Les énergies marines montent en puissance au niveau industriel - L'EnerGeek Les énergies marines montent en puissance au niveau industriel - L'EnerGeek

Les énergies marines montent en puissance au niveau industriel

energiesmarines3La filière des énergies marines représentent un gisement d’énergies renouvelables considérable pour la transition énergétique. Selon la feuille de route du Syndicat des Energies Renouvelables (SER), elles pourraient générer jusqu’à 15 GW à l’horizon 2030.

En 2012, François Hollande, alors candidat à l’élection présidentielle, déclarait : « Je ferai de notre pays le leader européen des énergies marines renouvelables ». Dans un article consacré à cette thématique, le journaliste du Monde Pierre Le Hir fait le point sur l’avancement des chantiers, aussi bien pour l’éolien off-shore que pour les hydroliennes. Tandis que la France tente difficilement d’atteindre  les objectifs ambitieux du Grenelle de l’Environnement, le SER continue d’afficher un optimisme de circonstance.

Pour l’éolien off-shore, par exemple, alors que Ségolène Royal a lancé un troisième appel d’offres en avril permettant potentiellement d’atteindre 12 GW de puissance installée en 2023, pour le moment, l’objectif fixé par la PPE est seulement de 3 GW en 2023, contre 6 GW annoncés pour 2020 dans le Grenelle de l’Environnement. En ce qui concerne les hydroliennes, le SER assure que la France pourra exploiter entre 2,5 et 3 GW en 2030.

En dépit de ces ralentissements, le responsable des filières énergies renouvelables en mer et hydroélectricité du SER, Antoine Decout, explique que l’enjeu est désormais de « monter en puissance au niveau industriel, afin de réduire les coûts ». D’après lui, si les objectifs sont tenus, cela représentera « plusieurs dizaines de milliers d’emplois non-délocalisables ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 27 Fév 2017
Fortement pourvue en ressources géothermiques, l’Île-de-France entend bien développer au maximum une énergie à la fois propre, peu coûteuse et stable dans sa production. Dernier projet en date dans la région, l'éco-quartier Clichy-Batignolles, situé dans le nord-ouest de Paris, a…
mar 5 Fév 2013
Depuis le mois de novembre, l’énergie éolienne est la première source d’électricité de l’Espagne, et ce pour la première fois de l’histoire du pays. Selon l’association espagnole de l’énergie éolienne, le vent a permis de produire 6 TWh d’électricité au…
lun 27 Avr 2015
Il y a quelques années, la République du Nicaragua était presque entièrement dépendante des combustibles fossiles pour produire son électricité. Avec ses pauvres ressources en hydrocarbures, ce petit pays d'Amérique Centrale (130.000 kilomètres carrés) était donc fortement dépendant des importations…
jeu 24 Mar 2016
Après son passage en première lecture au Sénat, le projet de loi sur la liberté de création, l'architecture et le patrimoine (dit projet de loi « CAP ») vient d’être amendé à l’Assemblée nationale. Cette modification, soutenue notamment par les…

COMMENTAIRES

  • Tout ce qui est « bio », provient de produits organiques, dont la composition comprend en particulier du carbone et de l’hydrogène. C’est la combustion de ces deux éléments qui produit de l’énergie, sous forme de chaleur, avec dégagement de CO² et d’eau.
    Le développement du « bio » permet donc de remplacer les combustibles fossiles et de réduire la dépendance vis à vis de l’étranger, d’une manière renouvelable, mais seulement à la cadence où on en dispose, que ce soit par exploitation des forêts ou à partir de déchets.
    Par contre, cette source d’énergie est tout autant que les combustibles fossiles, productrice de gaz à effet de serre, et n’est donc pas « propre ». On ne peut pas nier qu’au moment de la combustion du bois il s’ajoute du CO² dans l’atmosphère sans qu’augmente dans le même temps et au même rythme la capacité d’absorption de la végétation.
    Si on appliquait le même raisonnement aux combustibles fossiles, on devrait les déclarer renouvelables (mais au rythme de leur formation).
    Le soleil, lui et tout ce qui en provient, peuvent être qualifiés de renouvelables, car il s’agit d’un flux d’énergie et d’une durée de vie pratiquement infinis à notre échelle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *