Nucléaire : l'Afrique du Sud prête à signer de nouveaux accords de coopération - L'EnerGeek

Nucléaire : l’Afrique du Sud prête à signer de nouveaux accords de coopération

nucleaire_congo-afrique_du_sud

Interpellé par la justice sur le manque de transparence des accords signés dans le cadre du nouveau programme nucléaire, le gouvernement sud-africain n’entend pas pour autant renoncer à l’énergie nucléaire, considérée comme indispensable pour garantir la stabilité du réseau. La ministre sud-africaine de l’Energie Mmamoloko Kubayi a en effet annoncé samedi 13 mai 2017 que de nouveaux accords de coopération en vue de la relance du programme nucléaire civil seraient signés, dans le stricte respect des règles constitutionnelles.

Désireux de se défaire de sa dépendance au charbon dans sa production d’électricité, l’Afrique du Sud évoque depuis 2010 maintenant la relance de son programme nucléaire civil afin de compléter la seule centrale actuellement en service sur le continent africain, à Koeberg. Plusieurs accords de coopération ont été signés ces dernières années avec la France, la Chine, la Russie, les Etats-Unis ou la Corée du Sud, en vue de l’attribution finale du contrat nucléaire à l’issue d’un appel d’offres entre les cinq pays.

Lire aussi : Afrique du Sud : des communes menacées de coupures de courant pour défaut de paiement

Saisie par des ONG qui dénonçaient l’opacité de ce processus, la justice a toutefois ordonné fin avril la suspension de trois de ces accords pour manque de transparence. Si le gouvernement n’a pas souhaité faire appel de cette décision, il entend de son côté maintenir le processus en cours et signer de nouveaux accords avec les parties concernées dès que possible. “Il est important de noter que nous n’avons pas l’intention d’utiliser les accords actuels mais que nous allons signer de nouveaux accords avec les cinq pays concernés”, a expliqué la ministre de l’Energie, indiquant que la procédure serait ensuite soumise à l’examen du Parlement.

Lire aussi : Nucléaire sud-africain : un premier appel d’offres lancé en juin 2017 ?

Initialement prévu pour permettre l’installation de 9 600 MW, d’ici 2030, le programme nucléaire avait été revu à la baisse à court terme pour une capacité de 1 359 MW. La compagnie publique d’électricité Eskom avait relancé, en décembre dernier, une demande de renseignement (RFI), en collaboration avec le Trésor public d’Afrique du Sud afin de mieux évaluer les coûts et la faisabilité de ce projet.

Crédits photo : Paul Scott

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 19 Mar 2024
Avec la polarisation du monde, la France vise à assurer sa capacité de dissuasion nucléaire. Le ministère des Armées a publié un communiqué, lundi 18 mars 2024, annonçant une collaboration entre EDF, le ministère de la Défense et le Commissariat…
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
jeu 18 Jan 2024
En 2023, la France a très bien exporté son électricité en Europe, reprenant même la tête du classement. Une belle remontée, après une année 2022 très difficile de son parc nucléaire.         Exportation d'électricité : la France…
mer 27 Déc 2023
Sur le front de la production d’énergie, l’effet du retour à une situation quasi-normale pour le parc nucléaire français s’est fait sentir. La France a même établi un record historique d’exportation, un an seulement après un des hivers où les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.