L'éolien en mer, un avenir enfin radieux en France ?

L’éolien en mer, un avenir enfin radieux en France ?

france eolien en mer avenir radieux - L'Energeek

Quel poids la France va-t-elle accorder, dans sa politique énergétique, aux énergies marines renouvelables, en particulier à l’éolien en mer, au potentiel considérable mais encore peu exploité ? Alors que s’ouvre, ce 3 décembre 2019 et pour deux jours, les Assises de l’économie de la Mer, où sera questionnée notamment l’acceptabilité de ces énergies marines, les signaux semblent enfin tous au vert.

Eolien en mer en France : la question-clé de l’acceptabilité

Les Assises de l’économie de la Mer, qui se tiennent, ces 3 et 4 décembre 2019 à Montpellier, sont le rendez-vous annuel des professionnels de la communauté maritime française. Signe des temps : les énergies marines renouvelables (EMR) occupent une place croissante dans cet événement historiquement plutôt orienté sur la pêche et le tourisme.

Cette année, une conférence sera notamment consacrée à l’acceptabilité de ces EMR, ce 3 décembre à 16h20, en présence, entre autre, de François Brottes, président du directoire de RTE, Béatrice Buffon, d’EDF Renouvelables ou Laurent Schneider-Maunoury, président de Naval Energies. L’éolien en mer sera au coeur de la discussion.

Les recours juridiques de riverains sont en effet l’une des causes principales du retard pris par le déploiement de cette énergie en France, avec des lourdeurs administratives (que le gouvernement s’emploie à réduire). Car si les premiers appels d’offre d’éolien en mer remontent à 2011 et ont débouché sur la validation de six projets de parcs (Saint-Nazaire, entre l’île d’Yeu et Noirmoutier, Saint-Brieuc, Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Dieppe-Le Tréport), aucune éolienne n’est encore fonctionnelle au large des côtes françaises.

Le gouvernement est en train de simplifier les procédures de recours contre les parcs renouvelables, pour diminuer les retards sur les projets. Dans le même temps, les autorités sont convaincues qu’un effort de pédagogie et une implication forte des populations locales, dès les études techniques, sont indispensables au plein essor de l’éolien en mer.

Quand la filière française de l’éolien en mer décolle enfin

Rappelons que, dans le courant de l’été 2019, le gouvernement a accepté, sous la pression des professionnels de la filière, de relever les objectifs de la prochaine PPE pour l’éolien en mer. De 700 MW annuel, les objectifs ont été portés à 1 GW. Et tout porte à croire que la filière va enfin décoller.

Entre juin et octobre 2019, le Conseil d’Etat a rejeté les derniers recours et validé définitivement les six parcs du premier appel d’offre, dont les travaux devraient démarrer sous peu. Symboliquement, le chantier de la base de maintenance, coup d’envoi de celui de Courseulles-sur-Mer, s’est ouvert début novembre 2019. Parallèlement, en juin 2019, le gouvernement a annoncé le résultat de l’appel d’offre du septième parc français, au large de Dunkerque, confié à EDF Renouvelables.

Le lundi 18 novembre, le gouvernement a lancé la concertation publique du futur huitième parc, un projet d’1 GW au large de la Normandie :Les conditions de vents et les fonds marins, au large, sont très favorables à l’éolien en mer posé, ce qui permet d’installer des éoliennes qui produisent davantage d’énergie dans des conditions économiques compétitives. Autre aspect : le département dispose d’une filière industrielle en plein essor qui bénéficiera de retombées locales en termes d’emploi, formation et fiscalité. Enfin, les infrastructures existantes à terre faciliteront le raccordement au réseau de transport de l’électricité, a détaillé le gouvernement dans un communiqué.

L’ensemble de ces parcs reposent sur la technologie de l’éolien posé en mer. L’éolien flottant est une autre technologie permettant d’installer des éoliennes dans des fonds marins profonds, au potentiel considérable. Les quatre premières fermes de démonstration d’éolien flottant de France seront installées entre fin 2020 et 2021. D’une puissance totale de 24 MW, elles permettront de tester la viabilité de cette technologie en France.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 19 Jan 2016
Malgré les craintes liées à la chute des prix des combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon), les énergies renouvelables ont conservé leur dynamique en 2015 et enregistré une hausse des investissements dans le monde. Plus de 320 milliards de dollars ont…
mer 17 Mai 2017
Considéré comme un des gros fabricants de panneaux solaires à l'échelle mondiale, le groupe Solarworld a annoncé mercredi 10 mai 2017 son intention de déposer le bilan, compte tenu de l'ampleur de son endettement et des grandes difficultés rencontrées par…
mer 21 Mai 2014
La société Verteole, spécialisée dans l'énergie renouvelable, et Cofiroute, une filiale du groupe Vinci, testent depuis maintenant 3 semaines un nouveau dispositif énergétique baptisée "remorque éolienne". Installée sur l'A71 entre les communes de Theillay et Vierzon, cette installation prototype vise…
lun 17 Juil 2017
Élevée au rang de modèle de développement durable pour toutes les zones non-interconnectées lors de la COP22 de Marrakech en novembre 2016, la petite île de Guadeloupe se rêve aujourd’hui en véritable pionnière de la transition énergétique. Le programme "Marie-Galante,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.