Les plus hautes éoliennes de France inaugurées dans le Jura

Les plus hautes éoliennes de France inaugurées dans le Jura

eoliennes_Chamole_jura

Si le nombre d’éoliennes ne cesse de croître en France, portant désormais leur part dans la production d’électricité nationale à plus de 5%, elles gagnent également en performance et tentent d’optimiser au mieux leur espace d’exploitation. C’est notamment le cas à Chamole dans le Jura où le maire a inauguré samedi 29 septembre 2018 les plus hautes turbines éoliennes jamais installées dans l’Hexagone.

Mises en service en décembre dernier, les six turbines du parc de Chamole dans le Jura ont été inaugurées samedi 29 septembre 2018 en présence du maire de la commune Jean-Louis Dufour, du bureau d’études Intervent en charge du développement du parc éolien et du fabricant d’éoliennes allemand Enercon. Présentés comme les plus hautes éoliennes de France, ces géants d’acier de 193 mètres de haut (en bout de pale) sont équipés de rotors de 115 mètres de diamètre leur permettant d’atteindre leur puissance maximale lorsque le vent souffle à 12 m/s, « un phénomène très régulier », estime Hartmut Schulteis, chargé de l’exploitation du parc pour Enercon. « Au sol, la vitesse du vent est bien moindre que dans d’autres régions, mais ces éoliennes sont les plus hautes de France pour aller chercher cette vitesse », ajoute M. Dufour.

Une production annuelle de 33 millions de KWh

A elles seules, ces éoliennes permettront de produire près de 33 millions de KWh par an soit l’équivalent de la consommation électrique d’une ville de 12.000 foyers. Une production suffisante pour alimenter les communes environnantes en « électricité propre et renouvelable » et éviter ainsi le rejet de 2.300 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère chaque année, estiment les porteurs du projet.

Sur le plan budgétaire, le parc éolien de Chamole a nécessité un investissement total d’environ 32 millions d’euros, financé pour une petite partie via le financement participatif local. Plus de 630 personnes ont investi près d’un million d’euros dans une société en charge du financement qui servira à l’avenir au développement d’autres projets autour des énergies renouvelables et qui aura surtout permis de fédérer les riverains autour du projet. « Il n’y a pas eu d’opposition. On a pris les devants, échangé avec les riverains et on les a intégrés au projet », a souligné le maire de Chamole. Un contrat a été signé avec EDF pour le rachat de l’électricité, qui permettra de rembourser les financements sur une période de 15 ans.

Crédits photo : Intervent

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Juil 2017
Les énergies renouvelables éolienne et photovoltaïque connaissent depuis plusieurs années maintenant une progression constante, et avec elles, se développent logiquement de nouveaux savoir-faire et compétences associés dans la gestion et la maintenance de ces installations. Un secteur d'activité dans lequel…
ven 5 Sep 2014
Le constructeur de cellules solaires japonais Kyocera a annoncé, jeudi 4 septembre, le début d'un important chantier qui vise à développer la plus grande centrale photovoltaïque flottante du monde. Un projet dont le développement reposera en partie sur le savoir-faire de Ciel…
lun 30 Nov 2015
Tandis que les météorologues estiment que 2015 sera une année avec des températures records, le gestionnaire du réseau électrique, RTE, assure que « les besoins électriques de la France seront couverts pendant l’hiver ». En plus des températures exceptionnellement élevées, l’énergéticien explique…
ven 15 Sep 2017
Agir dans le sens d’une transition énergétique à la fois écologique et solidaire, voilà qui devrait plaire à Nicolas Hulot compte tenu des priorités données à son ministère en mai 2017. C’est en tous cas ce que souhaite Enerplan, le…

COMMENTAIRES

  • Une grande partie de l’année, notre pays exporte plus d’électricité (à bas coût)que ne produit l’éolien (à prix garanti élevé). On ne voit pas encore l’utilité de produire plus d’éolien. Et qui a dit que l’éolien était propre ?

    Répondre
  • Réponse à Dan (qui se répète !) résumée dans ce tableau :

    https://www.lazard.com/media/450436/rehcd3.jpg

    Nos centrales nucléaires ont 34 ans d’âge moyen et les nouvelles (comme dans certains cas les anciennes vus les prix de rénovation) sont nettement plus coûteuses que le solaire et l’éolien même à présent stockage inclus. Il n’y a donc pas lieu d’attendre la dernière minute pour développer les filières car ailleurs ils avancent plus vite que nous, profiter des importants marchés extérieurs et faire baisser les coûts comme vous pouvez le constater dans les derniers appels d’offres toujours en baisse et même nettement.

    Il aura fallu très peu de temps pour faire baisser les prix depuis le départ de la transition énergétique en France effective en 2010 après le Grenelle de 2007.

    On est déjà pour info à 52 euros/MWh pour l’éolien terrestre et 65 euros pour l’offshore dans les derniers appels d’offre et la baisse est loin d’être finie.

    Ils sont à 17 euros le MWh aux Etats-Unis et Siemens prévoit moins de 30 euros sous peu en Europe.

    Vous souhaitez donc que cet important et durable marché mondial nous échappe avec toutes les entreprises et emplois qui vont avec. Ou que nous ayons à payer très cher notre énergie en perdant de plus le savoir faire, entreprises et emplois concernés et en étant dépendants.

    Heureusement que tous les opérateurs ont compris qu’il ne pouvaient pas rester en dehors des marchés des renouvelables. qui se développent car elles sont moins chères et très peu polluantes car de plus en plus quasiment à 100% recyclables ce qui est loin d’être le cas du nucléaire car en plus de Cigéo qui est parti pour plus de 100.000 ans alors que les 140 premières années ne sont même pas encore provisionnées, on ne sait toujours pas ce que l’on va faire des plus de 2 millions de tonnes de béton toujours émissif du démantèlement du parc de réacteurs.

    Et c’est l’ASN qui confirme que ce problème est très coûteux et n’est toujours pas réglé parmi d’autres.

    Répondre
  • A titre d’info, développement des renouvelables en régions et classement de ces régions :

    C’est très bénéfique pour l’innovation et trouver de meilleures solutions à des problèmes énergétiques que l’on rencontre partout dans le monde.

    La phase de développent idéale sera évidemment celle ou les renouvelables seront systématiquement intégrées dans les bâtiments comme le solaire thermique et PV et leur stockage estival parmi les diverses solutions possibles et où de plus en plus de gens prendront enfin conscience que l’on dispose localement la plupart du temps de tout ce dont on a besoin au plan énergétique notamment.

    Heureusement que l’on a de plus en plus d’exemples pour le démontrer et que cela commence à être de plus en plus pris en compte dans les écoles d’architecture etc.

    On constate d’ailleurs des pays qui sont en train de prendre de l’avance et que c’est également un enjeu important d’autant que l’on se heurte à la très forte demande de climatisation qui va tirer la demande d’énergie en Chine et Inde notamment.

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/la-tribune-de-l-energie-avec-enedis/electricite-renouvelable-quelles-sont-les-regions-les-plus-dynamiques-791987.html

    .

    Répondre
  • encore un exemple de désinformation par manipulation des chiffres:

    la production annoncée de ces gadgets est de 33x 10 puissance6 kWh si cela correspond à la consommation d’une ville de 12000 foyers cela représente en moyenne 1910Kwh/an/foyer
    sachant que que la consommation moyenne réelle par foyer se situe aux alentours 4944 Kwh ( chiffres RTE 2017) …il manque seulement 2,6 fois ce qu’annonce ce promoteur de plus ‘il n’intègre pas dans le cout les moyens de soutient (souvent au gaz ou au charbon en Allemagne) pour combler l’intermittence de ces gadgets qui ont ‘un facteur de charge de 25% au maximum …ce qui signifie que ça ne produit pas ou peu les 75% du temps restant !!
    On a abandonné les moulins à vent à la fin du 19è c’est quand même pas pour rien !!

    Répondre
  • @ Berkli :

    Ce n’est pas forcément une “manipulation ” de chiffres de citer la consommation “électrique” de foyers car beaucoup d’entre-eux n’utilisent pas encore en France l’électricité pour leur chauffage. C’est tout au plus une imprécision.

    En outre nous avons moins progressé et sommes moins bien classés en efficacité énergétique que les pays du Nord de l’Europe qui ont opté pour les 100% renouvelables à terme.

    L’Allemagne est numéro 1 mondial en efficacité énergétique suivie du Danemark.

    C’est également le cas de la Californie qui vise 100% de renouvelables en 2045 et dont les factures énergétiques sont parmi les moins chères des Etats-Unis malgré notamment la taxe d’efficacité énergétique qui rend le prix du KWh élevé (6e Etat) mais la facture la moins élevée (49e Etat) en ordre décroissant

    Par contre prétendre que la part d’éolien du Jura ou même la totalité de l’éolien en France est soutenue par du gaz ou du charbon, c’est plus qu’une imprécision et rentre plutôt dans la manipulation d’un anti-éolien primaire vue le % d’éolien en France et alors que c’est le stockage comme la méthanation qui sont les plus en mesure de répondre le mieux le moment venu à cette variabilité (et non intermittence) de production.

    Pour mémoire nous sommes également sur l’important réseau Entso-e.

    Pour le facteur de charge il est désormais en moyenne de 25% pour l’éolien terrestre et tend à s’améliorer.

    L’intermittence concerne le solaire (jour/nuit) ou entre autres le nucléaire (marche/arrêt) mais pas vraiment l’éolien qui produit pour le terrestre entre 75 et 95% du temps (et plus pour l’offshore). Il est donc plus exact de parler de variabilité.

    Sa moyenne ne peut que s’améliorer encore avec l’éolien offshore et flottant et dépasser largement les 35%

    Son taux de disponibilité est par contre de plus de 98%

    Notre parc nucléaire a un rendement moyen de 33% (le reste réchauffe l’eau et l’air) et un taux de disponibilité moyen de 78% ces dernières années.

    Faîtes le calcul vous verrez que le “gadget” n’est pas là où vous le pensez.

    On a nullement abandonné les moulins à vent qui existent depuis la nuit des temps, on les a juste nettement amélioré et ce n’est pas fini.

    Par contre on a abandonné la machine à vapeur qui date au plus tôt du 16 ou 17e siècle, çà devrait vous alerter sur l’avenir si l’on s’en réfère à vos raccourcis technologiques quelques peu hâtifs !

    Répondre
  • @ Dan : je passe mon temps à corriger vos âneries et à vous expliquer vos propres documents que vous publiez sans les lire ou les comprendre. C’est moi qui devrait être lassé !

    Encore une fois je vous ai déjà démontré que si le prix de l’électricité TTC en Californie, comme je le rappelle plus haut également, était pour le moment parmi les plus élevés du pays, les factures sont par contre parmi les plus basses en raison des résultats de la taxe d’efficacité énergétique notamment.

    Détails dans ce lien pour mémoire :

    https://lenergeek.com/2018/09/14/leclerc-fournisseur-electricite-edf/

    .

    Répondre
  • @Energie+
    Et pour ce qui est de la machine à vapeur, on a rien trouvé de mieux pour utiliser une énergie issue de la fission d’atomes d’uranium sans émissions de CO2, (économisant depuis quelques décennies, l’émission de dizaines de millions de tonnes ) contrairement à l’Allemagne qui conserve un parc thermique de 100 GW fonctionnant aux énergies fossiles les plus émettrices de CO2, entre autres polluants, ainsi que quelques centrales nucléaires, par précaution et avec raison. Pour ce qui est de publier des âneries et des propos prophétiques catastrophistes, je pense que vous n’êtes pas mal placé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.