Combustibles australiens : la justice donne raison à Orano

Combustibles australiens : la justice donne raison à Orano

Un mois après l’assignation en justice d’Orano par Greenpeace, la justice française a statué mardi 16 octobre 2018 en faveur du géant industriel français et débouté l’ONG de sa demande. Celle-ci accusait Orano de stocker des déchets étrangers sur le sol français. Aussi, elle réclamait la publication du contrat impliquant la livraison de combustibles nucléaires australiens sur le port de Cherbourg.

Orano recycle les déchets nucléaires

Le juge des référés de Cherbourg dans la Manche a rejeté mardi 16 octobre le recours de Greenpeace. L’ONG souhaitait contraindre le groupe nucléaire Orano (ex-Areva) à publier le contrat prévoyant la livraison de combustibles australiens. Ces déchets, deux tonnes de combustibles nucléaires usés, ont été débarqués dans le port de Cherbourg dans le cadre « d’un accord intergouvernemental entre la France et l’Australie ». Ces déchets sont composés à 92% de matières recyclables et à 8% de matières non recyclables. « Les combustibles australiens arrivés le 14 septembre à Cherbourg avant de rejoindre l’usine Orano de la Hague ne sont pas des déchets car la très grande majorité est une matière qu’on peut réutiliser », a expliqué devant la cour l’avocat du groupe Orano, Me Alexandre Gaudin.

Entreposage ou stockage, une distinction qui fait toute la différence

L’activité de retraitement des déchets nucléaires est de plus très réglementée. La loi de 2006 qui interdit le stockage de déchets nucléaires étrangers sur le sol français (mais autorise l’entreposage temporaire). La législation oblige par ailleurs Orano à préciser dans l’accord intergouvernemental la date de renvoi à l’étranger des déchets une fois qu’ils sont retraités. Or, l’accord passé en juillet entre la France et l’Australie est très clair sur ce point, rappela Me Gaudin, accusant par la même occasion l’ONG de vouloir « instrumentaliser la justice ». Les déchets livrés en France dans le cadre du retraitement ne peuvent être stockés et devront repartir d’ici le 31 décembre 2034.

Malgré ce cadre réglementaire prédéfini, l’association écologiste, qui n’avait jusqu’à présent jamais contesté ce type d’opération, considérait que cette livraison n’était pas conforme à la loi de juin 2006, et demandait des éclaircissements. Demande à laquelle se refusa d’accéder le groupe Orano pour des raisons de concurrence évidentes.

La Cndp prépare le Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs

Rappelons que ce recours en justice de Greenpeace intervient alors que l’ancien secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique Sébastien Lecornu a confirmé fin septembre l’organisation d’un débat public sur le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs par la Commission Nationale du Débat Public à partir du mois de décembre prochain. Un rapport parlementaire publié en juillet avait également recommandé de « mener une réflexion sur la poursuite ou non du retraitement des combustibles usagés », « exception française » qui fait travailler selon Orano 5.000 personnes à la Hague et 725 à Marcoule dans le Gard.

Crédits photo : Orano La Hague (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 30 Juil 2016
Les deux industriels du nucléaire viennent de conclure un partenariat stratégique pour l'avenir de la filière nucléaire française. Ils ont signé jeudi 28 juillet un protocole d’accord pour la cession de New ANP, la branche réacteurs d'Areva, à EDF, tout en s'engageant à…
jeu 10 Oct 2013
Le déplacement d’Arnaud Montebourg en Turquie n’a pas seulement vocation à réchauffer les relations entre la France et la Turquie, tendues depuis ces dernières années, d’une part en raison du refus d’Ankara de reconnaître le génocide arménien, d’autre part car la France…
ven 21 Fév 2014
Après deux années de conflits avec son ancien groupe, Areva, Anne Lauvergeon semble décidée à tourner la page. C’est en tous cas ce qu’indiquent les retraits de ses plaintes contre le consultant Marc Eichinger et contre l’agence d’intelligence économique, Alp…
jeu 12 Fév 2015
Le démantèlement de la centrale nucléaire de Fukushima, très délicat, nécessite l’utilisation de technologies spécialisées qui permettent, entre autres, de se rendre dans des zones difficiles d’accès et de limiter l’exposition des hommes aux radiations. En vue de la découpe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.