Les fournisseurs d'énergie se mettent à l'heure du Big data - L'EnerGeek

Les fournisseurs d’énergie se mettent à l’heure du Big data

centre_national_réseau_électrique

Étroitement liées, les notions d’efficacité énergétique et de Big data imposent aux fournisseurs et distributeurs d’énergie d’entamer une véritable révolution numérique et digitale de leurs installations. Un processus prometteur en termes de rentabilité mais également très coûteux à mettre en place et pour lequel la majorité des opérateurs français ont décidé de mutualiser leurs moyens. Plus d’une centaine de distributeurs d’électricité et de gaz (Enedis, GRDF distributeurs locaux, etc.) ont en effet annoncé vendredi 23 juin 2017, la création d’une agence commune de services numériques dans le but d’accompagner la transition énergétique. Une première en Europe.

La collecte et le traitement des données

L’essor d’Internet a entraîné l’explosion du volume des données collectées et conservées. Les objets connectés se multiplient dans notre quotidien et relèvent des quantités d’informations nous concernant, alimentant ainsi le « Big Data ». Ce terme, apparu dans les années 2000, désigne un outil illimité permettant le traitement et l’interprétation des dites données (cet outil traite, avec une haute vélocité, de gros volume et une grande variété de données) dans le but de faciliter la prise de décision.

Lire aussi : L’avenir de l’énergie se trouve dans les data, Astana l’a bien compris

Les perspectives du traitement des Big data sont considérables et pour la plupart, encore insoupçonnées. On évoque souvent de nouvelles possibilités d’exploration de l’information diffusée par les médias, de connaissance et d’évaluation, d’analyse tendancielle et prospective (climatiques, environnementales ou énergétiques), de gestion des risques (commerciaux, assuranciels, industriels, naturels) ou de suivi de santé. En médecine par exemple, l’analyse de ces données pourrait permettre une meilleure stratégie préventive des maladies ou une gestion plus efficace des systèmes de santé. Certains estiment même que les Big data pourraient devenir à terme un critère de compétitivité pour les entreprises en les aidant à réduire leurs risques et en facilitant la prise de décision, via une analyse prédictive et une « expérience client » plus personnalisée et contextualisée.

Le Big data au service de l’optimisation énergétique

Appliqué à l’énergie, le Big data fournit des systèmes intelligents capables de faire des prédictions et de dégager des espaces d’optimisation. Les nouvelles exigences de transition énergétique en matière d’efficacité ont en effet placé les données au centre des stratégies de développement, et les opérateurs tentent tous désormais de proposer de nouveaux services d’optimisation énergétique basés sur ces données de consommation et de production toujours plus précises. L’efficacité énergétique active, par exemple, vise à réaliser des économies d’énergie en optimisant le fonctionnement des équipements et des systèmes énergétiques grâce à des systèmes intelligents de mesure, de contrôle et de régulation (ex. : chauffage/climatisation, éclairage).

Compteurs linkyLa généralisation sur l’ensemble des territoires des « smart grids » ou réseaux électriques intelligents est pour cela indispensable, et permet d’ores et déjà de mettre à profit les technologies informatiques et de télécommunication dans le but d’optimiser le transport d’énergie des points de production vers ceux de distribution. Les compteurs intelligents ou « smart meters » (électricité et gaz), symboles de ces nouveaux réseaux, sont actuellement déployés partout en Europe (Linky en France) et devraient équiper près de 72% des consommateurs européens à l’horizon 2020. Ils permettront notamment d’augmenter l’efficacité énergétique via une meilleure connaissance et un pilotage actif de la consommation, l’intégration des productions renouvelables, ou l’insertion des véhicules électriques sur les réseaux électriques, et contribueront ainsi à réduire nos émissions de gaz à effet de serre et à lutter plus efficacement contre le changement climatique.

La mutualisation des moyens numériques

Problème, cette nouvelle donne technologique coûte relativement chère à mettre en place et tous les acteurs du marché n’ont pas forcément les moyens financiers de s’y adapter. Comme l’explique à l’AFP Chantal Genermont, directrice numérique d’Enedis, filiale d’EDF chargée d’une grande partie du réseau de distribution d’électricité en France, « il y a de plus en plus d’obligations pour les distributeurs de publier des données, de mettre à disposition des bilans » (de production, de consommation, etc.). Cela impose aux distributeurs, même les plus petits, d’avoir des ressources de « très haut niveau », ajoute-t-elle.

Des exigences difficiles à remplir qui ont finalement incité de nombreux distributeurs français à coopérer via la création d’une agence commune de services numériques destinée à accompagner la transition énergétique. Cette nouvelle entité réunira des spécialistes de la gestion de données au sein d’un « guichet unique » pour tous les acteurs du secteur de l’énergie, et leur permettra de « faciliter » leurs démarches pour s’adapter aux évolutions du marché, comme la vente sur le marché de l’électricité issue des énergies renouvelables ou l’effacement d’électricité. L’objectif est de « mettre en commun des moyens pour assurer les services numériques » destinés à tous les acteurs engagés dans la transition énergétique (producteurs d’électricité, de gaz, fournisseurs d’énergie, start-up, collectivités, etc.), ont expliqué vendredi dernier les 170 signataires dans un communiqué commun.

Lire aussi : Open Data : EDF ouvre ses données sur la Corse et l’Outre-mer

Librement, toute personne pourra alors consulter les flux de consommation et de production sur le territoire ou le parc d’installations de production d’énergies renouvelables raccordé au réseau. Une société qui possède des sites dans de nombreuses régions pourra obtenir par exemple, via l’Agence, l’ensemble de ses données de consommation d’énergie sans avoir à contacter chaque distributeur sur les territoires concernés. Au même titre, une start-up qui voudrait proposer des services ou solutions d’efficacité énergétique pourra également avoir accès aux données disponibles (open data) dont elle aurait besoin.

Crédits photo : RTE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 2 Oct 2016
Vendredi 30 septembre, la présidente de la COP21, Ségolène Royal, et le président du conseil européen, Donald Tusk, ont annoncé que les Vingt-Huit Etats membres de l’Union européenne avaient l’intention de ratifier l’accord de Paris, qui devrait s'appliquer avant le…
lun 24 Juil 2017
Si les rapports successifs de l’ANFR et de l’ANSES (aussi rassurants soient-ils) ne semblent pas suffire pour convaincre les communes encore récalcitrantes à l’idée d’accueillir les nouveaux compteurs Linky sur leur territoire, la justice devrait finalement mettre un terme définitif…
jeu 1 Déc 2016
Avec 35 millions de compteurs installés en France à l'horizon 2021, le projet "Linky" est présenté par ses promoteurs comme une étape clé de la transition énergétique. Pour ses opposants, en revanche, il est perçu comme un moyen d'attenter à…
mar 2 Sep 2014
Alors que plusieurs centaines de millions de piles sont produites, vendues et jetées chaque années en France, des ingénieurs parisiens proposent aujourd'hui de réduire significativement cette source de pollution par la réalisation d'une pile fonctionnant à l'infini. Baptisée Pilo, cette…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *