L'Opep : vers un accord permanent avec les pays non membres ?

L’Opep : vers un accord permanent avec les pays non membres ?

Prévu à l’origine pour une période de six mois renouvelable, l’accord scellé en décembre 2016 entre l’OPEP et les pays producteurs non membres dans le but d’atteindre un rééquilibrage du marché, pourrait finalement s’étendre à plus long terme. L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, s’est positionnée dimanche 21 janvier 2018, en faveur du renouvellement de cette entente pour une durée illimitée.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres de l’Opep se sont engagés fin 2016 à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei.

Un possible prolongement de l’accord de l’Opep au-delà de 2018

Ce premier accord ayant permis de faire remonter les prix du brut (le prix du baril tourne désormais autour de 70 dollars contre 30 dollars début 2016), l’Arabie Saoudite souhaiterait prolonger cette coopération à long terme et a appelé pour cela, dimanche 21 janvier, l’ensemble des pays membres et non membres à s’entendre sur la durée. « Nous ne devons pas limiter nos efforts (à des quotas de production) en 2018. Nous devons parler d’un cadre pour notre coopération à plus long terme », a plaidé le ministre saoudien de l’Energie Khaled al-Faleh avant une réunion à Mascate des signataires de l’accord de 2016. Il s’agit de « prolonger au-delà de 2018 le cadre que nous avons établi, c’est-à-dire la déclaration de coopération » entre pays producteurs de l’Opep et pays non membres du cartel comme la Russie, a-t-il ajouté.

Rappelons que cet accord historique (le premier engagement conjoint entre les deux camps depuis près de quinze ans), prévoyait en parallèle l’instauration d’un comité de surveillance de l’accord impliquant trois pays de l’Opep ainsi que deux pays non Opep, dans le but de prévenir toute infraction des quotas fixés par le pacte.

Crédits photo : Khaled al-Faleh (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Largement salué ces derniers jours pour avoir dépassé les objectifs de la loi de transition énergétique et entériné la "neutralité carbone" en France dès 2050, le plan climat du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot décline une…
mer 14 Août 2019
Beaucoup moins médiatisée, mais bien plus riche que les GAFA, la société saoudienne Aramco s’est livrée à un exercice presque inédit ce lundi 12 août 2019. En pleine torpeur estivale, le géant pétrolier a communiqué sur ses résultats, et il…
lun 20 Juin 2016
Les nouvelles préoccupations liées à la biodiversité imposent aux producteurs d'énergie, comme EDF ou Engie, de repenser leur politique environnementale, afin d'harmoniser leurs moyens de production avec les territoires d'implantation. Le parc de production thermique français, par exemple, s'inscrit depuis…
Pour sa première grande visite diplomatique hors du Vieux Continent, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve est en Chine à compter d'aujourd'hui afin de renforcer les relations diplomatiques et commerciales avec Pékin dans un contexte international quelque peu bouleversé depuis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.