Nord Stream 2 : Bruxelles demande des garanties de transparence à la Russie - L'EnerGeek

Nord Stream 2 : Bruxelles demande des garanties de transparence à la Russie

Vivement critiqué par Bruxelles qui y voit surtout le moyen pour la Russie de renforcer son poids dans l’approvisionnement européen en gaz, le projet controversé du gazoduc Nord Stream 2 continue de diviser les membres de l’UE. Défendu par Berlin, il fait face en parallèle à l’opposition de nombreux pays de l’Est (Pologne en tête) dans un contexte de tensions croissantes avec Moscou, et suscite les inquiétudes de la Commission européenne. L’exécutif européen, qui s’est toujours déclaré défavorable à ce projet, a exprimé de manière officielle, vendredi 9 juin 2017, sa volonté de négocier avec la Russie pour s’assurer que ce gazoduc soit exploité en toute transparence.

Destiné à éviter l’Ukraine (dont le gouvernement est en conflit ouvert avec Moscou depuis l’annexion de la Crimée en 2014), le gazoduc Nord Stream 2 reliera d’ici fin 2019 la Russie à l’Allemagne via la Mer Baltique et doublera les capacités du premier gazoduc (Nord Stream) avec 55 milliards de m3 supplémentaires. Il permettra à toujours plus de gaz russe d’arriver directement en Allemagne et renforcera logiquement la dépendance en gaz de l’Union européenne à la Russie.

Lire aussi : Nord Stream 2 : pourquoi le nouveau gazoduc déchire l’Europe ?

Comme l’explique le président du Conseil européen et dirigeant polonais, Donald Tusk, dans une lettre adressée au président de la Commission, Jean-Claude Juncker, consultée mercredi 7 juin par l’AFP, le projet Nord Stream 2 “nous (l’UE) rendra plus dépendant de l’approvisionnement russe” et “renforcera la position (du géant gazier russe) Gazprom comme fournisseur de gaz dominant au sein de l’UE. Pour résumer, cela ne servira pas les intérêts européens”. Vu d’un mauvais œil par de nombreux pays d’Europe de l’Est, ce projet est donc également très critiqué par la Commission européenne qui souhaiterait au moins pouvoir garantir son exploitation future dans le respect des réglementations communautaires.

Lire aussi : La Pologne reçoit sa première livraison de GNL américain

La Commission a exprimé pour cela sa volonté de négocier directement avec la Russie afin de s’assurer que le gazoduc sera exploité de manière transparente, que les prix ne seront pas discriminatoires, que les tiers pourront y accéder et que les activités de fourniture et de transport seront séparées. L’exécutif européen a formellement demandé au Conseil de l’Union européenne (UE), qui représente les Etats membres, de lui accorder un mandat dans ce sens. Elle rappelle également que la section en mer de Nord Stream 2 est dans une situation particulière puisqu’il se trouve en partie en dehors de la juridiction de l’UE, et qu’il est impératif de “négocier un cadre juridique spécial qui tienne compte des principes fondamentaux du droit international et du droit” européen. Ce gazoduc “ne peut pas être exploité dans un vide juridique ou uniquement selon le droit de l’énergie d’un pays tiers”, a insisté le commissaire à l’Energie, Miguel Arias Canete.

Crédits photo : Nord Stream

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 4 Juil 2016
Déjà très impliquée en Afrique, Bouygues va continuer d’investir et, cette fois-ci, il s'agit de réserves de gaz naturel en Côte d’Ivoire. Parallèlement, la filiale du groupe dédiée à l’exploration et la production d’hydrocarbures, Foxtrot International,  vient de revoir à…
lun 28 Nov 2016
A seulement quelques jours de la prochaine réunion de l'Opep à Vienne, les pays exportateurs de pétrole sont toujours engagés dans d'âpres négociations. Visant à obtenir une limitation de la production pétrolière, elles créent une situation instable responsable pour une large…
Pour sa première grande visite diplomatique hors du Vieux Continent, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve est en Chine à compter d'aujourd'hui afin de renforcer les relations diplomatiques et commerciales avec Pékin dans un contexte international quelque peu bouleversé depuis…
D’après le rapport annuel de l'Agence des participations de l’État, publié jeudi 27 octobre, les entreprises dont l’État est actionnaire ont rapporté 3,9 milliards d’euros de dividendes en 2015, deux énergéticiens se classant parmi les 5 premiers contributeurs. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.