Le Québec investit dans les énergies renouvelables au Japon - L'EnerGeek

Le Québec investit dans les énergies renouvelables au Japon

quebec investit dans energies renouvelables japon - L'Energeek

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a annoncé ce 24 octobre 2022 un investissement de 480 millions d’euros au Japon, auprès de la société Shizen Energy, pour financer des projets d’énergies renouvelables. Une décision saluée par les mouvements citoyens qui réclament à cet organisme, gérant de nombreux régimes de retraites et d’assurance publics et parapublics, de décarboner ses investissements.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) va investir jusqu’à 480 millions d’euros dans les projets renouvelables au Japon

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) est un investisseur institutionnel, qui gère de nombreux régimes de retraite et d’assurances publics et parapublics au Québec. Son actif net atteint 392 milliards de dollars canadiens (290 millions d’euros).

L’organisme est fortement critiqué par la société civile canadienne pour conserver dans son portefeuille de nombreux investissements dans des combustibles fossiles, malgré l’urgence climatique.

Ce 24 octobre 2022, la CDPQ a annoncé qu’elle allait investir jusqu’à 650 millions de dollars canadiens (soit 70 milliards de yens ou 480 millions d’euros) dans un partenariat avec Shizen Energy, une entreprise spécialisée dans l’énergie renouvelable au Japon.

Cette manne va permettre au groupe japonais de muscler « son développement de centrales d’énergie renouvelable, ses initiatives d’amélioration opérationnelle dans la numérisation du secteur de l’énergie, et l’expansion de son personnel dans des marchés jugés clés ».

«Le Japon a un rôle crucial à jouer dans la décarbonation de l’Asie »

Dans le détail, l’accord comprend 20 milliards de yens (180 millions de dollars canadiens ou 133 millions d’euros) d’investissement direct dans la société japonaise, et judqu’à 50 milliards de yens (460 millions de dollars canadiens ou 340 millions d’euros) vers des co-investissements dans des projets menés par Shizen Energy. La CDPQ obtiendra également un siège au conseil d’administration du groupe japonais.

Emmanuel Jaclot, premier vice−président et chef des Infrastructures à la CDPQ, voit dans cet accord «une étape importante» dans la stratégie à long terme de la Caisse en matière d’infrastructures en Asie-Pacifique.

«Le Japon a un rôle crucial à jouer dans la décarbonation de l’Asie et, en tant qu’investisseurs dotés d’une vaste expérience des énergies renouvelables, nous sommes ravis de travailler avec l’équipe de Shizen pour réaliser son ambitieux plan de transition énergétique», a-t-il commenté dans un communiqué.

Cette décision a été salué par plusieurs associations québecoises de défense de l’environnement, comme Sortons la Caisse, qui en profite pour rappeler que « la CDPQ doit décarboner son portefeuille, investir davantage dans les énergies renouvelables et participer davantage à la transition énergétique ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 22 Avr 2015
Quelques mois avant d'être imitée par la ville de Portland, aux États-Unis, l’île de Tahiti déployait sur son territoire un dispositif hydraulique fonctionnant à la manière d'un moulin à eau, capable de produire de l'électricité renouvelable grâce à son réseau…
ven 29 Juil 2022
Mercredi 27 juillet, le groupe Casino a annoncé qu'il allait se séparer de l'entreprise GreenYellow. L'entreprise française est une filiale spécialisée dans les énergies renouvelables. Casino et les autres actionnaires, Tikehau Capital et Bpifrance, ont signé une promesse unilatérale d'achat…
jeu 28 Août 2014
Après plusieurs années d'incertitude, le marché photovoltaïque mondial aurait finalement surmonté sa crise de croissance. C'est en tous ce que démontrent les études récentes sur le sujet réalisées par les cabinet IHS et Bloomberg New Energy Finance selon lesquelles, l'augmentation…
mar 24 Sep 2019
La tenue du sommet de l’ONU pour le climat à New York a été anticipée par plusieurs entreprises privées. Parmi elles, Google et Ikea ont annoncé leurs ambitions pour produire de l'énergie verte. Si les investissements des grands groupes privés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.