Nucléaire : l'Afrique du Sud prête à signer de nouveaux accords de coopération Nucléaire : l'Afrique du Sud prête à signer de nouveaux accords de coopération

Nucléaire : l’Afrique du Sud prête à signer de nouveaux accords de coopération

Interpellé par la justice sur le manque de transparence des accords signés dans le cadre du nouveau programme nucléaire, le gouvernement sud-africain n’entend pas pour autant renoncer à l’énergie nucléaire, considérée comme indispensable pour garantir la stabilité du réseau. La ministre sud-africaine de l’Energie Mmamoloko Kubayi a en effet annoncé samedi 13 mai 2017 que de nouveaux accords de coopération en vue de la relance du programme nucléaire civil seraient signés, dans le stricte respect des règles constitutionnelles.

Désireux de se défaire de sa dépendance au charbon dans sa production d’électricité, l’Afrique du Sud évoque depuis 2010 maintenant la relance de son programme nucléaire civil afin de compléter la seule centrale actuellement en service sur le continent africain, à Koeberg. Plusieurs accords de coopération ont été signés ces dernières années avec la France, la Chine, la Russie, les Etats-Unis ou la Corée du Sud, en vue de l’attribution finale du contrat nucléaire à l’issue d’un appel d’offres entre les cinq pays.

Lire aussi : Afrique du Sud : des communes menacées de coupures de courant pour défaut de paiement

Saisie par des ONG qui dénonçaient l’opacité de ce processus, la justice a toutefois ordonné fin avril la suspension de trois de ces accords pour manque de transparence. Si le gouvernement n’a pas souhaité faire appel de cette décision, il entend de son côté maintenir le processus en cours et signer de nouveaux accords avec les parties concernées dès que possible. « Il est important de noter que nous n’avons pas l’intention d’utiliser les accords actuels mais que nous allons signer de nouveaux accords avec les cinq pays concernés », a expliqué la ministre de l’Energie, indiquant que la procédure serait ensuite soumise à l’examen du Parlement.

Lire aussi : Nucléaire sud-africain : un premier appel d’offres lancé en juin 2017 ?

Initialement prévu pour permettre l’installation de 9 600 MW, d’ici 2030, le programme nucléaire avait été revu à la baisse à court terme pour une capacité de 1 359 MW. La compagnie publique d’électricité Eskom avait relancé, en décembre dernier, une demande de renseignement (RFI), en collaboration avec le Trésor public d’Afrique du Sud afin de mieux évaluer les coûts et la faisabilité de ce projet.

Crédits photo : Paul Scott

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 19 Fév 2014
Le secteur nucléaire est l’un des premiers employeurs dans l’industrie de la France. Il emploie directement 125.000 personnes sur l’ensemble du territoire selon une étude du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers Advisory, réalisée à l’initiative d’Areva en 2011. La chambre de commerce…
lun 18 Mar 2013
Dans une résolution adoptée jeudi 14 mars, les députés européens ont demandé à ce que les améliorations recommandées suite aux tests de résistances des réacteurs de l’UE soient mise en œuvre le plus rapidement possible. « Les tests ont révélé que…
mer 1 Fév 2017
Selon une source proche du dossier relayée par BFM Business, le groupe chinois CNNC ne participera pas dans l'état actuel des négociations à l'augmentation de capital d'Areva prévue dans le cadre du plan de restructuration et de recapitalisation du géant…
mar 27 Juin 2017
Remise en cause ces derniers mois par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison de teneurs en carbone excessives, la qualité de la cuve du futur réacteur EPR de Flamanville dans la Manche ne poserait en réalité aucun problème de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *