Fukushima : les fuites d’eau radioactive classées « incident grave » - L'EnerGeek

Fukushima : les fuites d’eau radioactive classées « incident grave »

fukushima_photo_ kawamoto takuoLa fuite de 300 tonnes d’eau hautement radioactive survenue ces derniers jours sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima vient d’être classée au niveau 3 de l’échelle internationale de classement des incidents et accidents nucléaire (INES) par l’Autorité de sûreté nucléaire japonaise en raison de la gravité qu’elle représente.

D’abord classée en niveau 1 (« anomalie »), la fuite de 300 tonnes d’eau contaminée qui se déversent quotidiennement dans l’océan Pacifique relève désormais du niveau 3 (« incident grave »).

L’INES est un indicateur qui permet de mesurer la gravité d’un événement nucléaire civil : des échelons 1 à 3, on parle d’ « incident nucléaire », et des niveaux 4 à 7 d’ « accident nucléaire ». Dans l’histoire de l’humanité, l’échelon maximal (numéro 7) a été atteint deux fois, lors de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, et en 2011 au tout début de l’accident nucléaire de Fukushima, survenu après un séisme et un tsunami.

La radioactivité mesurée à 50 centimètres au-dessus des flaques d’eau qui sont répandues aux alentours de la centrale a été estimée à 100 millisieverts par heure (mSv/h). En d’autres termes, un tel niveau de radioactivité peut rendre une personne malade après 10 heures d’exposition seulement (nausées, chute du nombre de globules blancs…).

Le vice PDG de Tepco (opérateur de la centrale de Fukushima), Zengo Aizawa, a déclaré qu’il y a bel et bien « une possibilité que l’eau contaminée, la terre et le sable aient coulé dans un petit ruisseau et soient allés jusqu’à la mer », représentant « un facteur de risque et de danger ». Le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a quant à lui jugé cette situation « déplorable ».

Plusieurs fois au cours de ces derniers mois, la centrale de Fukushima a subi des pannes d’électricité et des fuites d’eau. La compagnie Tepco a ainsi été mise en doute quant à sa capacité à procéder aux opérations de nettoyage sur le site. En cause, également, la communication de l’opérateur, qui a longtemps nié que de l’eau contaminée s’écoulait dans l’océan Pacifique, avant de passer aux aveux ce mois-ci.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mer 11 Fév 2015
L'électricien français EDF a procédé, samedi 24 janvier, à l'arrêt du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Chooz, dans les Ardennes. Cette opération, baptisée "visite partielle", n'a rien d'exceptionnel puisqu'elle était prévue de longue date. Elle intervient en effet tous…
ven 8 Sep 2017
Le 24 août 2017, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique et les autorités du Kazakhstan ont inauguré une banque d'uranium. Une première à l'échelle mondiale car si certains pays sont déjà dotés de ce genre de banques, aucune organisation n'avaient jamais…
mer 3 Déc 2014
Depuis le 1er décembre 2014, la société Maxatomstrom propose aux ménages allemands soucieux de réduire leur empreinte carbone, de souscrire à un contrat d'énergie 100% nucléaire. L'annonce a été faite par cette société à l'occasion de l'ouverture de la Convention-cadre…
mer 25 Mar 2015
L'unité de production n°3 de la centrale nucléaire de Hongyanhe, située dans le Nord de la Chine, au bord du Golfe de Corée, est désormais pleinement opérationnelle. Le lancement de ce troisième  réacteur nucléaire, effectué le lundi 23 mars, intervient…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.