Fraude, contrefaçon : danger sur la sûreté nucléaire !

Fraude, contrefaçon : danger sur la sûreté nucléaire !

nucléaire, réacteur, EPR, EPR2, danger, fraude, contrefaçon, filière nucléaire, ASN, contrôle

La filière nucléaire est relancée, ce qui est une bonne nouvelle pour la souveraineté énergétique. D’un autre côté, la pression sur la filière nucléaire se fait de plus en plus forte. En ce sens, le président de l’ASN, le gendarme de l’atome, Bernard Doroszczuk, a tenu à souligner les risques et dangers pour la sûreté nucléaire lors de ses vœux devant la presse.

 

Les fraudes et contrefaçons : une menace croissante pour le nucléaire

 

L’année 2023 a été marquée par la détection de 43 cas de fraudes et contrefaçons dans le secteur nucléaire, un nombre qui reflète les défis auxquels la filière doit faire face. Bernard Doroszczuk, lors de la présentation de ses vœux à la presse, a mis l’accent sur cette problématique : « C’est un sujet de vigilance qui n’est pas négligeable, qui peut toucher la totalité de la filière ». Ces incidents ne sont pas isolés et ont des implications significatives sur la sûreté et la fiabilité du secteur. Parmi les exemples cités, on trouve « des résultats d’essais qui sont modifiés pour pouvoir être déclarés conformes » et la fourniture de puces électroniques non conformes, révélant des lacunes dans la conformité et la qualité des composants essentiels.

Ces fraudes ou contrefaçons ne sont néanmoins pas toujours intentionnelles. Manque de personnel qualifié, plannings serrés, la filière nucléaire fait face à une pression croissance et elle peine à tenir les objectifs qui lui ont été fixés. Une conséquence directe de la mise à l’arrêt de la filière pendant plusieurs années. Cette situation est d’autant plus préoccupante que la filière nucléaire est de nouveau en plein essor. « Nous sommes dans un contexte où les projets vont considérablement augmenter. Le lancement d’un programme de six EPR2, voire plus, et le développement de projets de petits réacteurs nucléaires (SMR ou AMR) va mettre la filière nucléaire en tension », a expliqué Bernard Doroszczuk.

 

Pour une surveillance accrue de la chaîne d’approvisionnement

 

La chaîne d’approvisionnement du secteur nucléaire est complexe et s’étend sur plusieurs niveaux, rendant la surveillance et le contrôle des fraudes et des  contrefaçons d’autant plus difficiles. Bernard Doroszczuk a néanmoins déploré un « manque de rigueur dans la totalité de la chaîne de sous-traitance ». Cette observation fait suite à des inspections révélant que certaines entreprises, même au bas de la chaîne d’approvisionnement, ne savaient pas qu’elles fabriquaient des équipements pour l’industrie nucléaire. « On le sait dans le rang 1, on le sait à moitié dans le rang 2, dans le rang 3 on ne le sait plus », déplore Bernard Doroszczuk, président de l’ASN.

Pour remédier à ces failles, le gendarme de l’atome prévoit de renforcer son programme d’inspection en 2024, en accordant un volet spécifique sur les risques de falsification. « Nous voulons davantage comprendre ce qui pourrait conduire soit une personne, soit une organisation à falsifier ou à cacher quelque chose », indique le président de l’ASN, soulignant ainsi l’importance de détecter et de comprendre les motivations derrière ces actes délictueux.

 

 

La relance du nucléaire : un enjeu national et international

 

Le plan de relance nucléaire de la France, portant sur la construction de 14 EPR2 et le développement de petits réacteurs modulaires, comporte évidemment des opportunités, mais auxquelles s’ajoute un lot de défis. Bernard Doroszczuk met en garde contre la répétition des erreurs passées, en rappelant les leçons tirées du projet de l’EPR de Flamanville : « Ce qui a pêché pour l’EPR, c’est que sa construction a été lancée alors que les études détaillées de conception n’étaient pas achevées ».

Dans le contexte de cette expansion, l’ASN souligne l’importance d’une rigueur industrielle sans faille et d’une vigilance continue face aux risques de fraudes et de contrefaçons. « Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, surtout dans un domaine aussi sensible que le nucléaire », a ainsi tenu à rappeler Bernard Doroszczuk. L’ASN se questionne également sur la capacité actuelle de la filière à gérer les déchets nucléaires qui résulteront des nouveaux projets : « Le sujet du risque de saturation de l’entreposage doit être traité avant 2040 », met en garde le gendarme de l’atome. La France, en engageant son avenir énergétique dans le nucléaire, doit veiller à équilibrer son ambition avec une rigueur et une surveillance accrues, pour garantir la sécurité et l’efficacité de cette filière vitale, qui fait la fierté de la France, et sa renommée à l’international.

Rédigé par : Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud
lun 27 Nov 2023
D'après une enquête de l'UFC-Que Choisir, les tarifs des bornes de charge pour les voitures électriques manquent de transparence et varient considérablement d'un opérateur à l'autre. L'association appelle à plus de transparence et à une régulation pour aligner les tarifs.…
Depuis ce lundi 8 janvier, une vague de froid s'est abattue sur la France. Devons-nous nous attendre à des coupures d'électricité en cas de pics de consommation ? Pas d'après le gestionnaire de réseau électrique RTE ni la ministre de…
ven 1 Déc 2023
La concurrence sur le marché des voitures électriques s'intensifie. Le numéro 2 mondial, BYD, compte bien détrôner Tesla de sa première place du podium. La firme chinoise a annoncé le lancement de son modèle Seagull sur le marché européen et…
    L'UE persiste et signe : la France doit impérativement rehausser ses objectifs concernant les énergies renouvelables. C'est ce qu'à une nouvelle fois demandé la commissaire européenne à l'énergie, Kadri Simson, lors de son discours devant la Commission de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.