Le ministère de la Transition écologique veut "simplifier" l'éolien français

Le ministère de la Transition écologique veut “simplifier” l’éolien français

eolien-terrestre-appel-offres-nicolas-hulot

Sébastien Lecornu, secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique et solidaire, a annoncé vendredi 6 octobre 2017, le lancement d’un groupe de travail national chargé de simplifier et de consolider les règles dans la filière éolienne. Cette démarche de concertation, proposée lors de la Conférence nationale des territoires en juillet dernier, vise à associer l’ensemble des acteurs locaux au développement des énergies renouvelables.

La neutralité carbone à l’horizon 2050 promise début juillet 2017 dans le Plan climat de Nicolas Hulot ne pourra avoir lieu sans la participation de tous, collectivités, opérateurs, industriels et riverains. C’est en tous cas le message qu’a voulu transmettre Sébastien Lecornu, vendredi dernier, à l’occasion d’un déplacement dans les Ardennes d’où il a officiellement lancé un nouveau groupe de travail sur l’éolien.

Lire aussi : La croissance des énergies renouvelables s’essouffle en France

La filière éolienne, comme toute énergie renouvelable, a un rôle déterminant à jouer dans le succès de la transition énergétique, et doit être encouragée davantage. Le gouvernement entend pour cela supprimer les freins éventuels qui ralentissent son développement dans l’Hexagone. “Si nous voulons moins de carbone (…), nous devons accélérer sur les énergies renouvelables. Mais pas n’importe comment : il faut que cela se passe bien avec les riverains. C’est tout l’enjeu. C’est aussi un enjeu crucial en termes d’emplois et de développement économique”.

Ce groupe de travail sera notamment chargé d’aborder les questions de la simplification administrative des procédures de mise en route, de l’allongement des contentieux, du financement, de la fiscalité, ou encore de l’adaptation de certaines règles pour faciliter la diffusion des progrès technologiques qui ont été réalisés sur les éoliennes ces dernières années.

Crédits photo : Maea Eolis

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 5 Nov 2018
Signataire de la COP 21 en décembre 2015, la Côte-d’Ivoire s’est engagée à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 28 % d’ici à 2030. Un vrai défi pour un pays qui se mobilise également autour d’un…
mer 17 Avr 2019
La présentation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie n’est que la première étape d’un long processus. Les derniers arbitrages sont encore en cours d'élaboration, comme le rappelait Emmanuelle Wargon au Conseil économique social et environnemental. En attendant, les commentaires sont…
jeu 26 Jan 2017
Avec à son actif plus de 300 mégawatts de puissance éolienne répartis dans une dizaine de parc à travers le territoire, le producteur indépendant français Voltalia est déjà bien implanté au Brésil et envisage désormais de diversifier son activité. Il…
jeu 28 Avr 2016
Le 27 avril dernier, RTE a publié le bilan électrique 2015 des Pays de la Loire. Ce document atteste notamment des efforts du territoire pour développer les énergies renouvelables (ENR). En effet, de 2006 à 2016, la part des ENR…

COMMENTAIRES

  • En quoi, les éoliennes nous emmenes vers la neutralité carbone? J’aimerai bien qu’on m’explique. Les décideurs politiques sont vraiment aveuglés….

    Répondre
    • @ Fabien : 1) parce que l’éolien émet moins de C02 que les énergies fossiles ou que le nucléaire (voir tableau 8 page 11 dans les conclusions de cette compilation de nombreuses études scientifiques parmi d’autres) :

      https://www.nirs.org/climate/background/sovacool_nuclear_ghg.pdf

      2) l’éolien est recyclable à près de 100%, n’a pas de risques, ni dissémination, ni déchets de plus de 100.000 ans de durée de vie comme pour le nucléaire, en plus de permettre un développement en séries mondiales générant des prix imbattables sinon par le solaire (on est à 30 euros le MWh en Inde par exemple, on arrive à moins de 50 euros en Europe et ce n’est pas fini avec l’essor de cette technologie qui s’ajoute à ses améliorations techniques : éoliennes de 12 MW puis 20 MW et à terme plus de 50 MW générant des prix les plus bas du marché, hormis le solaire)

      3) son intermittence s’intègre très bien dans des réseaux étendus comme Entso-e avec une très bonne stabilité ainsi que le confirme l’opérateur disposant des données de près de 30 ans désormais et les besoins de stockage peuvent être très décentralisés, locaux etc contrairement au nucléaire dont les besoins de stockage sont plus massifs par nature et qui a généré des gaspillages énergétiques et des pics de demandes importants (chauffages électriques de type “grille-pain”, chauffes-eau électriques classiques etc) au lieu de privilégier l’efficience énergétique.

      Les quelques 195 pays au monde qui font de l’éolien ont donc prix les bonnes dispositions, que confirment les données scientifiques.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.