Le ministère de la Transition écologique est-il maudit ?

Le ministère de la Transition écologique est-il maudit ?

François de Rugy a présenté sa démission au Premier ministre mardi 16 juillet 2019 dans l’après-midi. Depuis une semaine, le ministre de la Transition écologique et solidaire était la cible d’une série de polémiques autour de ses dépenses personnelles. Des attaques qui l’ont conduit à démissionner, moins d’un an après sa prise de fonctions, à l’instar de son prédécesseur, Nicolas Hulot. Retour sur cet événement, ses conséquences politiques et enjeux pour le devenir climatique de la France.

Ministre de la Transition écologique : un poste mal-aimé ?

Les ministres de la Transition écologique et solidaire se suivent, et leurs départs se ressemblent. En 2018, Nicolas Hulot avait fini par démissionner précipitamment de son poste de ministre de l’écologie. Il avait pris de cours le gouvernement en annonçant sa décision après seulement quinze mois au gouvernement. Nicolas Hulot avait souligné son désaccord avec la politique du gouvernement. En cause : la réduction budgétaire de 200 millions d’euros, retirés à l’écologie pour subventionner les transports. Autre camouflet : son combat contre les pesticides et le glyphosate n’avait pas trouvé d’écho dans la politique d’Edouard Philippe.

L’affaire François de Rugy : révélations en série avant la démission

C’est dans un contexte houleux que François de Rugy est donc devenu ministre de la Transition écologique et solidaire, le 4 septembre 2018. Depuis le 10 juillet, le site Mediapart a publié plusieurs révélations. François de Rugy aurait financé des dîners privés avec les fonds publics pendant sa présidence à l’Assemblée nationale. Le site a aussi révélé des dépenses douteuses liées à son train de vie.

Autant d’éléments à charge qui ont poussé le ministre à présenter sa démission, mardi 16 juillet.

Edouard Philippe a nommé dans la foulée Elisabeth Borne pour remplacer François de Rugy. Le ministre sera resté en poste moins d’un an…

Réactions en demi-teinte dans la classe politique

Dans sa déclaration officielle, François de Rugy a motivé sa décision de démissionner. Il a souligné qu’il ne voulait pas “accepter que l’action écologique soit affaiblie par des mises en cause personnelles incessantes”. Une position saluée par Gilles le Gendre, le chef des députés de la majorité, qui a déclaré : “Je l’en remercie au nom du groupe car je sais qu’il l’a fait certainement avec beaucoup de difficultés mais aussi pour protéger notre majorité.”

La France Insoumise et le Rassemblement National se sont félicités de cette démission.

Du côté des écologistes en revanche, les principaux responsables politiques ont préféré se montrer discrets. Sur les réseaux sociaux, Yannick Jadot, Cécile Duflot ou encore l’ancienne ministre de l’écologie, Ségolène Royal, se sont abstenu de tout commentaire.

La transition écologique, reléguée au second plan ?

La démission du ministre intervient au mauvais moment du calendrier politique. La stratégie de transition énergétique prônée par le gouvernement a fait l’objet de plusieurs critiques ces dernières semaines. Le Haut Conseil pour le Climat, l’Institut Voltaire ainsi que la Cour des comptes ont tous attaqués la PPE portée par le gouvernement. Une PPE dont le premier défenseur est le ministre de la Transition écologique.

Après plusieurs mois de crise des Gilets Jaunes, le gouvernement espérait reprendre la main grâce à plusieurs mesures comme le forfait mobilité, les aides au déploiement de bornes électriques ou encore le chèque énergie. Autant de sujets défendus par François de Rugy, qui se trouvent aujourd’hui éclipsés.

Elisabeth Borne, nouvelle ministre de la transition écologique

La rapide nomination d’Elisabeth Borne vise à maintenir le cap sur la stratégie de transition énergétique. Et son choix n’est pas un hasard. Elle participe à plusieurs projets majeurs, notamment sur le dossier de la mobilité électrique. Avant de prendre la tête du ministère des transports, elle avait été directrice de cabinet de Ségolène Royal, au ministère de l’écologie.

Sur Twitter, Elisabeth Borne s’est rapidement exprimée :

Elle continuera de gérer le ministère des Transports, mais ne portera pas le titre de “ministre d’état” dont disposaient ses deux prédécesseurs.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 8 Mar 2019
Leader européen de l’éolien en mer, le Royaume-Uni a de grandes ambitions pour cette énergie renouvelable. En effet, l'objectif est désormais d'atteindre 30 % du mix électrique en 2030. En plein Brexit, le gouvernement affiche ainsi une stratégie industrielle volontariste…
mar 14 Mar 2017
Si le processus de méthanisation est bien connu pour la revalorisation énergétique des déchets verts en provenance de l'agriculture ou de l'industrie agroalimentaire, il n'avait encore jamais été appliqué à l'échelle du consommateur. C'est ce que propose aujourd'hui aux ménages…
mar 2 Avr 2013
Exactement deux ans après la mise en service de l’unité Sud de l’usine George Besse 2 d’enrichissement d’uranium, l’unité Nord vient d’être inaugurée par Areva, vendredi 29 mars sur le site nucléaire du Tricastin. Ces deux unités, qui forment l’ensemble…
jeu 21 Avr 2016
La région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes vient de créer le fonds d’investissement « Terra Energies » afin de développer les énergies renouvelables. Au total, il devrait réaliser 120 millions d’euros d’investissement au cours des quatre prochaines années. (suite…)

COMMENTAIRES

  • Les enjeux et échelle de temps vont bien au delà des ministères et tout le monde devrait se sentir concerné et s’impliquer :

    Nous savons déjà que nos émissions de CO2 auront des conséquences sur plusieurs millénaires.

    Une nouvelle étude du MIT suggère que ces conséquences pourraient être beaucoup plus dramatiques que prévu.

    Lorsque la vitesse à laquelle le dioxyde de carbone pénètre dans les océans dépasse un certain seuil, la Terre peut réagir par une cascade de rétroactions chimiques, entraînant une acidification extrême des océans qui amplifie considérablement les effets du déclenchement initial.

    Les géologues peuvent voir des preuves de ces changements dans les couches de sédiments préservées depuis des centaines de millions d’années. Lorsque les émissions de carbone dépassent un seuil critique, elles peuvent déclencher des réactions en chaînes dans le cycle du carbone, qui se traduit sous la forme d’une forte acidification des océans qui dure environ 10 000 ans.

    Selon Daniel Rothman, professeur de géophysique et codirecteur du Centre Lorenz du Département des sciences de la Terre, de l’atmosphère et de la planète du MIT, nous sommes aujourd’hui “au bord du précipice” et le pic qui en résulte sera probablement semblable aux catastrophes mondiales passées.

    Lorsque le dioxyde de carbone de l’atmosphère se dissout dans l’eau de mer, non seulement il rend les océans plus acides, mais il diminue également la concentration des ions carbonate. Lorsque la concentration de ces ions tombe en dessous d’un seuil, les coquilles en carbonate de calcium se dissolvent.

    Dans un monde où le dioxyde de carbone augmente, moins d’organismes calcifiants devrait signifier que moins de dioxyde de carbone est éliminé.

    Si les émissions anthropiques d’aujourd’hui franchissent un seuil et continuent de le dépasser, comme le prévoit Rothman, les conséquences pourraient être aussi graves que celles que la Terre a connues lors de ses précédentes extinctions massives.

    http://news.mit.edu/2019/carbon-threshold-mass-extinction-0708

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.