Le Québec n’exclut par un recours au nucléaire pour sa transition énergétique - L'EnerGeek

Le Québec n’exclut par un recours au nucléaire pour sa transition énergétique

quebec exclut par recours nucleaire pour transition energetique - L'Energeek

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie du Québec, Pierre Fitzgibbon, a réagi, ce 14 août 2023, à la possibilité de relancer la centrale nucléaire de Gentilly-2 (fermée en 2012), une option étudiée par Hydro-Québec, la société d’État gestionnaire de l’électricité dans la province. Il a admis que fermer la porte au nucléaire par principe « serait irresponsable », mais il souhaite appuyer la transition énergétique québecoise sur des sources d’énergies « socialement acceptables et économiquement rentables ».

Pour le ministre de l’Énergie du Québec, fermer la porte au nucléaire « serait irresponsable »

Le Québec va-t-il relancer son programme nucléaire ? La province a fermé en 2012 son unique centrale nucléaire, Gentilly-2, à Bécancour, en exploitation depuis un peu moins de 40 ans, en raison de coûts de maintenance trop élevés.

La semaine dernière, la presse québecoise a révélé que, sous l’impulsion de son nouveau patron Michael Sabia, Hydro-Québec, la société d’État gérant la production et la distribution d’électricité au Québec, avait lancé une évaluation de l’état de Gentilly-2, afin « d’alimenter ses réflexions sur l’offre énergétique future du Québec ». Le but est notamment de répondre au manque d’électricité de la province, contrainte d’importer régulièrement à ses voisines pour éviter le black-out.

Ce lundi 14 août 2023, Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie du Québec, est revenu sur cette option, très critiquée par plusieurs experts. Il a déclaré, combatif, que fermer la porte au nucléaire « serait irresponsable ». Le ministre a précisé que Michael Sabia, pour répondre au déséquilibre entre l’offre et la demande d’électricité au Québec, envisageait « les sources énergétiques disponibles, ce qui inclut le nucléaire », mais qu’aucune décision sur une éventuelle relance de l’atome n’avait été prise.

La décision concernant le nucléaire sera « peut-être dans un an ou deux, ou trois ans, ou jamais », et « socialement, si jamais, on allait vers le nucléaire, il y a un travail de communication à faire », a indiqué Pierre Fitzgibbon. Il a aussi évoqué la possibilité d’équiper la centrale de petits réacteurs nucléaires modulaires (SMR), une technologie émergente.

Les SMR comme alternative ?

« Il y a 77 SMR dans le monde qui se développent, mais il n’y en a aucun en opération, donc c’est prématuré de conclure qu’on peut faire du nucléaire à des coûts raisonnables », a-t-il tempéré.

Evoquant plus globalement la transition énergétique du Québec, Pierre Fitzgibbon a indiqué : « la question va être : à quel prix pouvons-nous créer de nouvelles énergies renouvelables et est-ce que ce prix est acceptable pour les entreprises ? ». Il est à noter que, au Canada, le nucléaire est généralement inclus dans les énergies « renouvelables », une expression qui désigne les énergies qui ne sont pas fossiles.

Pierre Fitzgibbon a enfin indiqué que trois éléments seraient nécessaires à la réussite de la transition énergétique du Québec :

  • augmenter l’offre d’énergie bas carbone « socialement acceptable et économiquement rentable » ;
  • pousser les Québecois à revoir « leur façon de consommer » l’énergie, notamment lorsqu’ils se déplacent, en fixant l’objectif « d’avoir deux fois moins de voitures », toutes électriques ;
  • « capturer le carbone qui existe déjà, dans la mer ou dans le ciel, et le séquestrer ».

Le Canada dispose encore de 19 réacteurs nucléaires, répartis dans 4 centrales, mais 18 sont situés dans l’Ontario, dont 8 dans la seule centrale de Bruce, à Tiverton. Le dernier réacteur mis en service est le quatrième de la centrale de Darlington, à Bowmanville, en 1993. Le nucléaire a apporté 14,4 % de l’électricité produite au Canada en 2022.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 27 Nov 2023
Le gouvernement fait de la sobriété énergétique une de ses grandes priorités. La ministre de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, qui s'était félicitée des efforts des Français tout en négligeant la réalité de leur vie quotidienne, vient d'annoncer une expérimentation…
ven 7 Mai 2021
Pour embrasser la transition énergétique, les Émirats arabes unis (EAU) plébiscitent l’énergie nucléaire. Avec le lancement de son premier réacteur nucléaire civil, ainsi que les nombreux programmes en cours pour promouvoir les énergies renouvelables, Abou Dhabi aspire à se positionner…
jeu 23 Nov 2023
La France se lance dans une ambitieuse transformation de l'énergie. Avec un plan dévoilé le 22 novembre 2023, le gouvernement vise une indépendance totale des énergies fossiles d'ici 2050.   La grande évasion des énergies fossiles Le gouvernement français a…
L'augmentation du coût de l'énergie et l'inflation poussent de nombreux ménages français à prendre des mesures drastiques pour réduire leur facture de chauffage. Huit Français sur dix ont réduit leur chauffage pendant l'hiver La sobriété énergétique est-elle un choix ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.