le biogaz zéro CO2 capable de réagir en quelques minutes aux variations des productions variables.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.