Innovation : des chercheurs créent une nouvelle "fibre" productrice d'électricité - L'EnerGeek

Innovation : des chercheurs créent une nouvelle « fibre » productrice d’électricité

fibre_production_electricite

Des chercheurs du NanoTech Institute de l’université du Texas à Dallas et de l’université sud-coréenne de Hanyang ont mis au point un nouveau matériau qui pourrait bien révolutionner la production d’électricité dans les années à venir. Détaillés dans la revue scientifique américaine Science jeudi 24 août 2017, leurs travaux présentent une nouvelle fibre capable de générer un champ électrique lorsqu’elle est étirée ou vrillée. Explications.

Baptisée Twistron, cette fibre est composée de nanotubes de carbone (des cylindres creux dont le diamètre est 10.000 fois plus petit qu’un cheveu) qui réagissent à leur environnement, et peuvent générer de l’électricité une fois submergées dans l’eau de mer par exemple, ou induit d’une substance conductrice d’ions ou d’électrolyte (un simple mélange de sel de table et d’eau suffit).

Lire aussi : Recherche : exploiter les courants d’air dans la production d’électricité

« Lorsque vous plongez les fibres en nanotubes de carbone dans un bain d’électrolyte, les fibres sont chargées par l’électrolyte elle-même. Aucune batterie externe, ni mise sous tension électrique, ne sont nécessaires », explique Na Li, scientifique du NanoTech Institute de Dallas. A terme, ce matériau pourrait donc produire du courant grâce aux simples mouvements des vagues de l’océan ou à des changements de température, précisent les conclusions de ces travaux publiées dans la revue américaine Science.

Si cette technologie reste aujourd’hui à un stade expérimental et n’est pas en mesure pour le moment d’être développée à grande échelle, plusieurs applications sont déjà envisageables à court terme en lien avec les objets connectés. Un Twistron suffit par exemple à alimenter une ampoule LED et plusieurs Twistrons tissés dans un vêtement peuvent permettre d’alimenter un appareil respiratoire autonome. « Il y a beaucoup d’intérêt à utiliser l’énergie gaspillée pour alimenter les objets connectés« , poursuit Mme Li. « La technologie Twistron pourrait être exploitée pour toutes les applications où changer les batteries n’est pas pratique« .

Crédits photo : Science Mag

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Oct 2014
D'ici une trentaine d'années, le soleil pourrait bien devenir la ressource dominante dans les mix électriques mondiaux. C'est en tout cas le scénario révélé lundi 29 septembre par l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE). L'organisation internationale fondée par l'OCDE en 1974 a…
jeu 29 Sep 2016
Alors que le nombre de personnes concernées par la précarité énergétique augmente trois fois plus vite que les prix de l’énergie, l’Association des acteurs locaux de l’énergie (Amorce) et la fondation Abbé Pierre dénoncent l'impuissance des pouvoirs publics sur le…
mar 19 Fév 2013
L’énergéticien espagnol vient de recevoir l’autorisation pour la construction d’un parc éolien de 288 MW en Écosse. 96 éoliennes seront érigées au sud de l’Ecosse, dans la municipalité de Barnhill (Iberdrola exploite déjà deux parcs éoliens dans cette zone). Le…
lun 17 Juil 2017
EDF Energy Renewables, la filiale britannique du groupe français EDF EN spécialisée dans les énergies renouvelables, a annoncé jeudi 13 juillet 2017, l’acquisition d’un ensemble de projets éoliens en Ecosse d’une capacité de plus de 600 MW. Cette capacité de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *