Engie poursuit la cession de ses centrales thermiques à l'international Engie poursuit la cession de ses centrales thermiques à l'international

Engie poursuit la cession de ses centrales thermiques à l’international

thermique

Le groupe Engie poursuit son important plan de cessions engagé début 2016 et vient de conclure dans ce cadre, la vente de nouvelles unités de production thermique en Asie et aux Etats-Unis pour près de 4,5 milliards d’euros. L’énergéticien français espère ainsi éponger une partie sa dette et concrétiser un peu plus sa transition vers des activités exclusivement bas-carbone.

Après la centrale au charbon de Polianec en Pologne en décembre dernier, c’est cette fois-ci aux Etats-Unis et en Asie que l’énergéticien français a décidé de se délester de ses moyens de production. Outre-Atlantique tout d’abord, Engie a officialisé cette semaine la vente pour 3,3 milliards de dollars de plusieurs centrales thermiques d’une capacité cumulée de 8,7 gigawatts (GW) à une coentreprise formée du producteur américain d’électricité Dynegy et du fonds Energy Capital Partners (ECP). « Cette opération génère une réduction de 3 milliards d’euros de la dette nette consolidée d’Engie », a-t-il précisé dans un communiqué, sachant que celle-ci s’élevait fin 2015 à 27,7 milliards d’euros.

Lire aussi : Engie vend sa centrale au charbon de Polaniec aux autorités polonaises

En Asie, Engie a finalisé par la même occasion, la vente de ses participations dans deux centrales à charbon en Inde (la centrale de Meenakshi à India Power Corporation) et en Indonésie (la centrale de Paiton à Nebras Power) d’une capacité totale de 3 GW, entraînant une réduction de sa dette nette de 1,5 milliard d’euros. Ces deux transactions lui permettent ainsi de se rapprocher de son objectif de transformation qui prévoit notamment la cession d’environ 15 milliards d’actifs dans les filières de production thermique. Depuis l’annonce de ce plan de cessions en février 2016, « Engie a ainsi signé des cessions à hauteur de 50% de son objectif de 15 milliards d’euros prévus sur la période 2016-2018, dont 6,9 milliards finalisés à cette date », a précisé le groupe.

Lire aussi : Engie va construire une nouvelle centrale CCG en Arabie saoudite

Le groupe français entend devenir à moyen un terme un acteur majeur de la transition énergétique centré sur les énergies peu émettrices de CO2, les services énergétiques et les activités à prix régulés ou garantis contractuellement.

Crédits photo : Jawapower

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 26 Déc 2016
Energie renouvelable, locale et respectueuse de l’environnement, la géothermie offre à l'Islande un potentiel considérable de production d’électricité et de chaleur. Le pays dispose en effet de ressources inégalées en la matière et tente de les mettre à profit dans le cadre…
mer 7 Sep 2016
A l’occasion du sommet du G20 organisé le week end dernier, les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (Chine et Etats-Unis) ont ratifié l’Accord de Paris sur le climat. Pour l’ONG WWF, cela confirme que « la…
mar 12 Avr 2016
Le 11 avril dernier, l’Institut Montaigne donnait une conférence pour évoquer l’après-COP21. Plusieurs grands patrons, tels qu’Antoine Frérot (Véolia), Pierre-André de Chalendar (Saint-Gobain) ou Jean-Pierre Clamadieu (Solvay), ont participé à l’événement pour plaider de nouveau en faveur de l’instauration d’un…
ven 9 Déc 2016
Encore relativement chers, les biocarburants ne permettent pas de proposer une alternative durable aux combustibles fossiles, bien moins onéreux. Un défi économique que les groupes Suez et Total pourraient bien relever en valorisant les huiles alimentaires usagées. Les deux groupes français ont annoncé mardi 6…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *