L'Opep : vers un accord permanent avec les pays non membres ?

L’Opep : vers un accord permanent avec les pays non membres ?

Prévu à l’origine pour une période de six mois renouvelable, l’accord scellé en décembre 2016 entre l’OPEP et les pays producteurs non membres dans le but d’atteindre un rééquilibrage du marché, pourrait finalement s’étendre à plus long terme. L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, s’est positionnée dimanche 21 janvier 2018, en faveur du renouvellement de cette entente pour une durée illimitée.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres de l’Opep se sont engagés fin 2016 à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei.

Un possible prolongement de l’accord de l’Opep au-delà de 2018

Ce premier accord ayant permis de faire remonter les prix du brut (le prix du baril tourne désormais autour de 70 dollars contre 30 dollars début 2016), l’Arabie Saoudite souhaiterait prolonger cette coopération à long terme et a appelé pour cela, dimanche 21 janvier, l’ensemble des pays membres et non membres à s’entendre sur la durée. « Nous ne devons pas limiter nos efforts (à des quotas de production) en 2018. Nous devons parler d’un cadre pour notre coopération à plus long terme », a plaidé le ministre saoudien de l’Energie Khaled al-Faleh avant une réunion à Mascate des signataires de l’accord de 2016. Il s’agit de « prolonger au-delà de 2018 le cadre que nous avons établi, c’est-à-dire la déclaration de coopération » entre pays producteurs de l’Opep et pays non membres du cartel comme la Russie, a-t-il ajouté.

Rappelons que cet accord historique (le premier engagement conjoint entre les deux camps depuis près de quinze ans), prévoyait en parallèle l’instauration d’un comité de surveillance de l’accord impliquant trois pays de l’Opep ainsi que deux pays non Opep, dans le but de prévenir toute infraction des quotas fixés par le pacte.

Crédits photo : Khaled al-Faleh (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 24 Fév 2017
Si la production de gaz biométhane produit par méthanisation en France se développe progressivement, sa croissance reste aujourd'hui toujours insuffisante pour espérer atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la loi de transition énergétique. Dans le dernier panorama du…
lun 26 Déc 2016
Le groupe énergétique français a officialisé la cession à l'Etat polonais de sa centrale thermique de Polaniec dans le cadre d'un accord signé vendredi 23 décembre dernier avec le groupe public Enea. Cette opération, réalisée pour un montant de 250…
ven 23 Mar 2018
Après trois de années de stagnation liée l’utilisation croissante des énergies renouvelables et du gaz naturel au détriment du charbon, les émissions mondiales de gaz carbonique dans le secteur de la production énergétique sont reparties à la hausse en 2017,…
ven 22 Jan 2016
Petit à petit, la France tourne le dos aux énergies fossiles polluantes. Cette volonté politique, dictée par des impératifs environnementaux, est d'ailleurs inscrite dans la loi sur la transition énergétique et la croissance verte, promulguée en août 2015. C'est pourquoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.