Nicolas Hulot veut accélérer la création des éoliennes offshore

Nicolas Hulot veut accélérer la création des éoliennes offshore

Nicolas_Hulot_energies_marines

De passage au Havre mercredi 22 novembre 2017, à l’occasion de la nouvelle édition des Assises de la Mer, le ministre de la Transition écologique et solidaire a déclaré vouloir encourager et faciliter le développement des énergies marines renouvelables et des parcs éoliens offshore en particulier. Le ministre veut pour cela réduire de manière significative les délais de mise en œuvre des projets via des allègements et simplifications administratives.

Invité à s’exprimer en clôture des Assises de l’économie de la Mer (AEM) organisée les mardi 21 et mercredi 22 novembre au Havre, le ministre de la transition écologique a évoqué le cas des énergies marines renouvelables et leur faible développement dans l’Hexagone. En effet, malgré un potentiel prometteur le long des côtes françaises, les énergies marines accusent encore un certain retard en France du fait de procédures administratives complexes et de recours juridiques pas toujours justifiés, selon le ministre.

L’éolien flottant, une énergie d’avenir pour Nicolas Hulot

Si le Premier Ministre Edouard Philippe, présent mardi 22 novembre au Havre, s’est montré quelque peu alarmiste sur la situation, déclarant que la France avait effectivement pris beaucoup de retard et que les efforts mis en œuvre pour rattraper ce retard n’avaient eu jusqu’à présent que « des résultats mitigés », Nicolas Hulot a réaffirmé quant à lui son ambition de « simplifier les procédures » pour faciliter la mise en place des projets actuels et futurs, et réduire par exemple à « moins de sept ans » le délai nécessaire en France pour créer un parc éolien en mer (contre « plus de 10 ans » actuellement). Si la plupart des éoliennes en mer dans le monde sont posées sur les fonds marins, le ministre s’est dit également « convaincu que l’éolien flottant » était « promis à un très grand avenir » et que « la démonstration de sa rentabilité économique et énergétique viendrait très rapidement ».

Concernant les autres EMR comme l’énergie hydrolienne (qui produit de l’électrifié grâce aux courants) ou l’énergie thermique des mers (qui exploite les différences de températures en surface et en profondeur) par exemple, le ministre s’est là aussi voulu rassurant pour les industriels du secteur. « On va continuer de les soutenir jusqu’au jour où on pourra lancer les premiers appels d’offres », a poursuivi le ministre.

Crédits photo : AEM2017

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 26 Déc 2015
La banque allemande de développement (KfW) vient d’octroyer un prêt de 27 millions d’euros (18 milliards de Francs CFA) au Sénégal pour développer l’énergie solaire. Grâce à cet investissement, le pays produira plusieurs mégawatts d’énergie pour un développement durable, conforme…
ven 15 Sep 2017
Agir dans le sens d’une transition énergétique à la fois écologique et solidaire, voilà qui devrait plaire à Nicolas Hulot compte tenu des priorités données à son ministère en mai 2017. C’est en tous cas ce que souhaite Enerplan, le…
lun 31 Juil 2017
L'indépendance énergétique n'est pas seulement une problématique d'états : elle concerne aussi les entreprises. Ainsi Ikea, le géant du meuble suédois, s'oriente petit à petit vers un nouveau modèle énergétique en investissant massivement dans les énergies renouvelables. En l'espace de…
lun 1 Août 2016
Le terme d'"énergie marine" désigne l'énergie renouvelable issue de l'environnement marin, soit l'exploitation des ressources naturelles des eaux de la mer et des océans. Les énergies marines permettent de produire de l'électricité verte grâce à la transformation de la matière marine…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.