Un cluster énergies et stockage pour la Nouvelle-Aquitaine - L'EnerGeek

Un cluster énergies et stockage pour la Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, les énergies renouvelables sont déjà bien implantées et elles représentent à l’heure actuelle 20% de l’énergie consommée. Mais pour monter en puissance, il faut que les acteurs de la filière travaillent tous main dans la main. En décloisonnant le secteur des ENR, le cluster énergies et stockage qui vient de voir le jour en Nouvelle-Aquitaine doit répondre aux enjeux énergétiques ainsi que commerciaux. Cette nouvelle étape dans l’organisation de la filière énergie de la région vise à structurer les acteurs autour de projets communs, avec un réseau de communication et de soutiens qui devrait faciliter la mise en place des nouveaux projets. Le but affiché est de donner un coup d’accélérateur à la transition énergétique sur l’ensemble du territoire en renforçant le potentiel des énergies renouvelables aussi bien en ce qui concerne leur production que pour tout ce qui touche à leur stockage.

Un cluster : comment ça marche ?

A l’instar des entreprises qui fonctionnent de plus en plus en mode projet avec des pôles de compétitivité en interne, de plus en plus de territoires mettent en place des clusters pour travailler plus efficacement sur des sujets spécifiques. C’est le cas de la région Nouvelle-Aquitaine qui a lancé, le 12 juillet 2017, son cluster énergie et stockage. Le principe ? Réunir les 250 acteurs de la filière énergétique autour du seul axe de développement des énergies renouvelables. Acteurs publics et privés, recherche et industrie, agences nationales, solaire, éolien, hydrolien…  Désormais, ils vont tous travailler ensemble pour développer la part des ENR dans la région. La feuille de route dressée par la région est d’ailleurs très claire : pour augmenter la part des ENR dans le mix énergétique de la région, il faudra non seulement développer la capacité de production, mais aussi mettre en place des solutions de stockage de l’énergie innovantes, sans parler de repenser le réseau pour gagner en agilité et en performance. En France, c’est la première fois qu’un cluster régional est créé pour travailler sur les problématiques des ENR.

La région Nouvelle-Aquitaine a déjà listé les entreprises du territoire qui prendront part au cluster.

Une stratégie basée sur l’innovation

Dans le détail, le cluster devra couvrir plusieurs champs d’action, aussi bien en ce qui concerne la mise en relation des différents acteurs de l’énergie sur le territoire que pour la mise en place de projets innovants. L’innovation va d’ailleurs être l’une des préoccupations majeures puisque le cluster devra permettre la mise en place de projets collaboratifs pour expérimenter de nouvelles solutions sur l’ensemble du territoire. Il s’agira de développer des technologies de stockage de l’énergie pour répondre aux demandes des usagers et notamment des industriels. A ce titre, la région veut faire du cluster un atout pour attirer les entreprises dans la région. Des entreprises qui pourront compter sur une expertise et des solutions innovantes afin de soutenir leur activité. A l’heure où les problématiques énergétiques sont plus que jamais au cœur des stratégies d’entreprises, le cluster pourrait faire la différence et permettre à la Nouvelle-Aquitaine de s’affirmer en région leader des innovations énergétiques.

Et pour faire face aux nombreux défis de l’innovation, le cluster énergies et stockage peut compter sur un soutien de poids : la région a signé un partenariat avec l’ADEME. Ce soutien de l’ADEME permettra à la région de bénéficier d’une expertise dans le domaine de l’innovation mais il vise aussi à faciliter les financements  des futurs projets. L’ADEME a déjà investi 19 millions d’euros en 2016 dans différents projets énergétiques du territoire de la Nouvelle-Aquitaine.

Plusieurs projets déjà en chantier

Avec ce cluster énergies et stockage, la région Nouvelle-Aquitaine compte bien s’imposer comme la région la plus compétitive sur le marché des ENR. Et plusieurs projets sont déjà en chantier, qui symbolisent le dynamisme de ce territoire vert. Newheat, entreprise bordelaise, vient ainsi de boucler sa levée de fonds de 1,8 million d’euros. Grâce au financement récolté, ce spécialiste de la construction et de l’exploitation d’installations solaires va pouvoir développer son projet de centrale solaire thermique. La centrale, qui devrait être construite en France d’ici l’année prochaine, sera non seulement la plus grande de l’hexagone mais elle représentera aussi une innovation technologique mondiale en embarquant des trackers.

Par ailleurs, après deux années de négociations, la Nouvelle-Aquitaine devrait aussi signer un partenariat avec l’entreprise canadienne Hydro Québec, spécialisée dans l’électricité verte. Si le partenariat est bien signé comme prévu en septembre 2017, une usine de batteries chimiques devrait être implantée dans les prochaines années. Ces batteries nouvelle génération affichent une durée de vie supérieure à la moyenne ainsi qu’une puissance dix fois plus importante que les modèles actuels du marché.

Enfin, la région a été choisie pour l’installation d’un Hydrogène Lab. Ce site industriel fait partie du projet mis au point pour la Nouvelle France industrielle. Cinq sites seront construits afin de développer le stockage de l’hydrogène en France. L’unité de travail devrait ouvrir ses portes fin juillet 2017.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Avr 2017
Transition énergétique, déploiement des smart grids… La redistribution des cartes dans l’industrie énergétique n’a jamais été aussi importante, et elle implique désormais une évolution majeure pour les gestionnaires de réseau. C’est cette évidence qui a poussé les deux opérateurs français…
mer 12 Avr 2017
Organisée pour la 9ème année consécutive du 12 avril au 6 mai 2017 par le Parc national de La Réunion, en partenariat avec la SEOR et le groupe EDF, les Nuits sans Lumière mettront une fois encore l'accent sur la…
lun 13 Mar 2017
Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), la concurrence sur les marchés du gaz et de l'électricité en France s'est intensifiée en 2016. Les particuliers et les professionnels auraient continué à se détourner des tarifs réglementés du gaz et…
mar 18 Nov 2014
Barbara Hendricks, ministre allemande de l'Environnement, vient de présenter à ses collègues du gouvernement Merkel III un plan d'action pour lutter contre le réchauffement climatique. Son objectif principal étant de permettre à l'Allemagne d'atteindre en 2020 son objectif de réduction…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *