Eolien en mer : les députés favorables à la simplification administrative

Eolien en mer : les députés favorables à la simplification administrative

eolien-mer-offshore-procedures-administratives

Malgré un soutien sans faille du gouvernement qui a multiplié ces dernières années les appels d’offres en la matière, la filière éolienne en mer française ne progresse pas ou peu, toujours bloquée par des procédures administratives trop contraignantes et des recours en justice à répétition. Un sujet préoccupant pour le ministère de la Transition écologique qui entend rattraper le retard de la France dans ce domaine et souhaite avoir les mains libres pour agir. Appelés à s’exprimer sur ce dossier jeudi 25 janvier 2018, les députés se sont déclarés favorables à la simplification des procédures d’implantation des éoliennes offshore, et ont autorisé dans ce but la prise d’ordonnances par l’Etat.

Alors que Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, présentait mercredi 17 janvier 2018, ses dix propositions issues du groupe de travail sur l’éolien terrestre pour accélérer la concrétisation des projets, l’Assemblée Nationale votait cette semaine la simplification des procédures concernant les projets éoliens en mer. Les députés ont donné jeudi 25 janvier, leur feu vert pour que le gouvernement prenne des ordonnances afin de simplifier la procédure administrative de ces projets, souvent confrontés à de vives contestions locales.

Passer de “plus de 10 ans” à “moins de 7 ans” pour l’éolien en mer

Grâce à cette habilitation, votée dans le cadre du projet de loi sur le droit à l’erreur en première lecture, le gouvernement prévoit de réformer la procédure et de réduire à « moins de sept ans » le délai nécessaire pour créer un parc éolien en mer, qui est actuellement de “plus de 10 ans”, selon le ministre de la Transition énergétique, Nicolas Hulot. « Le développement des énergies marines (éolien en mer posé et flottant, hydrolien, etc.) représente un enjeu majeur pour la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables : le gisement est considérablela production d’énergie renouvelable est plus régulière et importante qu’à terre, ces technologies sont créatrices d’emplois en France », plaide le gouvernement dans son projet de loi.

Actuellement, les projets éolien en mer sont soumis à l’obtention par l’exploitant d’une autorisation environnementale et d’une autorisation d’occupation du domaine public maritime. L’objectif des ordonnances gouvernementales à venir sera donc de garantir et d’accélérer le développement des projets en imposant que le débat public soit réalisé en amont de la procédure d’appel d’offres, et que les études techniques et environnementales soit effectuées sous la maîtrise d’ouvrage de l’État. Le but à terme étant de pouvoir valider et délivrer toutes ces autorisations directement lors de l’attribution de l’appel d’offres aux groupes lauréats.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 1 Août 2018
Le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité (Enedis) a dévoilé dans un communiqué publié lundi 30 juillet, les premiers chiffres de la prochaine édition trimestrielle du Panorama de la production d'électricité durable en France, à paraître en septembre. Cette publication,…
ven 28 Avr 2017
La société française Voltalia, spécialisée dans les énergies renouvelables, a annoncé vendredi 21 avril 2017, avoir remporté un nouveau projet de centrale biomasse en Guyane. Cette installation de 5,1 MW contribuera directement à la réalisation des objectifs de programmation pluriannuelle…
sam 29 Juin 2019
Mercredi 26 juin 2019, le Haut Conseil pour le climat a remis son rapport au gouvernement français. Les experts dressent un bilan sévère des actions engagées par la France en matière d'action climatique. En cause : des dispositifs insuffisants face…
mer 3 Avr 2019
A l'hôtel de Région d'Orléans, lundi 1e avril 2019, était organisée la toute première Assemblée pour le climat et la transition énergétique (ACTE). Cette mobilisation, voulue par la région Centre-Val de Loire, se veut une véritable COP régionale. Elle a…

COMMENTAIRES

  • Qui a multiplié les recours contre tous les projets d’ouvrages publics sinon les écologistes ?
    Qui a ralentit l’activité du bâtiment en multipliant les contraintes administratives, sinon une ministre écologiste du nom de Cecile Duflot ? En maintenant ces mêmes écologistes sont demandeurs de simplifications ?
    Et le principe de précaution d’après lequel selon eux, il faut démontrer une innocuité, donc une non existence d’un danger quelconque ?
    Donc les précautions environnementales sont fonction inverse des intérêts des lobbies qui se gavent de rentes de situation administrative au nom de l’écologie.

    Répondre
  • Sans parler du déplacement de la pollution vers les pays émergents obligés d’ouvrir Des mines dans des conditions déplorables pour satisfaire nos besoins en énergies renouvelables recommandées par les verts ! Les éoliennes combien de cancers ? Pas très grave ce sont des enfants zaïrois, indiens ou boliviens qui meurent… tant que les mines de lithium, cobalt, tungstène, terres rares, étain et charbon ! ne sont pas ouvertes en France , nous ne sommes que de minables tartuffes !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.