Le calorifugeage, un atout efficace contre les déperditions de chaleur

Le calorifugeage, un atout efficace contre les déperditions de chaleur

calorifugeage_tuyaux_renovation_energetique

Encouragés par la loi de transition énergétique, les travaux d’efficacité énergétique des immeubles ne concernent pas seulement l’isolation des toits ou des murs. Les équipements d’eau chaude sanitaire et de chauffage sont également responsables de fortes déperditions d’énergie et peuvent faire l’objet de travaux d’isolation à la fois simples, efficaces et peu coûteux. Le calorifugeage, pratique qui consiste à recouvrir les tuyaux et autres réservoirs d’eau chaude d’un isolant, est aujourd’hui largement mis en avant pour la rénovation énergétique des immeubles et autres copropriétés. Explications.

Les tuyaux, une source de déperdition de chaleur importante

Les tuyaux d’eau chaude d’un immeuble destinés au chauffage ou à l’eau chaude sanitaire sont généralement responsables d’importantes déperditions de chaleur. L’eau chaude produite par la chaudière collective arrive dans les tuyaux à une température d’environ 55°C, mais peut diminuer de manière significative avant d’arriver dans les logements si les tuyaux sont mal isolés ou passent dans un sous-sol non-chauffé par exemple. Jusqu’à 10°C peuvent être perdus depuis la sortie de la chaudière quelques mètres en amont.

Pour remédier à cette perte d’énergie significative, le gouvernement encourage les copropriétés à lancer des travaux d’isolation des équipements d’eau chaude sanitaire et de chauffage. Le calorifugeage permet dans ce cadre de maintenir la chaleur produite à une température élevée et d’éviter ainsi les déperditions trop importantes. Il permet grâce à de légers travaux de rénovation énergétique, de moins chauffer, et donc de moins consommer. Le système de chauffage est ainsi beaucoup plus efficace et les charges de la copropriété baissent à court terme.

L’isolation du réseau hydraulique de chauffage et d’eau chaude sanitaire

Dans les faits, le calorifugeage se traduit par le recouvrement des tuyaux d’eau chaude, des citernes ou des réservoirs (comme le ballon d’eau chaude), par un calorifuge, un matériau hautement isolant appliqué sous forme de coquilles de fibres, de bandes de fibres ou de manchons de mousse en plastique (laine de roche ou de verre, liège, polystyrènes, mousses phénoliques, verre cellulaire, etc.). Cette gaine épaisse entoure les tuyaux ainsi que les points de déperdition importants comme les coudes, les angles et les vannes. Difficile à isoler, ces points cruciaux dans l’isolation des tuyaux sont trop souvent délaissés, et créent des ponts thermiques, causes d’une déperdition importante de chaleur et donc d’énergie.

L’isolation complète des tuyaux et de ces points sensibles permet à terme de réaliser des économies importantes dans la copropriété, mais également d’éviter le gel, la condensation ou le givre. Parmi les différents travaux de rénovation énergétique d’un immeuble, le calorifugeage est aussi le moins lourd à mettre en œuvre et celui dont l’efficacité est instantanée. Vous pouvez espérer diviser par six les déperditions par mètre linéaire dès les travaux finalisés, et atteindre un gain sur la facture de 5 à 10% si le réseau est important et contenu en grande majorité dans une partie non chauffée du bâtiment.

A noter, le calorifugeage est bien sûr applicable à une installation individuelle mais sachez que sa plus-value sera moindre. Cette technique s’impose surtout lorsque les points de distribution de l’eau sont éloignés de la source de production et que les canalisations sont installées en grande partie dans des espaces non chauffés (cave, grenier, garage, etc.).

Des travaux éligibles au dispositif CEE

Faciles et rapides à mettre en place, ces travaux de rénovation ne nécessitent aucun vote en assemblée générale de copropriété, puisqu’aucun investissement n’est demandé aux propriétaires ou aux locataires des logements de l’immeuble. Le calorifugeage des tuyaux d’un immeuble est compris dans le dispositif des Certificats d’économie d’énergie qui prévoit le cas échéant et sous certaines conditions, la prise en charge totale des travaux d’efficacité énergétique par les opérateurs du secteur. Si votre immeuble est éligible, vos travaux d’isolation de tuyaux d’eau chaude et de chauffage peuvent être entièrement subventionnés. Pour vérifier l’éligibilité de votre immeuble, rendez-vous sur www.moncalorifugeagegratuit.fr.

Pour bénéficier de ce financement et se prémunir des arnaques relativement courantes dans ce secteur, vérifiez bien que les fiches d’opérations standardisées éditées par le Ministère pour encadrer les travaux aient été respectées afin de garantir la qualité des travaux effectués et la performance des isolants installés. Il s’agit des normes BAR-TH-115 « Isolation d’un réseau hydraulique de chauffage » et/ou BAR-TH-131 « Isolation d’un réseau hydraulique d’eau chaude sanitaire ».

En dehors de ces subventions, le calorifugeage reste une intervention peu coûteuse et relativement accessible. Comptez environ 40 euros TTC par mètre linéaire lorsque les travaux sont réalisés par un professionnel et près de 10 euros TTC / ml lorsque que vous effectuez les travaux par vous-même.

Crédits photo : GeoPLC

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 7 Juil 2017
Soumis à de fortes pressions économiques par ses voisins arabes qui l’accusent de soutenir "le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, le Qatar ne s’en laisse pas conter et envisage même de renforcer ses positions sur le marché mondial du…
mer 31 Août 2016
Malgré la progression des énergies renouvelables, le nombre de centrales thermiques en activité et en projet à l'heure actuelle reste très important à l'échelle internationale et impose la mise en œuvre de technologies de purification des fumées. Les techniques de…
mar 28 Jan 2014
Une tendance se dégage de la dernière étude PwC sur le facteur carbone des principaux électriciens européens : alors que la production des énergéticiens  a reculé  en 2012 (-34 TWh), principalement en raison du ralentissement économique, les émissions de CO2…
ven 26 Juin 2015
Les sénateurs de la Commission des affaires économiques, qui se sont penchés sur le projet de loi sur la transition énergétique jusqu'au 17 juin dernier, ont adopté en nouvelle lecture deux amendements qui fixent un objectif de prix pour les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *