L’Allemand Siemens voit deux de ses turbines à gaz détournées vers la Crimée - L'EnerGeek

L’Allemand Siemens voit deux de ses turbines à gaz détournées vers la Crimée

turbines_gaz_siemens

Principal sujet de tensions entre la Russie et l’Union européenne, la Crimée aurait-elle pu bénéficier d’équipements de production électrique en provenance d’Allemagne, au détriment de l’embargo en cours contre cette région ? C’est en tous cas ce qu’affirme le groupe industriel allemand Siemens qui dénonce, dans un communiqué paru le 10 juillet 2017 le détournement vers la Crimée de deux de ses turbines à gaz fournies à l’origine dans le cadre du projet Taman, une centrale thermique en construction dans la région de Krasnodar en Russie.

Sûrement par crainte de se faire sanctionner dans l’avenir, le groupe allemand Siemens a souhaité prendre les devants et révélé lundi 10 juillet dernier dans un communiqué, que deux turbines à gaz qu’ils avaient initialement livrées à la Russie avaient été détournées vers la Crimée contre son grès. “Siemens a reçu de sources fiables l’information qu’au moins deux ensembles de turbines à gaz sur les quatre qui avaient été livrés pour le projet Taman, dans le sud de la Russie, ont été déplacés en Crimée contre notre volonté”, a précisé l’industriel. Cela “constitue une violation claire des contrats de livraison de Siemens, qui interdisent clairement à nos clients de faire des livraisons en Crimée”, a-t-il ajouté.

Lire aussi : L’Ukraine veut stopper les importations de charbon russe au profit des Etats-Unis

Livrées en 2016 à l’entreprise russe TPE pour équiper la future centrale de Taman dans la région de kasnodar en Russie, ces deux turbines auraient été revendues et envoyées dans la Crimée voisine. Annexée par la Russie en 2014, cette région est pourtant sous le joug des sanctions économiques de l’Union européenne et ne peut bénéficier d’aucun accord commercial avec une entreprise européenne. Siemens a donc tenu à rappeler que cette livraison avait été effectuée à son insu. “Au cours des derniers mois, notre client nous a confirmé plusieurs fois par écrit qu’il n’y aurait pas de livraison en Crimée“, a affirmé le groupe allemand.

Lire aussi : Nord Stream 2 : Bruxelles demande des garanties de transparence à la Russie

De son côté, la Russie n’a jamais caché son ambition de mettre fin à la dépendance énergétique de la Crimée envers l’Ukraine et prévoit d’investir plus de 50 milliards roubles (727 millions d’euros) d’ici 2020 pour moderniser les infrastructures électriques de la région. Reste à savoir si les nouveaux équipements sur place sont bel et bien de fabrication russe comme le prétendait lundi en conférence de presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Crédits photo : Siemens

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 7 Déc 2016
Lundi 5 décembre dernier, Benoit Galland, directeur général d’Akuo Energy, premier producteur français indépendant d’énergies renouvelables, et Fady Gemayel, président directeur général de la papeterie Gemdoubs, ont posé la première pierre du chantier de construction de la centrale Cogénération Biomasse…
mar 12 Jan 2016
Sorti le 4 novembre dernier, le jeu Cleanopolis s’est fixé pour objectif de sensibiliser les familles aux enjeux du changement climatique. Téléchargeable sur Google Play et l’Apple Store, il a été créé par la société de jeux vidéo Bulkypix à…
jeu 14 Août 2014
Alors que la moitié des réacteurs nucléaires belges ne fonctionnent plus pour des raisons conjoncturelles, la situation électrique belge pose problème. Ainsi, en plus des deux réacteurs, Doel 3 et Tihange 2, fermés depuis 2012 pour des problèmes techniques, s’ajoute le réacteur…
lun 18 Déc 2017
A chaque grand rendez-vous ses effets d’annonce. Le 11 décembre, à la veille du sommet de Paris sur le climat, une cinquantaine d’entreprises françaises ont fait part de leurs ambitions en matière de lutte contre le changement climatique, et ont…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.