L'Opep : vers un accord permanent avec les pays non membres ?

L’Opep : vers un accord permanent avec les pays non membres ?

Prévu à l’origine pour une période de six mois renouvelable, l’accord scellé en décembre 2016 entre l’OPEP et les pays producteurs non membres dans le but d’atteindre un rééquilibrage du marché, pourrait finalement s’étendre à plus long terme. L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, s’est positionnée dimanche 21 janvier 2018, en faveur du renouvellement de cette entente pour une durée illimitée.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres de l’Opep se sont engagés fin 2016 à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei.

Un possible prolongement de l’accord de l’Opep au-delà de 2018

Ce premier accord ayant permis de faire remonter les prix du brut (le prix du baril tourne désormais autour de 70 dollars contre 30 dollars début 2016), l’Arabie Saoudite souhaiterait prolonger cette coopération à long terme et a appelé pour cela, dimanche 21 janvier, l’ensemble des pays membres et non membres à s’entendre sur la durée. « Nous ne devons pas limiter nos efforts (à des quotas de production) en 2018. Nous devons parler d’un cadre pour notre coopération à plus long terme », a plaidé le ministre saoudien de l’Energie Khaled al-Faleh avant une réunion à Mascate des signataires de l’accord de 2016. Il s’agit de « prolonger au-delà de 2018 le cadre que nous avons établi, c’est-à-dire la déclaration de coopération » entre pays producteurs de l’Opep et pays non membres du cartel comme la Russie, a-t-il ajouté.

Rappelons que cet accord historique (le premier engagement conjoint entre les deux camps depuis près de quinze ans), prévoyait en parallèle l’instauration d’un comité de surveillance de l’accord impliquant trois pays de l’Opep ainsi que deux pays non Opep, dans le but de prévenir toute infraction des quotas fixés par le pacte.

Crédits photo : Khaled al-Faleh (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 18 Déc 2017
A chaque grand rendez-vous ses effets d’annonce. Le 11 décembre, à la veille du sommet de Paris sur le climat, une cinquantaine d’entreprises françaises ont fait part de leurs ambitions en matière de lutte contre le changement climatique, et ont…
lun 22 Déc 2014
Adrew Cuomo, gouverneur de l’État de New York, a prononcé mercredi 17 décembre l’interdiction totale et définitive de recourir à la technique controversée de la fracturation hydraulique dans l'État qu'il administre. Une décision motivée par les risques environnementaux du "fracking",…
lun 16 Déc 2019
Avec quarante heures de retard, la COP25 organisée à Madrid sous la présidence du Chili s’est refermée dimanche 15 décembre. Une COP marquée par d’âpres discussions, mais peu d’annonces importantes. Alors que les attentes étaient grandes, les représentants des états…
mar 10 Sep 2019
Vendredi 6 septembre 2019, Göteborg a été le théâtre d'une vaste action de désobéissance civile. Dans cette ville suédoise, des manifestants ont organisé un rendez-vous international afin de stopper l'usage du "gaz fossile". Une utopie pour beaucoup de villes et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.