Nucléaire : l'Assemblée Nationale créé une mission d'information sur la fermeture de Fessenheim

Nucléaire : l’Assemblée Nationale créé une mission d’information sur la fermeture de Fessenheim

Ce mercredi 29 janvier 2020, l’Assemblée Nationale a mis en place une mission d’information sur le suivi de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, qui démarrera dans quelques jours. La mission sera présidée par le député du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger, à l’initiative du projet.

Centrale nucléaire de Fessenheim : arrêt des deux réacteurs en 2020, coup d’envoi de 20 ans de travaux de démantèlement

Début janvier 2020, le premier ministre Edouard Philippe a validé de calendrier de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), décidée en 2016 par le président de la République de l’époque, François Hollande.

Fessenheim est la plus ancienne centrale nucléaire en service en France. Les travaux de fermeture vont démarrer début février ; le 22 février le premier réacteur à eau pressurisée de 900 MW sera arrêté ; le second réacteur sera coupé le 30 juin 2020.

Le démantèlement durera en tout une vingtaine d’années. Le combustible sera transféré à La Hague, pour être retraité, d’ici 2023, marquant le coup d’envoi des travaux de déconstruction et d’assainissement du site. Son déclassement officiel devrait intervenir vers 2040. Le gouvernement a récemment confirmé, dans la nouvelle PPE, la fermeture de 12 autres réacteurs nucléaires, en plus des deux de Fessenheim, à horizon 2035.

Le principe d’une mission d’information ad hoc validé par l’Assemblée Nationale

Ce mercredi 29 janvier, à l’Assemblée Nationale, le député LR du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger a officiellement demandé la création d’une missions d’information relative au suivi de la fermeture de la centrale nucléaire. Sa demande a été acceptée par le président de l’Assemblée, Richard Ferrand, et la Présidente de la Commission du Développement Durable, Barbara Pompili.

Cette mission sera composée de 20 députés, présidée par Raphaël Schellenberger lui-même. Elle commencera ses travaux début février, et abordera la question du démantèlement, de la reconversion du site, de l’aménagement du territoire ou de l’indemnisation des opérateurs.

« L’arrêt des deux réacteurs de la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim au cour de l’année 2020 est lourd de conséquences sociales, économiques et environnementales pour le territoire. Elle constitue aussi une première inédite dans l’histoire industrielle de notre pays. L’exécution de la procédure d’arrêt des réacteurs, tout comme l’accompagnement du territoire concerné et l’engagement de l’Etat dans le projet de reconversion économique, doivent constituer des exemples pour l’avenir », a défendu Raphaël Schellenberger dans un communiqué de presse.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 16 Déc 2022
Lundi 12 décembre, plusieurs experts de l’électricité avaient prédit une alerte Ecowatt orange, voire, un risque de délestage. Pourtant, l’indicateur de RTE est resté au vert, et il n’y a pas eu de coupures de courant en France. Mais ce…
Le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), publié le 24 janvier 2024, projette un record de production mondiale pour l'électricité nucléaire d'ici à 2025. Même tendance pour la production des énergies renouvelables, qui est en passe de dépasser…
mar 13 Déc 2022
Ce n’est pas l’objectif qui avait été fixé à date, mais tout de même : la France, confrontée à des températures glaciales, peut tout de même compter sur 42 de 56 réacteurs nucléaires pour alimenter en électricité les Français. Pour…
mar 11 Oct 2022
C’est un revirement inattendu pour la célèbre activiste écologique désormais âgée de 19 ans. Dans une interview, Greta Thunberg s’est déclarée favorable au nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique.   Interrogée par la télévision allemande sur le choix de…

COMMENTAIRES

  • Cette Commission pourra vérifier que les promesses du gouvernement d’accompagner économiquement la région après l’arrêt du site nucléaire n’auront pas été tenues, ainsi que le maire de Fessenheim commence à le réaliser.
    Pire, en cas de manque d’électricité lors d’un prochain pic de froid, le blackout et les conséquences humanitaires qui s’en suivront seront à mettre au compte de ceux qui auront pris la décision (Hollande, Royal) et de ceux qui l’auront mise en œuvre (Macron). Il serait indécent, en cas de panne électrique, qu’ils se mettent à accuser EDF !!! Mais parions quand même que ce sera le cas !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.