Fuites d’eau et émanations de vapeur : le point à Fukushima - L'EnerGeek

Fuites d’eau et émanations de vapeur : le point à Fukushima

fukushima_Greg Webb-IAEALa centrale nucléaire de Fukushima (Japon), ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, est toujours en état de démantèlement. Alors que le gouvernement nippon, mené par le pro-nucléaire Shinzo Abe, a décidé de rouvrir deux réacteurs du parc nucléaire japonais à Ohi, les incidents se multiplient à Fukushima – fuites d’eau, émanations de vapeur… – et la communication de Tokyo Electric Power (Tepco), la société qui exploite la centrale, fait l’objet de critiques récurrentes.

 

[stextbox id=”info”]Des incidents quotidiens[/stextbox]

L’autorité de régulation du secteur nucléaire du Japon va ouvrir une enquête, comme l’a indiqué mardi 30 juillet un de ses responsables. En cause, des fuites d’eau radioactive émanant de la centrale de Fukushima et se déversant dans l’océan Pacifique voisin, mais également de nombreuses émanations de vapeur du réacteur numéro 3 de la centrale.

La compagnie Tepco ignore l’origine des vapeurs. Elle émet toutefois l’hypothèse d’une évaporation d’eau de pluie accumulée. Quant aux fuites d’eau, les explications fournies par les responsables de Tepco demeurent évasives : « nous ne savons toujours pas la cause précise de ces fuites, qui sont plus compliquées que nous ne le pensions ».

Depuis que son démantèlement a été décidé, environ 3.000 ouvriers et techniciens travaillent sur le site de la centrale de Fukushima. Ceux-ci sont confrontés de manière permanente à la radioactivité des lieux.

Une récente étude officielle a par ailleurs avancé des chiffres à la hausse concernant le coût de la décontamination de la région autour de la centrale : environ 5.800 milliards de yens (soit 44 milliards d’euros), cinq fois plus cher que ce qui avait été initialement prévu par les autorités japonaises.

 

[stextbox id=”info”]La compagnie Tepco sous le feu des critiques[/stextbox]

Très récemment, c’est la compagnie Tepco qui a fait l’objet de toutes les critiques pour sa mauvaise communication. Ses responsables viennent de reconnaître que l’eau souterraine exposée à de nombreux élément radioactifs (tritium, strontium, césium…) ne stagnait pas sous terre, comme elle l’a pendant longtemps prétendu, mais descendait jusqu’à l’océan.

La manière dont Tepco informe le public a été jugée malhonnête : « une telle communication est très mauvaise. Cela montre que vous ne savez pas ce que vous faites », s’indigne Dale Klein, un expert américain de l’énergie atomique. Quant au ministre du Commerce Toshimitsu Motegi, il a jugé la lenteur de Tepco à admettre les fuites « extrêmement déplorable ».

Naomi Hirose, le patron de Tepco, a de nouveau présenté ses excuses « pour l’accident de Fukushima qui a causé des soucis et dommages à la population ».

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mer 18 Sep 2013
Le 12 septembre l’ASN a demandé à EDF d’appliquer une surveillance renforcée des eaux souterraines de la centrale nucléaire du Tricastin, dans la Drôme, où l’électricien à détecté en juin "une présence anormale" de tritium dans les eaux souterraines situées…
jeu 27 Nov 2014
L'agence de notation américaine Moody s'est intéressée, dans une de ses dernières études, aux perspectives de l'énergie nucléaire dans sept pays (Chine, Corée du Sud, Japon, États-Unis, Royaume-Uni, France et Allemagne). Les conclusions de ce rapport sont sans appels :…
jeu 5 Déc 2013
Le nucléaire civil sera l’un des principaux sujets abordés dans le cadre du déplacement de Jean-Marc Ayrault en Chine. En témoigne la présence à ses côtés du PDG d’EDF, Henri Proglio, et de Luc Oursel, dirigeant d’Areva, pendant ce voyage…
mar 22 Avr 2014
Validé par l’avis positif de l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) rendu public ce jeudi 17 avril, le projet de réacteur nucléaire de quatrième génération mené à bien par le Commissariat à l’énergie atomique devrait poursuivre et voir le jour à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.