Prix du pétrole brut : l'Agence internationale de l'énergie appelle à la patience - L'EnerGeek

Prix du pétrole brut : l’Agence internationale de l’énergie appelle à la patience

pétrole coronavirus Chine

Si l’engagement des pays membres de l’Opep (et de certains pays non membres) de réduire la production globale de pétrole a bien été respecté pour les mois de janvier et février 2017, les effets sur les cours du barils devront encore attendre. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a en effet appelé les pays producteurs à la patience dans un communiqué publié mercredi 15 mars dernier, les stocks à écouler étant toujours relativement importants.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi fin 2016, à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres s’étaient engagés à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei. De leur côté, les pays membres de l’Opep s’étaient accordés au préalable sur une réduction de leur production de 1,2 mbj à partir du 1er janvier pour une période de six mois renouvelable.

Lire aussi : Pétrole : l’accord de l’Opep s’étend aux pays producteurs non membres

Résultat, pour le deuxième mois de l’année 2017, la production mondiale s’est élevée à 96,52 mbj, soit 260.000 bj de plus sur un mois, mais en baisse de 170.000 bj par rapport à l’année précédente. “Le bon début observé en janvier dans la mise en œuvre de l’accord de production de l’Opep semble s’être maintenu“, a précisé l’AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.

Lire aussi : Pétrole : une production en forte baisse en janvier

Cette nouvelle réduction devrait logiquement permettre à des cours du brut déprimés depuis 2014, d’entamer une remontée des prix, même si cela peut prendre du temps. L’AIE a en effet rappelé la semaine dernière que le rééquilibrage du marché de l’or noir, “encore hoquetant“, nécessiterait en parallèle l’écoulement des stocks en forte augmentation ces dernières années. “Le marché a besoin de temps pour ressentir pleinement l’impact des importantes réductions de l’offre prévues dans les accords de baisse de production. Dans l’intervalle, la volatilité qui s’est soudainement manifestée la semaine dernière se reproduira probablement“, a ajouté l’AIE.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 11 Juin 2018
Les habitants des grandes agglomérations françaises sont habitués aux pics de pollution qui touchent régulièrement leur environnement. Et pour cause, 60% de la population française respirerait un air pollué. À l’approche de l’été et des fortes chaleurs, ce sont les…
mer 5 Avr 2017
En proie à de graves crises énergétiques et fortement dépendant de son voisin nigérian pour son approvisionnement en électricité, le Niger a inauguré, dimanche 2 mars 2017 près de Niamey, la nouvelle centrale thermique de Gorou Banda. D'une puissance de…
jeu 25 Oct 2018
Reportée à plusieurs reprises (initialement prévue en juin), la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) sera finalement présentée en novembre 2018. Interviewée sur RMC, la secrétaire d’Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a changé le calendrier. Il faudra donc encore…
mer 28 Déc 2016
La dépendance européenne au gaz russe se confirme. Selon les dernières déclarations du géant russe Gazprom, la Russie aurait couvert en 2016 près du tiers de la consommation de gaz du continent européen. Un niveau record qui ne semble pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.