Le prix de l'électricité s'invite dans le Grand Débat National

Le prix de l’électricité s’invite dans le Grand Débat National

Le 29 janvier 2019, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a émis une recommandation concernant le prix de l’électricité. Elle estime qu’une augmentation de 5,9% doit être appliquée dès le mois de juin prochain. En pleine crise des Gilets Jaunes, la décision risque d’être chahutée. La question de la facture énergétique doit d’ailleurs être abordée pendant le Grand Débat National…

Le tarif réglementé de l’électricité, qu’est-ce que c’est ?

En France, les consommateurs bénéficient d’un encadrement du tarif de l’électricité et du gaz. C’est le principe du tarif réglementé, fixé par la CRE avec la validation du gouvernement. Sans être en situation de monopole, EDF propose un Tarif Bleu aligné sur le montant validé par l’Etat. Cette offre est très largement plébiscitée par les foyers français, d’ailleurs EDF conserve en 2019 plus de 80% du marché de l’électricité en France pour les particuliers. Ainsi, lorsque le gouvernement évoque le gel des  prix de l’électricité, il s’engage à ne pas augmenter ce tarif.

Facture finale : 37 % de taxes sur le prix de l’électricité

Derrière ce tarif réglementé, la réalité du prix de l’électricité est autrement plus complexe. Car payer sa facture d’électricité, ce n’est pas seulement payer sa consommation électrique. C’est aussi payer les taxes sur l’énergie. Ainsi, sur le montant total d’une facture d’électricité, cette dernière ne compte que pour 63% du prix. Les 37% restants couvrent en fait les taxes appliquées par l’Etat français sur l’électricité.

Les taxes sur l’électricité sont multiples : la TVA (taxe sur la valeur ajoutée, fixée à 20%), la CTA (qui couvre les frais de transport et d’acheminement de l’électricité), la TCFE (taxe sur la consommation finale d’électricité) mais aussi et surtout la CSPE (Contribution au service public de l’électricité). Cette dernière représente à elle seule 14% du montant total de la facture électrique d’un foyer.

Cette imposition lourde sur le prix de l’électricité est particulièrement difficile quand le prix du MWh est au plus haut. Ainsi en 2015, le prix du MWh avait chuté à 25 euros. La facture électrique des Français s’était donc allégée. Mais le prix du marché est reparti à la hausse, et il atteint désormais 60 euros. Tant que ce prix est au plus haut, la seule alternative serait une modération des taxes sur la facture électrique. Une idée qui a déjà été préconisée par la CRE, mais qui n’a pas encore été adoptée par le gouvernement.

Le chèque énergie à la rescousse du prix de l’électricité

Cette fiscalité énergétique est désormais largement remise en question. Le mouvement des Gilets Jaunes a mis en avant la nécessité de repenser un prix de l’énergie avec des taxes moins contraignantes. Car l’électricité, à l’instar de l’essence, est un produit de première nécessité. La question de la facture électrique s’est d’ailleurs invitée dans le Grand Débat National. Après le prix de l’essence, le prix de l’électricité a fait surface dans les questions soulevées par les Gilets Jaunes.

En effet, la France compte déjà plus de 3 millions de foyers en situation de précarité énergétique. Pour lutter contre cette situation, l’état a mis en place, le 1e janvier 2018, le chèque énergie. Ce dispositif, qui remplace les anciens tarifs sociaux de l’énergie, doit aider les foyers les plus modestes à payer leurs factures d’électricité. En 2018, 3,6 millions de foyers français y ont eu recours.

Et c’est encore sur ce chèque énergie que l’Etat compte parier pour désamorcer les tensions autour du prix de l’électricité. Pour l’année 2019, le montant du chèque énergie va être revu à la hausse avec une augmentation de 50€. Il bénéficiera à 2,2 millions de foyers supplémentaires. Mais cette aide est-elle suffisante pour répondre aux attentes des foyers ?

Gel du prix de l’électricité en 2019 : aucune garantie d’un prix stable

La question est encore plus brûlante avec la récente déclaration de la CRE. Elle recommande désormais une augmentation du prix de l’électricité en juin prochain. La CRE souhaiterait que le tarif augmente de 5,9%. Or, pour le médiateur national de l’énergie, Jean Gaubert, “Cette hausse n’est pas supportable pour les ménages les plus fragiles, notamment ceux qui se chauffent à l’électricité, et pour qui la facture annuelle tourne autour de 1 500 euros. Ils devront s’attendre à payer près de 85 euros supplémentaires. L’augmentation de 50 euros accordée sur le « chèque énergie » ne parviendra donc même pas à compenser.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 16 Fév 2023
Ce sont 2900 emplois qui seront créés en 2023 par Enedis, afin de bâtir « la nouvelle France électrique des régions ». Pour la première fois depuis cinq ans, les effectifs d’Enedis vont augmenter, après des années de plans d’économies et de…
jeu 24 Fév 2022
Le marché de la voiture électrique est en plein boom. Les ventes mondiales en 2021 se sont portées à 5,6 M d’unités, dépassant de plus de 2 M le record de l’année précédente. La question du mode de recharge devient par conséquent…
mer 24 Jan 2024
L'autoconsommation solaire offre une alternative écologique et économique à l'énergie traditionnelle, devenant de plus en plus populaire parmi les ménages français. Elle consiste à produire de l'électricité pour sa propre consommation, principalement via l'installation de panneaux solaires photovoltaïques. Le solaire…
lun 13 Nov 2023
À l'aube de décembre 2023, le secteur énergétique français s'apprête à connaître une nouvelle évolution tarifaire dans le domaine du gaz naturel. Selon les dernières publications de la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE), les tarifs du gaz naturel connaîtront…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.