La fermeture de Fessenheim continue de faire débat - L'EnerGeek

La fermeture de Fessenheim continue de faire débat

CCPendant la campagne de 2012, François Hollande avait annoncé, avec l’engagement n°41, son intention de fermer la centrale de Fessenheim. Depuis, le débat entre le gouvernement et ses partenaires continue, notamment sur la question du calendrier : en attendant la mise en service de Flamanville, EDF espère obtenir un délai pour la fermeture du site.

Le 9 octobre dernier, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy faisait parvenir une lettre à la ministre de l’Énergie, Ségolène Royal, afin d’obtenir la modification du décret d’autorisation de création (DAC) de l’EPR de Flamanville. Dans ce courrier, l’énergéticien espère obtenir un « nouveau délai [qui permettrait] de disposer d’une marge en cas d’aléa ne relevant pas directement du pilotage opérationnel du projet ».

Par ailleurs, en attendant la mise en service du premier EPR en France, l’électricien tricolore souhaite continuer à exploiter la centrale de Fessenheim, conformément à la législation en vigueur. En effet, la loi de transition énergétique adoptée cet été au Parlement, a plafonné les capacités de production nucléaire à 63,2 gigawatts (soit le niveau de production actuel).

Cependant, la ministre de l’Énergie exige à présent que la demande de fermeture de Fessenheim soit déposée dès 2016, pour que celle-ci soit effective en 2018. Or, S’il avait été initialement prévu  que la nouvelle installation  soit raccordée au réseau national à la fin de l’année 2018, la date butoir inscrite dans le DAC  est le 11 avril 2020.

Dans cette dernière hypothèse, dont Ségolène Royal a pris connaissance en accusant réception du courrier de Jean-Bernard Lévy, le fait d’enclencher le processus de fermeture du site alsacien, à partir de l’année prochaine, fait donc peser un risque sur les capacités de production françaises. Autrement dit, le débat sur Fessenheim est encore loin d’être tranché, d’autant que selon le Conseil constitutionnel, le niveau d’indemnisation des actionnaires de Fessenheim dépendra « du préjudice subi ».

Rédigé par : jacques-mirat

mar 22 Mar 2016
Le groupe international d’ingénierie et de conseil en innovation, Assystem, affiche de bons résultats en 2015, entre autres grâce à ses activités dans l’énergie. L’entreprise française est engagée dans le nucléaire avec ITER et l’EPR, mais elle a aussi renforcé…
jeu 28 Nov 2013
Selon les informations de l’Usine Nouvelle, la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche, va investir 140 millions pour l’acquisition de générateurs de vapeur fabriqués par Mitsubishi. Ces générateurs sont destinés à remplacer ceux de la tranche numéro 4 de la…
jeu 19 Déc 2013
Selon les dires du ministre polonais de l'Economie, Janusz Piechocinski, la Pologne est bien décidée à poursuivre son projet de construction de deux centrales nucléaires. "Nous voulons qu'à l'horizon de 2030 dix pour cent de l'énergie vienne du nucléaire", a…
mer 19 Mar 2014
Après une période de faible activité commerciale entre 2008 et 2012, la filière de l'atome a su relever la tête en France l'an dernier. Une année conclue par la visite en Chine du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le chantier des deux EPR (réacteur pressurisé…

COMMENTAIRES

  • RTE a été parfaitement clair : la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim n’aura pas d’incidence sur la sécurité d’approvisionnement électrique, ni de la France en général, ni de l’Alsace en particulier.
    D’ailleurs, les très nombreuses pannes de cette centrale grabataire ont conduit à de longues périodes d’arrêt simultané des deux réacteurs : preuve a ainsi été apportée par EDF en vraie grandeur qu’aucun Alsacien n’a du s’éclairer à la bougie lorsqu’elle est hors fonctionnement.
    Je suis surpris du fait qu’un média comme le vôtre, spécialiste des questions énergétiques, n’ait pas recherché la réalité des faits.
    Il ne faut surtout pas oublier que Fessenheim, déduction faite des 32,5% d’électricité produite livrée à la Suisse et à l’Allemagne qui ont un droit de tirage, n’a produit ces 8 dernières années que 1,32% de l’électricité française. C’est « pinups » comparé aux excédents que la France se retrouve obligée de livrer aux pays voisins, en raison de sa trop grande production (alors même que la consommation s’infléchit à la baisse).
    Désormais, il est temps de passer aux énergies du 21ème siècles, les ENR, pour que la France ne se retrouve pas à la traine des autres pays européens. Fessenheim doit fermer, ce n’en sera que la première et indispensable étape.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *